Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Freaks of the Heartland

Note: 3.56/5
(3.56/5 pour 9 avis)

Et si les monstres se rebiffaient ?


Dark Horse Comics Petits villages perdus Semic

Dans une ferme isolée au milieu d’une immense campagne, une famille tente de vivre malgré l’apparence monstrueuse de l’un de ses deux fils, que le père tient enfermé dans une grange un peu à l’écart. Pourtant, pour Trévor, l’autre fils, Will, même ''monstrueux'', reste avant tout son frère, et son seul compagnon dans la solitude de cette nature trop vaste pour lui. Devant la décision de son père de se débarrasser de cette honte de la famille, Trevor n’aura d’autre choix que de libérer son frère, et de s’enfuir avec lui. C’est ensemble qu’ils vont découvrir le secret qui pèse sur leur famille : l’existence d’autres frères et soeurs, abandonnés eux aussi.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Décembre 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Freaks of the Heartland
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

15/02/2008 | Spooky
Modifier


Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je serai la note discordante dans ces avis plutôt positifs, mais je ne suis vraiment pas tombé sous le charme de cette BD. Le souci, c'est qu'elle a de beaux atouts dans sa manche mais qu'elle ne s'en sert pas. Et que le tout est alourdi par de gros défauts. Le premier de ceux-ci, et le plus remarquable, c'est que le scénario sent assez fortement le déjà-vu, et qu'il est par ailleurs plutôt bref. On ne s'en rend pas compte lorsqu'on le regarde de l'extérieur, mais au final le livre est très peu épais, et l'histoire s'achève alors qu'on pensait qu'elle se lançait justement. C'est fini et résolu très vite, avec une fin qui laisse plein de pistes inexploitées et qui ne résout que la trame du personnage principal. Et c'est vraiment dommage, il y avait moyen d'aller plus loin avec un tel sujet. Je rajouterai que les personnages ne sont vraiment pas dans la subtilité, le tout étant très manichéen tout de même. Niveau dessin, par contre, c'est du très bon, retranscrivant bien l'atmosphère du lieu et l'ambiance de l'ensemble. C'est d'autant plus dommage que l'histoire soit si oubliable au final, il y avait vraiment moyen de faire quelque chose de plus développé, de plus recherché. Là, j'ai vraiment l'impression de lire une histoire sans originalité et qui se finit bien trop vite pour exploiter ce qui aurait pu l'être. Dommage, vraiment dommage.

29/10/2019 (modifier)
Par BDenis
Note: 3/5

(Avertissement : j'accorde toujours plus d'importance au scénario qu'au dessin) Une “belle” histoire se déroulant chez les Redneck du centre des Etats Unis. J’ai mis "belle" entre guillemets parce que l’histoire est assez sombre, bien sûr. On se retrouve dans un scénario assez proche de celui de Le Verrou, mais appliqué ici à une communauté au lieu d’une famille. Un grand, terrible et horrible secret lie ces familles, secret tabou et honteux. Alors bien sûr, d’aucuns pourront extrapoler cette aventure à une critique générale de notre société (je ne veux pas en dire plus pour ne pas déflorer le début du scénario). Je préfère, quant à moi, en rester au premier degré de l’histoire et à la lecture de loisir. Une vraie réussite. Le dessin ouvre une porte à notre imagination et cadre bien avec la BD. Très belle couverture "découpée". 13,5/20

02/06/2013 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5

J’en aurai mis du temps à trouver ce Freaks of thé Heartland et je ne regrette vraiment pas sa découverte. La couverture découpée pour laisser apparaître une silhouette d’un gamin est dès plus réussie… C’est sûr, cela intrigue dès le départ. L’histoire démarre un peu dans le mystère, dans le brouillard, pour dévoiler au fur et à mesure ses cartes. L’étrangeté de l’histoire, mêlée d’une touche d’horreur, se poursuit par une chasse à l‘homme. Le tout est très bien rythmé et dès lors captivant. C’est un très bon one-shot, qui aurait peut-être encore gagné en qualité s’il avait un peu plus développé son sujet mais qu’importe, cela reste excellent. Mais que serait cette histoire sans ce talent graphique ? Le trait nerveux et la palette de couleurs sont très bien réussis. Tout simplement magistral ! En conclusion, je ne voudrais pas trop en dire pour vous laisser la surprise de ce petit bijou. Ce mélange certes classique mais subtil de fantastique et d’horreur mérite indéniablement d’être découvert ! Je le recommande chaudement !

17/02/2012 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Très belle et étrange histoire dramatique. J'ai été happé par cette lecture, l'intensité de l'intérêt augmente au fur et à mesure que les pages défilent. On n'a pas toutes les réponses mais l'aspect comportemental humain est superbement croqué. L'empathie est de mise car les personnages principaux, normaux ou monstrueux, sont des enfants. Ce huis-clos dans une vallée va les opposer aux adultes et mettre chacun d'entre eux devant leurs responsabilités qu'ils fuiront par la violence et le rejet. Cette forme de lâcheté est au centre de l'histoire. Beaucoup de sujets abordés, de front ou indirectement, sont traités avec une réserve et intelligence. Le lecteur est amené à réagir, ce récit ne peut pas laisser indifférent. Graphiquement c'est beau, le trait est réaliste, l'encrage semble brouillon mais les palettes de couleurs sont sobres et superbes. Le comics se lit d'une traite, il s'achève par un cahier additionnel fait de notes et de croquis. Belle surprise qui semble faire l'unanimité sur le site, je confirme à mon tour la qualité de "Freaks of the Heartland".

19/03/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

C'est toujours bon de découvrir de nouveaux auteurs dans un genre qui n'est pas de prédilection. Le graphisme en aquarelle m'a littéralement envoûté par son côté à la fois réaliste et mature. Pour l'histoire, on a droit à une n-ième version de l'enfant difforme qu'on cache dans une grange dans une ferme isolée d'une vaste campagne. Les habitants sont de véritables boeufs incultes. Heureusement que l'enfance conserve son humanité face à une situation totalement intolérable. La haine ou la honte peuvent aveugler. Les monstres ne sont pas ceux qu'on pense. Bref, des thèmes qu'on connait tous déjà par coeur. Ce qui fait la différence en l'espèce, c'est à la fois un traitement graphique impeccable ainsi qu'une efficacité dans les scènes. On ne s'ennuie pas une seconde entre drame et horreur. La lecture est très agréable. Elle sera donc conseillée même à l'achat car l'objet est très beau avec un soin particulier pour la couverture qui bénéficie d'un véritable effet d'optique.

20/09/2009 (modifier)

Une trame très classique (les mutants), un cadre bien connu (le mid-west réac et arriéré), des protagonistes familiers (les enfants sans préjugés, les adultes monstrueux, les gentils monstres) et pourtant tout cela fonctionne bougrement bien ! J'aime ici les gros sabots de Niles car son dessinateur est virtuose et subtil et que l'histoire est crédible, les personnages émouvants ou horripilants. Quelles belles planches dans un style réaliste mais sensible ! Bravo. Mais... Mais pourquoi l'histoire s'arrête-t-elle si brusquement ? La résolution de l'action est confuse : qui tue qui ? hein ? et pourquoi toutes ces pistes inexploitées ? Sûr que ces forbans vont essayer de nous faire gober ça pour de l'ellipse élégante ! pour un sens délicat du sous-entendu et de la fin ouverte ! Mais ça ne marche pas avec moi ! Monsieur Niles vous avez salopé le final pour paresse et essayé de masquer le trou avec un bel épilogue ! Mais je ne vous en veux pas, car votre dessinateur esclave, qui n'est pas un feignant, lui, devait déjà être épuisé par ces près de 280 pages superbement maîtrisées !

02/01/2009 (modifier)
Par JJJ
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

J'aime bien les scénarii de Steve Niles, loin d'essayer de styliser ou d'intellectualiser le genre horrifique, Niles explore à fond les canons du genre. Cette histoire est archi-classique, cela se passe à une époque indéfinie, hors du temps, dans une campagne perdue de l'Amérique profonde... les personnages vivent en vase clos dans la peur, ce sont des ploucs, ils protègent un terrible secret. Evidemment, un élément va perturber leur univers, la communauté va progressivement chuter de l'angoisse sourde vers la peur la plus totale, et cela ne va faire qu'empirer... Seuls les enfants resteront censés dans cette histoire, ce qui donne une touche d'optimisme inattendue et bienvenue à cette lecture. Comme quoi, Niles démontre qu'on peut écrire une histoire émouvante et humainement touchante en utilisant l'horreur. Les dessins de Greg Ruth sont parfaits, ils donnent une profondeur incroyable au récit et dépeignent un univers plus vrai que nature. La couverture de cet album est extraordinaire. Originale et intrigante. Elle annonce parfaitement le message d'espoir qu'offre cette histoire derrière cette horreur apparente. Vraiment pas mal du tout, même si l'on peut reprocher le manque de surprises qu'occasionne cette histoire. Semic n'est pas mort... JJJ

07/04/2008 (MAJ le 07/04/2008) (modifier)
Par NesQuiK
Note: 4/5

Le style graphique de 30 jours de nuit ne m'attirait pas des masses. Du coup je n'avais jamais vraiment pris la peine de m'intéresser aux travaux de Steve Niles. Mais avec la sortie ciné des "30 jours", j'en entends parler un peu partout, alors forcément je finis par m'y intéresser un peu. Et au détour d'un rayon je tombe par hasard sur Freaks of the Heartland et rien que l'originalité de la couverture me fait penser "là, tu tiens quelque chose de bon". Il m'a suffit de feuilleter un peu l'ouvrage pour le confirmer, les dessins sont magnifiques. Au premier abord, j'ai eu l'impression qu'ils étaient assez vagues alors qu'en fait les émotions des personnages n'en ressortent que mieux. Question impression, j'ai tout de suite fait le lien avec ce que j'avais ressenti à la lecture de "La ligne Verte" de Stephen King avec ce côté Amérique profonde. (comme le souligne Spooky). C'est un One Shot donc ça va vite, droit au but et j'ai beau chercher, je ne trouve pas de défauts au scénario. Enfin si, peut être. Ca va justement un peu trop vite et la fin m'a paru brusque. N'empêche : j'adore.

07/03/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Ca démarre un peu poussivement, mais ensuite les choses se précipitent. Je ne connais pas encore les autres travaux de Steve Niles (30 jours de nuit) et de Greg Ruth ("Matrix"), mais je dois dire que celui-là m'a vraiment plu ! Au coeur de l'Amérique profonde, en une époque indéterminée (mais qui pourrait être n'importe quand au 20ème siècle), ils nous racontent une histoire universelle. De tout temps des enfants sont nés avec des malformations. Souvent et pendant très longtemps considérés comme l'oeuvre du Diable, ils étaient sacrifiés à la naissance. Ici certains de ces enfants ont été conservés... mais l'heure de leur réveil approche... Niles appose une touche une touche de fantastique en nous indiquant que ces enfants sont tous nés dans la même semaine, et en nous montrant -par deux fois- leurs étranges aptitudes, mais n'explique nullement leur origine. Et c'est cela qui rend ce comics plus attachant. Car malgré leurs visages grimaçants, ces "freaks" savent faire transparaître leurs sentiments au long de pages. Des pages au style impressionniste, où chaque case est en fait une toile peinte à part, comme le dit Ruth dans les suppléments de fin d'ouvrage. Beau, émouvant, intelligent. Un classique, tout simplement.

15/02/2008 (modifier)