Anaelle Et Myrios

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

Il y a 3200 ans, le jeune Myrios et la belle Anaelle quittent le port Phénicien de leur jeunesse à la recherche de l'étain de la Ville Blanche.


Boilet L'Atlantide Okapi Péchés de jeunesse

Il y a 3200 ans, le jeune Myrios et la belle Anaelle quittent le port Phénicien de leur jeunesse à la recherche de l'étain de la Ville Blanche. Leur quête sera parcourue de mystères, de magie et de mythes empruntés à l'Atlantide et à la mythologie Egyptienne. BD parue dans le magazine Okapi du numéro 244 de fin janvier 1982 au numéro 254 de fin juin 1982.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1983
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Anaelle Et Myrios
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

26/11/2007 | Ro
Modifier


Par Altaïr
Note: 3/5

Ouch, les avis sur cette BD ne sont pas tendres... mais je dois admettre que ces critiques sont certainement justifiées, les années ayant magnifié le souvenir que je garde de cette BD. Je dois avouer que j'en étais vraiment fan quand j'étais petite (qui a dit que j'avais des gouts de ch...tes ?), quand je l'ai découverte sous forme de feuilleton à suivre dans les Okapi de ma soeur... c'est d'ailleurs amusant de réaliser 25 ans plus tard (ouch) que le dessinateur en était Boilet. J'aimais beaucoup les deux héros, Anaelle qui se baladait avec un sein à l'air (justifié par le contexte "historique", mais ça me semblait alors le comble de la subversion :) ), et Myrios, le beau Myrios, qui est sans doute à l'origine de ma fascination pour les cranes d'oeuf, bien avant ma découverte de Yul Brynner... ahem. Bref, cette BD n'a sans doute aucun intérêt pour qui ne l'a pas connue dans sa tendre enfance, mais moi je l'aime bien. Na.

16/12/2008 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Voilà une histoire qui fait partie de mes souvenirs BD d'enfance et de pré-adolescence ! A l'époque où le monde de la BD tournait pour moi autour des prépublications d'Okapi ou du Journal de Tintin, cette histoire sans grande prétention et située en Egypte ancienne, ce qui n'était pas non plus pour me déplaire, fut pour moi une expérience plutôt sympathique de lecture de bulles dans des cases. Peut-être un peu dépassée pour les "jeunes d'aujourd'hui", je dirais qu'elle s'adresse plus à des collectionneurs nostalgiques !

13/12/2008 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 2/5

Je me suis forcé pour connaître quand même la fin. Oui, je sais, c'est pour jeunes enfants, oui je sais, ça parle d'Egypte, or tout ce qui parle d'Egypte et de mystères, d'esprit qui voyage dans le temps et l'espace, tout ça, c'est fatalement bien, non ? Ca a un peu plu à certains enfants, qui m'ont ensuite posé des questions : on peut faire ceci, on peut faire cela ? Les égyptiens, y zétaient comme ça ? Bref une finalité quand même éducative. Oui, j'ai cette BD dans ma collection, mais bon, un collectionneur collectionne ; et ça fait du bien de faire des comparatifs, le blanc n'est blanc que face au noir. Les poncifs du genre sont tous présents, même celui de la régression à l'état de nourrisson pour enfin voir le visage du père. "Ô c'était donc vous mon père, ô quelle surprise !" Quelques bonnes idées ci et là, beaucoup de maladresses partout, mais il faut bien commencer un jour avant de créer LA nouvelle manga...

07/12/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD est parue à l'époque dans le journal Okapi. Les quelques BD issues de ce dernier que j'ai lues ne m'ont jamais vraiment enthousiasmé mais globalement je les trouvais sympathiques et porteuses d'une ambiance assez désuète de nos jours, un peu nostalgique. Hélas, celle-ci est particulièrement mauvaise, ou du moins ratée. C'est avec surprise que j'ai vu que le dessinateur de cette BD était Frédéric Boilet. C'est vrai qu'Okapi a eu pour habitude de publier des auteurs amenés ensuite à devenir célèbres, tels Gibrat, Sternis et autres Cothias. Alors pourquoi pas Boilet ? Sauf qu'il s'agit là d'un véritable pêché de jeunesse, du genre qu'on souhaite sûrement oublier. Le dessin n'est vraiment pas terrible pour commencer. Plein de défauts techniques, de compositions peu judicieuses, de personnages manquant de naturel, il est en outre très médiocrement colorisé. Ce n'est pas beau. A cela s'ajoute une narration graphique ratée, des enchaînements abruptes et parfois incompréhensibles, un récit décousu au rythme saccadé et déplaisant, et une intrigue assez mauvaise autant qu'emplie de clichés. Il y a quelques bons points dans ce scénario. Notamment, j'ai bien aimé la petite histoire dans l'histoire, imaginant le mythe de l'Atlantide comme étant le précurseur des dieux d'Egypte. Mais à part cela, tout ce qui est construit autour est franchement bancal et surtout très mal raconté. La construction en épisodes tels que parus dans Okapi a dû franchement handicaper le scénariste qui n'a pas du tout su la gérer, usant en permanence d'ellipses et d'enchaînements douteux pour condenser son récit et en faire une bouillie pénible à lire. Surtout qu'avec du recul, l'intrigue n'est franchement pas terrible et tellement convenue. Bref, une BD qui sent beaucoup trop l'amateurisme pour un scénariste qui a, semble-t-il, arrêté là sa carrière dans le domaine de la BD, et pour un dessinateur qui a fait vraiment mieux par la suite.

26/11/2007 (modifier)