Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Les Aventures de Popeye

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Popeye a été créé par Elzie Crisler Segar en 1929. Tatoué, borgne et fumant la pipe, Popeye est un marin au grand coeur qui vole sans cesse au secours de sa fiancée Olive enlevée par Brutus. Popeye mange régulièrement des épinards qui lui donnent de la force.


King Features Syndicate Popeye

Popeye a été créé par Elzie Crisler Segar en 1929. Tatoué, borgne et fumant la pipe, Popeye est un marin au grand coeur qui vole sans cesse au secours de sa fiancée Olive enlevée par Brutus. Popeye mange régulièrement des épinards qui lui donnent de la force.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
MCL
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1969
Statut histoire Une histoire par tome 14 tomes parus
Couverture de la série Les Aventures de Popeye © MCL 1969

23/02/2008 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Voila les véritables Bd que j'ai lues de Popeye, j'ai dû avoir 2 ou 3 albums de MCL, avec ces couvertures caractéristiques ; je les ai tous refourgués à des copains d'école alors que j'avais dans les 10 ou 12 ans, tellement ça me barbait. Parallèlement, la firme française SFPI éditait un pocket Popeye entre 1967 et 1985, et là c'est pareil, quand j'en avais un, je le lisais mais je l'échangeais rapidement avec un pocket Zorro du même éditeur. Ces pockets comportaient des dessins de Bud Sagendorf, mais aussi de beaucoup de continuateurs, certains épisodes étaient même dessinés en Italie par des anonymes, le fond des histoires était assez naïf. Ainsi, je ne suis pas sûr que la planche présentée en galerie soit de Sagendorf, le graphisme paraît plus grossier ; car Sagendorf qui avait été l'assistant de Segar, avait un trait beaucoup plus soigné, et il sera le meilleur héritier de Segar, graphique et narratif puisqu'il conservera les caractéristiques des personnages : Popeye toujours aussi mal élevé, Olive toujours aussi laide, Wimpy (en France, Gontran) toujours aussi menteur, pique-assiette et bouffeur de hamburgers, Bluto (en France, Brutus), la grosse brute barbue sur qui Popeye passait sa force épinardesque, sans oublier le papa encore vert Poopdeck Pappy (Poppa), le petit Swee'Pea (Mimosa) ou le curieux animal Jeep...A l'esprit cynique et ravageur de Segar, il opposera plutôt un humour bon enfant. Mais pour moi, Popeye était trop marqué par le dessin animé , d'ailleurs les épinards, c'est une invention des frères Fleischer qui réaliseront les premiers cartoons dès 1932. Ce succès relançant la culture de l'épinard, amènera les fermiers du Texas à dresser une statue à Popeye en 1937. A cause de tout ça, je n'ai jamais pu considérer Popeye comme un vrai héros de Bd, et en plus, je détestais les épinards.

27/01/2014 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

Chiche ! Je viens de retrouver dans ma bdthèque une série commencée en 1969 ! J’avais neuf ans lorsque mes parents m’ont offert « Epinards, châtaignes et corrida ! ». Ensuite, ce fut au tour de « L’île aux pirates », « Cherche la bagarre » et « Popeye sur Mars » de rejoindre mes étagères… Cette version bd des aventures de Popeye a été réalisée par Bud Sagendorf et éditée par MCL. Pour moi, « Popeye », c’était avant tout par les dessins animés que j’ai découvert ce matelot et sa tendre fiancée Olive. Au niveau du scénario, chaque album (histoire complète) reprend quasiment la même trame : Olive est enlevée par Brutus, le rival de Popeye. Ce dernier fera tout pour venir « rechercher » sa fiancée à coups d’épinards. C’est donc des scenarii d’une simplicité désarmante que le lecteur découvrira à chacun des albums. Tous les personnages venant des dessins animés et de la bd d'Elzie Crisler Segar (« l’inventeur » de Popeye) se retrouvent dans cette bd comme Gontran et Mimosa. En fait, ce qui fait la richesse de ces histoires, c’est qu’à chaque tome, les aventures de Popeye se déroulent dans un endroit différent… mais bon, ça se lit bien mais ça manque d’originalité tout de même ! A mon avis, le gros point faible de cette série vient du dessin. Si les personnages sont bien représentés et comportent des mimiques satisfaisantes, l’auteur abuse tellement de gros plans que la lecture en devient vite fatigante. Le résultat donne une bd fouillis qui aurait mérité d’être plus aérée. D’ailleurs, l’auteur a eu parfois recours à des « fléchages » pour que le bédéphile puisse trouver facilement le sens de lecture ; ce qui est pour moi le signe d’une mauvaise mise en page ! Quant à la mise en couleurs, elle m’est apparue trop flashy et ne s’adapte pas vraiment à l’histoire. Pour la petite remarque, il a fallu que je fasse une recherche sur internet pour dénicher le nom de l’auteur qui a réalisé cette série. En effet, aucun des albums parus ne le mentionne ! Finalement, j’ai été déçu par cette version bd des « aventures de Popeye ». Si je m’attendais à découvrir des scenarii simplistes où je prendrais du plaisir à les lire sans me casser la tête, j’ai été surpris, mais par contre chagriné d’y apercevoir un traitement graphique médiocre. La mise en page de Bud Sagendorf part tellement dans tous les sens que la lecture en devient indigeste ! A oublier !

23/02/2008 (MAJ le 23/02/2008) (modifier)