Arctica

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 12 avis)

Depuis la mort de sa fille due à la radioactivité d’un débris de satellite retombé sur Terre, Dakota, un as de l’aviation, consacre sa vie à débarrasser l’espace des épaves dangereuses.


Aviation Froid. Neige. Glace Label Série B

Depuis la mort de sa fille due à la radioactivité d’un débris de satellite retombé sur Terre, Dakota, un as de l’aviation, consacre sa vie à débarrasser l’espace des épaves dangereuses. Suite au réchauffement climatique, il est aussi réquisitionné pour détruire les icebergs dérivants sur les routes maritimes. Au cours d’une de ses missions, il met à jour un cylindre métallique. L’examen de l’objet amène l’état-major à classer l’affaire secret-défense...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Novembre 2007
Statut histoire Série en cours 10 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Arctica
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

29/11/2007 | ManuB
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Le début mystérieux met bien dans l'ambiance, on a envie de continuer ; les 2 scènes d'intro des 2 personnages principaux sont excellentes et suffisent pour étonner le lecteur. Le rythme trépidant est la carte de visite de la série, tout ceci est confirmé par le cliffhanger de fin du tome 1, c'est très intrigant, et le tome 2 enchaîne là où ça s'est arrêté. On est dans un futur assez proche, très technologique, et le dessin de Kovacevic correspond exactement au contexte d'époque choisi, à cette modernité futuriste qui n'a pas toutefois trop perdu de valeurs anciennes. Malgré une incursion SF dans la Préhistoire qui peut sembler discutable, mais après tout pourquoi pas ? la série est très agréable et aborde quelques thèmes intéressants de notre époque transposés dans une certaine vision du futur, avec notamment l'eau contaminée par les déchets spaciaux, ou la planète surpeuplée due aux progrès de la science et à l'espérance de vie plus longue. Mais tout ceci n'est qu'effleuré, la série n'ayant pas vocation de poser une réflexion, elle est destinée à distraire avant tout, elle utilise des rouages assez simplistes et classiques mais très efficaces, et c'est comme ça que je l'ai reçue. La-dessus, le dessin est très esthétique, joli et moderne (peut-être même trop, il sera démodé d'ici quelques années), avec une colorisation adéquate. Le seul truc qui me dérange un peu, c'est que ça devient trop répétitif, ça n'en finit pas parce que quand un auteur tient un bon filon, il le lache difficilement, Pecqueur tire donc trop sur la corde, ça s'allonge pour rien et ça prend des allures de course-poursuite incessante alors qu'il pourrait conclure en 4 albums. Ici, on est déjà à 6 albums, un 7ème est annoncé et je suis certain qu'il va continuer encore jusqu'à ce que les lecteurs n'en peuvent plus, on est donc dans du commercial à fond. Malgré cet aspect qui saborde un peu la spontanéité de la série, c'est de l'excellente série B très remuante, dans le style de Golden City, destinée à un très bon moment de détente et qu'il faut accepter uniquement en tant que telle.

11/12/2014 (modifier)

Pour ma part j'ai commencé la série dès le premier tome, ça avait l'air pas mal en le feuilletant. Et en effet j'ai bien accroché, le dessin n'était pas mauvais et l'histoire avait du potentiel pour un dérivé vers la SF. Malgré des personnages assez fades et une narration poussive, je me suis dit que ce n'était que le lancement, à voir. 2e tome, les personnages n'ont pas pris en complexité, l'histoire commence à devenir intéressante avec une intrigue qui s'étoffe et une narration plus rythmée. 3e tome, c'est le début de la fin. Il y a trop de facilités. Des personnages manichéens, des facilités dans la narration, pas de vraies personnalités pour les personnages, des défis sans envergure. A ce stade rien ne me donnait plus envie d'acheter le suivant. 4e tome, là on tombe dans des anachronismes délirants avec des "adultes" qui se font mener, depuis le début, par le bout du nez par une enfant dont ils ne savent rien. Aucun réalisme, aucune crédibilité, bon pour un enfant de 10 ans. Mais cela reste mon avis personnel.

21/10/2011 (modifier)
Par Raphifty
Note: 2/5

J'ai commencé à acquérir cette série car j'ai flashé sur les couvertures tape à l’œil des premiers tomes. A la lecture du premier ouvrage, on constate amèrement que ça n'avance pas vite. Par la suite... et bien c'est long ! On trouve dans cette série de nombreux défauts (qui sont malheureusement difficilement excusables) : certaines scènes d'action ne sont pas justifiées, l'histoire ne parvient pas à se lancer et commence à se faire trèèèèès longue, des cases sont complètement inutiles et semblent meubler un manque d’inspiration de l’auteur. Le scénario justement, en refermant le quatrième tome (!!!) on en apprend enfin un tout petit peu plus sur cette fillette aux cheveux bleu (enfin... vraiment un tout petit peu). A ce rythme, l'auteur va faire tenir sa série encore 12 tomes avec un scénario qui se résumera en trois lignes. C’est une honte. Sans être vraiment novateur, le dessin quant à lui est sympa et relève un peu le niveau. Espérons que la suite sera (enfin) meilleure !

13/03/2009 (MAJ le 05/08/2011) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Si la collection Série B n’existait pas, il faudrait l’inventer pour cet Arctica. Le scénario de Pecqueur est en effet une merveille du genre, et multiplie clichés faciles, personnages stéréotypés et scènes d’action invraisemblables. Personnage stéréotypé ? Je n’en citerai qu’un : le héros. D’abord, le pauvre a perdu sa fille à cause d’un déchet radioactif. Ce drame a eu raison de son couple, et, depuis, il consacre ses loisirs à détruire les satellites qui menacent de s’écraser sur terre. Ensuite, pour financer ces opérations, il collabore avec les services armés de son pays dans des missions diverses et à hauts risques. Son papa et sa maman sont de braves fermiers respectueux de l’environnement. Lui-même est un baroudeur accompli, maniant aussi bien le lance-roquettes le plus perfectionné que le modeste couteau, est capable de piloter n’importe quel appareil (volant ou non) ou d’enfiler une tenue de plongée. Il possède une voiture de sport du genre « Ferrari » et une Harley futuriste. C’est tellement énorme que ce ne peut être que volontaire dans le chef d’un auteur aussi talentueux que le créateur de « Thomas Noland ». Et, personnellement, je dois bien avouer que la série comble mes attentes. Il est vrai que je la considère comme un parfait vide-cerveau. Je me laisse guider par ces personnages aux comportements extrêmement prévisibles dans une course poursuite bordélique mais prenante (pourvu que l’on n’y réfléchisse pas de trop). Graphiquement parlant, le style de Kovacevic est efficace mais risque de vite se démoder. Son trait et sa colorisation sont, en effet, dans l’air du temps, multipliant classiques cadrages cinématographiques et couleurs vives et tranchées. Je crains franchement que l’ensemble manque de personnalité et ne résiste aux passages de mode. Commercial ? Sans nul doute ! Créatif, original ? Non ! Efficace comme un feuilleton américain d’action. Sans prise de tête et avec la certitude d’y trouver sa dose d’action et de bons sentiments. Une série B, en somme …

21/12/2009 (modifier)
Par cac
Note: 2/5

Bof bof bof. On doit se situer à la fin du 21ème siècle où l'on trouve maintenant des voitures et des tracteurs agricoles au look futuriste avec des grands toits en verre mais aussi un président de l'Union Européenne. Là on rencontre Dakota, mais c'est pas son vrai nom, un as de l'aviation (hop flashback sur son enfance, un vrai héros), un homme meurtri (hop flashback sur la perte de sa fille et son alcoolisme) et engagé dans la destruction de satellites radioactifs, quel surhomme ! Mouais. Je n'aime pas vraiment les illustrations ni ces couleurs photoshopées même si les idées quant au design des véhicules par exemple ont un certain mérite. Le dessinateur a la désagréable manie de dessiner des joyeux oiseaux dans quasiment chaque case en extérieur, là où les enfants gambadent gaiement au milieu des coquelicots et de l'herbe verte. Surtout j'ai fini par trouver le scénario insipide, avec un message écologiste à peine voilé derrière. Oui bien sûr les parents de Dakota agriculteurs font du bio, non aux OGM. Mais aussi à cause du réchauffement etc. l'eau se fait rare et un litre d'eau de source est aussi cher qu'un grand cru de jus de raisin, c'est pour cela qu'elle est transportée dans des trains armés contre le banditisme (qui a recentré son cœur de métier sur l'eau, la drogue ça payait plus). Bien sûr et le grand-père, il donne pas de l'eau à boire à ces vaches... Il reste la jeune fille découverte dans un sarcophage, qui est-elle ? Pourquoi ceux qu'on croyait gentils sont en fait méchants ? Il y a un complot derrière tout cela dont l'enjeu est la récupération de la gamine. Mais en tout état de cause je n'en saurai pas vraiment plus car je vais en rester sur la lecture du premier tome.

13/12/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est vrai qu'on retrouve l'ambiance de Golden City et on aurait pu espérer que l'auteur puisse se renouveler un peu à l'occasion du démarrage d'une nouvelle série. Je suis assez fan de l'univers de Golden City et il est vrai que j'apprécie beaucoup de type de dessin et de colorisation. Les moyens de locomotion de cette époque future (avion, train, tracteur) sont une pure merveille. Cependant, là où je dis stop c'est que vraiment l'auteur aurait pu faire un effort pour appeler son héros autrement que le même patronyme de Golden Cup à savoir Dakota ! A ce que je sache, ce n'est pas un prénom très ordinaire. J'ai même d'abord crû à une espèce de lien entre les deux séries. Ce qui diffère, c'est que l'un est pilote de course et l'autre d'avion. Zéro pointé pour l'originalité ! Après ce coup de hurlante, j'en remets encore une couche sur le fait que l'action est vraiment très lente. Il ne se passe pas grand chose en 48 pages mise à part une découverte qui va susciter le mystère. Même les flashbacks dans le passé du héros sont dignes d'une guimauverie sans pareille. Et pourtant, je serai indulgent dans ma notation car je dois bien avouer avoir passé un bon moment de lecture. Après tout, c'est ce qui compte. Et puis, j'ai bien aimé la morale écologique car elle nous fait réfléchir sur les problèmes que nous devrons automatiquement affronter dans le futur comme la fonte des glaces ou la retombée de satellites radioactifs.

30/05/2008 (MAJ le 02/05/2009) (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Le cadre futuriste est des plus réussis, et il est très bien mis en image par le style de dessin, que j’apprécie beaucoup. J’ai vite accroché à cette histoire d’anticipation. Il faut dire que le scénario est original et prenant. A vrai dire, le mystérieux caisson découvert page 3 a suffi a titiller ma curiosité. Et la découverte à l’intérieur encore plus. Du tout bon, donc. Il y a juste un détail qui m’empêche de mettre 4/5. Et pas un petit détail. Certains dialogues et certaines scènes entières sonnent trop faux. Comment Dakota a appris à piloter, comment il a perdu sa fillette et lutte aujourd’hui contre la radioactivité… quel ramassis de clichés. C’est bien dommage car si on passe outre ce défaut le scénario est très bon.

18/03/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 2/5

L’histoire démarre bien MAIS : son développement ne casse pas des briques !… Le récit est classique. Un peu trop. Les personnages ?… ben.. on ne sait pas trop qui est qui…et qui fait quoi… Le dessin ?… un beau trait réaliste qui aurait pu relever certaines carences du scénario. Mais ce n’est pas le cas. Egalement quelques « faiblesses » dans la construction de personnages ; une mise en page « standard ». Tout ça pour ?… un tome divertissant mais qui n’a pas capté outre mesure mon attention. Voilà. C’est tout.

05/02/2008 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Cette nouvelle série de Daniel Pecqueur devrait plaire à tous ceux qui ont apprécié Golden City et Golden Cup du même auteur. En effet, dans « Arctica », le lecteur retrouve la bonne narration, le graphisme plaisant, la mise en couleurs toute de suite reconnaissable de Schelle avec ses tons azurs, orangés et jaunâtres, la mise en page aérée, l’univers futuriste avec les nombreux trouvailles technologiques (de Manchu, le designer attitré de la collection « Série B » ?), le thème de l’écologie, les séquences d’action assez réussies et des personnages attachants mais qui sont assez stéréotypés, des séries « Golden City » et « Golden Cup ». Le graphisme de Boyan Kovacevic m’a semblé très agréable à contempler. Son style m’est apparu bien adapté au scénario de Daniel Pecqueur surtout lorsque des scènes d’action apparaissent, c’est dans ces séquences-là que le dynamisme de son coup de crayon fait merveille. A mon avis, le travail de coloriage de Schelle est assez remarquable, le fait d’utiliser massivement les tons azurs donnent une patte personnelle à ces séries (celles scénarisées par Daniel Pecqueur pour « Série B ») et rendent cette bd plaisante à regarder. Au niveau du scénario, l’histoire est facile à suivre et le thème de l’écologie devrait contenter tous ceux qui ont la fibre verte. Cependant, je n’ai pas été convaincu par la façon dont le passé du héros, Dakota, a été dévoilé (la nénette qui parle à son oiseau… bof !). Je n’ai pas non plus été séduit par la manière dont l’évolution du monde et de la société jusqu’à la situation de cette histoire a été amenée. Bref, j’ai eu la grosse impression que tout cela est téléphoné parce que le scénariste a voulu éviter des préfaces. En dehors de ça, la bd est très agréable à suivre, elle se lit avec beaucoup de plaisirs et sans casse-tête. En conclusion, « Arctica » est une série de science-fiction et d’aventure sympathique à lire. Le graphisme assez dynamique de Boyan Kovacevix m’est apparu très correct et bien adapté au scénario de Daniel Pecqueur. De même, j’ai aimé le design futuriste des véhicules et autres objets, il y a eu à mon avis un gros travail au niveau du design pour cette série ! Malgré des passages convenus dans la façon de présenter Dakota, le héros de la bd, et de raconter comment la terre est devenue telle qu’elle est dans « Arctica », l’histoire m’a paru accrocheuse. Bref, « Arctica » est une bd qui devrait satisfaire sans problème les amateurs de « Golden City » du même scénariste. Quant aux autres bédéphiles dont je fais partie, je pense qu’il faudra attendre le prochain tome pour voir comment cette série évolue. A suivre…

08/12/2007 (MAJ le 14/12/2007) (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Beaucoup de nouvelles séries cet automne !!! Arctica prend pleinement sa place dans le catalogue Delcourt. Les habitués s'y retrouveront rapidement, le cocktail y est réussi à défaut d'être très original sur ce premier tome. Le plaisir de lecture est présent, et c'est bien ce que l'on demande à une BD. Le scénariste est tout sauf un débutant, et ça se ressent. Il est bien secondé au dessin. Cette histoire ne comportera que 3 tomes apparemment. J'ai bien aimé les flash backs sur le personnage principal, ils apportent une cohérence au récit et expliquent le pourquoi du comment dans ses choix et ses idées.

03/12/2007 (modifier)