Général Leonardo

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'Italie du XVIème siècle… Un certain Leonardo est recruté de force par l'Église qui projette de déclencher une nouvelle croisade et a besoin des talents du génie et de ses inventions guerrières pour remporter la victoire sur les infidèles…


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Paquet Vatican

Peu après l'an 1500, le pape Sixte IV a besoin d'un artifice pour ressouder la chrétienté occidentale et réunifier l'Italie. Il décide de se lancer dans une nouvelle croisade mais pour mettre toutes les chances de son côté, il a besoin d'armes nouvelles. C'est auprès d'un certain Leonardo, inventeur, artiste et génie de son état qu'il va chercher de l'aide… et tant pis si le génie n'est pas disposé à collaborer.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2006
Statut histoire Série abandonnée (Série prévue en 3 tomes) 2 tomes parus
Couverture de la série Général Leonardo
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/12/2007 | Eric2Vzoul
Modifier


L'avatar du posteur Eric2Vzoul

« Général Leonardo » est un album sans prétention, et pour être honnête, son dessin est décevant. Les personnages sont raides, voire même patauds lorsque Greenberg essaie de les faire bouger. Mais le dessin des visages, même maladroit, est suffisamment expressif et n’est pas sans rappeler celui de Barral pour son trait caricatural. C’est surtout le scénario, loin d’être génial, mais plutôt habile, qui tient cet album. Assez proche de la réalité historique, il met en scène un Leonardo passionné de tout, capable de crucifier des cadavres pour comprendre les techniques romaines, d’inventer un procédé photographique qui permet de fabriquer de faux saints suaires, ou de concevoir des machines de guerre dont il espère bien qu’elles resteront à l’état de projet. Notre inventeur génial analyse très finement les errances de l’Église et n’est guère décidé à aider le pape à mener une croisade. Mais les agents du Vatican, manipulateurs et corrompus, ne lui laisseront pas le choix… C’est une peinture amusante de la Renaissance qui s’esquisse dans cette série. Voici un album qui ne déparerait pas dans le CDI d’un collège ou d’un lycée. Sinon, ne l’achetez que si vous êtes passionné par cette période historique, ou par l’œuvre de Léonard de Vinci. Il est vraiment regrettable que le scénariste n’ait pas trouvé un dessinateur plus talentueux.

29/12/2007 (MAJ le 29/12/2007) (modifier)