Shadow (The Shadow)

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Un justicier machiavélique, une ombre qui ne sort que la nuit...


Marvel

On le connaît sous le nom de Lamont Cranston. Mais il n’est vraiment pas certain qu’il s’agisse de son identité réelle… Ce personnage porte un chapeau à larges bords qui lui recouvre la moitié du visage ; l’autre moitié étant dissimulée par un écharpe et le col relevé de son long imperméable… Il est le chef incontesté d’une entreprise aussi mystérieuse que lui et se consacre à la lutte contre toute forme de criminalité ; quelle qu’elle soit… Sa vie ?… c’est la nuit qu’il préfère, lorsque chaque ombre peut apporter une menace sournoise, lorsque les ambiances feutrées amènent soudainement leurs lots de haine… « The Shadow » ?… un justicier menaçant qu’il ne faut pas tenter. Car qui le tente… tente le diable…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1978
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Shadow
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

17/12/2007 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce personnage est d'abord issu de la littérature populaire de l'Entre-Deux-guerres, paraissant dans ce qu'on appelait les "pulp magazine", sous forme de nouvelles dont la plupart étaient signées Maxwell Grant. Sa création remonte à 1929, mais son adaptation dessinée date de 1938, dans un strip réalisé par Vernon Greene ; dès 1940, the Shadow possède son comic book qui prend fin en 1950 et sera dessiné par de nombreux artistes. A ce succès s'ajouteront un feuilleton radiophonique (où Orson Welles prêtait sa voix) et un serial télévisé en 1940. Il faut attendre 1973 pour que ce héros ait de nouveau son comic book dans une bonne version pour D.C. où le scénariste Dennis O'Neil rajeunit le personnage, avec surtout un graphisme plus percutant dû à Mike Kaluta, qui sera suivi par Berni Wrightson, Jim Steranko, Frank Robbins et Howard Chaykin qui tous ont recrée l'atmosphère rétro des années 30 vue dans les pulps et le strip. The Shadow qui est en réalité Lamont Cranston, n'est pas un super-héros dans l'idée qu'on s'en fait ; certes, il a un costume typé : long manteau noir, le visage à demi-caché par une écharpe rouge et un chapeau à larges bords, mais il n'a de pouvoir que celui de pénétrer l'esprit humain, technique très ancienne héritée d'un sage chinois. Il s'inscrit plus dans une lignée de justiciers comme Mandrake ou le Fantôme qui ne seront que les prémices des super-héros à venir. Shadow est un véritable justicier à l'aspect inquiétant, au rire sardonique, au regard étrange, dont les 2 gros pistolets automatiques achèvent d'en faire un combattant du crime impitoyable et mystérieux, la série restant dans un domaine presque essentiellement policier. Malgré toute cette imagerie, le personnage qui a connu d'autres versions en 1987 et en 1990, dessiné notamment par Bill Sienkiewicz et Joe Orlando, n'a pas accroché le public français, et moi le premier, je ne sais pas trop pourquoi... en dépit du film réalisé en 1994 par Russell Mulcahy, avec Alec Baldwin incarnant le Shadow ; plein de bonnes intentions, ce film n'était hélas pas assez abouti et souffrait d'un manque de publicité, ce qui n'a pas empêché Dark Horse de publier un album en version dessinée du film par Kaluta, un album pas vraiment terrible, mais si vous voulez essayer, vous le trouverez très facilement en bouquinerie à prix modique.

04/01/2014 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Houlààà… que c’est vieux ça… Il paraît aux Etats-Unis, sous forme d’histoires romancées parues dans la revue « Detective Story » dès… 1931. Les premières histoires dessinées paraissent sous forme de strips –dessinés par Vernon Greene- de 1938 à 1942. Les premiers « vrais albums », signés Maxwell Grant, sont édités de Mars 1940 à Novembre 1950. Après une longue éclipse, le « Shadow » revient via D.C. Comics. Aux commandes : Denny (ou Dennis) O’Neil à l’écriture et Mike (Michael) Kaluta au dessin. Ces deux auteurs offrent une vraiment belle version personnelle de ce personnage pas trop connu, certes. Un peu dommage que cette « non reconnaissance » de la part du lectorat francophone car « the Shadow », avec ses nombreuses identités incertaines, m’a préfiguré une sorte de XIII bien avant la lettre. Les histoires ?… violentes, dans un univers glauque où la nuit prédomine. Bagarres, règlements de comptes, attentats… autant de faits criminels qui seront résolus, de très forte manière, par cette « ombre » impitoyable. Du bon comics, aux scénarios bien construits et au graphisme séduisant ; c’est ça « The Shadow ». A noter : en 1994 un film a été tiré de ses aventures avec Alec Baldwyn en vedette. Regardable.

17/12/2007 (modifier)