Loin du mythe

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Le parcours de trois jeunes musiciens, confrontés à la réalité d'un mythe vivant de la musique...


Format à l’italienne Musique

Une plongée dans la scène rock. Ni Bercy, ni le Zénith. Non, les petites salles, les MJC, un monde urbain couleur rouille, le bruit d'un train qui ne devrait plus rouler. Le son et la sueur de ceux qui veulent sortir. Le rêve qui se construit en décibels. Sur scène, sur les murs, dans leurs chambres, le cerveau pressé par un casque, la musique à fond, ils créent. Ils jouent. "Loin du Mythe" est une expérience graphique et narrative. Sur un texte de Charlélie, Vincent Gravé met en images le rêve de Jamy. Témoignage, reportage, vision d'un monde qui se débat pour exister. Quand la musique scande la vie au rythme d'une basse, d'un riff plaqué sur guitare. Charlélie, le musicien, le peintre, Vincent Gravé, le dessinateur, deux artistes qui nous racontent la création, la leur et celle de Jamy. Petit à petit, ses chansons naissent, ses mélodies s'éclatent sur les pages, la foule danse au son de sa voix. "Loin du Mythe" est une alchimie étrange, née de la rencontre entre les univers des deux artistes, qui donnent au groupe de Jamy, ses premières scènes, sa musique, ses désillusions. Le parcours à la recherche de l'inspiration du son. (texte : Carabas)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mai 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Loin du mythe
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

05/06/2007 | Spooky
Modifier


Par Marie M
Note: 3/5

Jamy et ses amis musiciens, à la recherche du son, créent un groupe « Les biscuits » et tentent de devenir des vedettes. Espoir, combat et désillusion sont au programme d’un parcours loin d’être tracé. La rencontre entre la musique et la bande dessinée n’est pas née d’hier. Qui se souvient que les premiers albums du chanteur Renaud sont parus chez Delcourt il y a à peine plus de 20 ans ? Nombreux sont les collectifs nés sous l’égide d’un éditeur admiratif de cet art et désireux de le mettre en image. Parmi les exemples trop nombreux pour être cités tous, certains comme ceux édités par Olivier Petit font toutefois figure de proue dans le genre. Alors que les collectifs et les éditeurs se « disputent » les chanteurs ou groupes à mettre en image, voilà que surgit un nouvel album semblant tout à fait original. L’œuvre est une histoire courte mais dense, riche en émotions et en couleurs. Les personnages semblables à tant de jeunes espérant sortir vainqueurs de cruels concours éliminatoires vont tenter de réaliser leurs rêves. Entre eux et la réalité toujours le même fossé, celui qu’ils n’imaginent jamais tout en disant toujours le contraire. Oui, mais cette fois-ci, le mythe reste inaccessible et les désillusions, les vraies, celles qui font changer de route en milieu de parcours, sont bien présentes. Étonnant alors, qu’un musicien à la notoriété forte parle de ces laissés pour compte plutôt que des strass et paillettes, que les scènes sur lesquelles il joue l’autoriseraient pourtant à en décrire l’ambiance. Étonnant aussi, cette rencontre entre Vincent Gravé à la personnalité discrète avec ce musicien mythique. Étonnante, pour conclure, cette histoire à mi-chemin entre le rêve et la réalité et entre la jeunesse et l’expérience. Pourtant, l’alchimie fonctionne, on est captivé. Tout dans ce livre est source de création, la mise en page, les planches et les illustrations pleine page, les textes tapés à la machine ou calligraphiés traversant les images avec la même aisance qu’un graffiti s’installe sur un mur. Carrefour de divers modes d’expression dans un environnement métallique, urbain, bruyant, "Loin du mythe" réussit largement l’exercice. Pas d’adaptation de textes, non : il s’agit d’une création de Charlélie Couture. Reste à convaincre le dessinateur d’aller plus loin encore dans l’audace, la composition et le travail de la matière. Plutôt proche d’artistes tels qu’Hermann dans sa nouvelle vague ou René Follet, il ne lui manque que peu de chose pour les atteindre dans leur épaisseur. Il ne reste plus au lecteur qu’à faire l’effort de lire ce livre passerelle entre divers arts tout en mettant le médium bd au premier plan.

06/06/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Quand j'ai feuilleté pour la première fois cet album, j'ai pensé "beurk, c'est quoi ce dessin ?" Et puis je me suis mis à le lire, attiré par l'argumentaire de Carabas. Bien m'en a pris, puisqu'au final, c'est un album pas mal. Oh bien sûr, il faut être un fan de Charlélie, de ses poèmes de rue, pour bien apprécier le dynamisme de ses rimes, la fluidité de son texte. Un texte qui d'ailleurs est soi typographié, soit calligraphié, presque tagué. Il s'est adjoint les services de Vincent Gravé, l'un de ces jeunes auteurs au talent graphique fou, qui réalise ici quelques belles aquarelles. La structure narrative et graphique est ici éclatée, chamboulée, puisque outre cette originalité textuelle, on a des dessins pleines pages (souvent très beaux), des croquis "jetés", mais aussi des gaufriers avec de toutes petites cases... Un carnet de croquis (relatant des concerts de Charlélie pour l'essentiel) est en bonus de l'album. C'est un OVNI, mais qui malgré quelques spécificités et originalités, peut plaire au plus grand nombre, car l'histoire qu'il conte est universelle, quoiqu'un peu naïve...

05/06/2007 (modifier)