Journal d'un séducteur

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

C'est l'évocation d'une tranche de vie sexuelle d'un trentenaire autour d'un week-end entre copains.


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre Les week-ends entre copains

C'est l'évocation d'une tranche de vie sexuelle d'un trentenaire autour d'un week-end entre copains. Une maison au bord de la mer, quatre amis, deux hommes et deux femmes, un drame et beaucoup de fantasmes. .

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1991
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Journal d'un séducteur
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

04/08/2007 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Il ne faut pas confondre cette BD avec celle portant le même nom signé Trondheim. Ce n'est pas la même chose, ni à mettre dans toutes les mains ! D'ailleurs, suite à la réédition opérée en Septembre 2008, l'oeuvre change de nom pour s'intituler plus sobrement: "Journal d'un séducteur". C'est à croire que l'éditeur a tenu compte de ma remarque... L'auteur aborde son thème favori entre les relations "homme-femme" comme dans l'esprit d'un Woody Allen à la française. Ici, on est au bord de la mer. C'est l'été et il fait chaud. Il y a deux femmes plutôt jolies qui se battent pour le même homme. Entre chassée croisée amoureux et une petite dose de thriller, on assiste à une montée en puissance de l'érotisme dans ce qu'il a de plus charnel sous couvert d'une philosophie libertine de façade. Romantiques lubriques, s'abstenir ! Pour le reste, c'est trop vieux jeu en ce qui me concerne aussi bien le graphisme à la ligne claire que le scénario qui ne décolle pas.

04/08/2007 (MAJ le 25/09/2008) (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je m'attendais à franchement mieux avec cette BD. En fait, j'imaginais un album du style de Quelques Mois à l'Amélie avec en addition une bonne dose d'érotisme. Au lieu de ça, j'ai eu droit à beaucoup d'érotisme, voire de porno sur la fin, enrobé dans un scénario pas crédible et peu engageant. Je m'attendais à mieux aussi au niveau du dessin. Vu de loin, le style de Frémond me plait bien, me rappelant justement la ligne claire et les couleurs de J-C denis. Mais vu de près, le trait est ici nettement plus approximatif, un peu plus personnel mais moins bon à mon goût. Quant au récit... C'est un petit fatras façon huis-clos entre 4 personnes, avec des situations rocambolesques, des dialogues sans aucune crédibilité, un héros totalement passif et des comportements féminins qui tiennent plus du fantasme masculin mis en application sans réalisme. Comment expliquer autrement ces deux chapitres mettant brièvement en scène un cadavre et ce qui ressemble à une petite intrigue policière, finalement rapidement jetée aux orties pour revenir à des considérations bien plus terre à terre et sexuelles. Le tout semble mener à ça, la justification de la réalisation d'un fantasme masculin de l'anti-héros tout mou que deux belles femmes s'arrachent et finalement se partagent dans un couple à trois débridé. Et ensuite, ce sont des scènes de sexe gratuites, sans tabou, voire un peu crades sur la toute fin. Mais comme le tout manque vraiment de réalisme, ça n'a pas le côté émoustillant que j'aurais pu en espérer. Déception donc car le scénario n'est vraiment pas des plus crédible, attachant ou même intéressant.

15/02/2008 (MAJ le 15/02/2008) (modifier)