La Guerre des Sambre - Hugo & Iris

Note: 3.57/5
(3.57/5 pour 14 avis)

Série parallèle à Sambre qui se penche sur d'autres membres de la famille maudite.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Hislaire / Yslaire L'univers de Sambre Les Roux ! Prequel

La passion selon Hugo… Le premier volume de Sambre : Plus ne m’est rien… mettait en scène le suicide d’Hugo Sambre. Le père de Bernard laissait derrière lui le manuscrit inachevé de La Guerre des yeux, histoire d’une malédiction familiale s’étendant sur plusieurs générations. Avec Hugo et Iris, récit en trois parties, Bernard Yslaire raconte dans quelles circonstances Hugo l’a écrit et comment il a rencontré Iris, mère de Julie. Scénariste et metteur en scène, il confie le dessin de cette histoire à deux jeunes prodiges, Bastide et Mézil. 28 mai 1830 : Le jeune Hugo Sambre se marie avec Blanche Dessang. C’est un mariage arrangé. Les deux familles ne s’apprécient pas outre mesure, Monsieur Dessang semble même mépriser Hugo. La pauvre Blanche paraît être la victime de son beau-père, Maxime-Augustin Sambre. Trois mois plus tard, Hugo se rend en Belgique, dans l’usine des charbonnages du Hainaut, à l’invitation de M. Dessang, qui lui en a cédé pour dot la direction. Il laisse à « la Bastide », le bastion familial, Blanche, enceinte de trois mois. Au Hainaut, Hugo fait la connaissance d’Horace de Saintange, le contremaître de l’usine surnommé « le Vicaire ». Une complicité naît entre les deux hommes. En fouillant dans la mine, Hugo et le Vicaire découvrent une nécropole préhistorique, ornée de peintures rupestres. Plusieurs dizaines de crânes, dont l’un est incrusté de pierres rouges dans les orbites. « À cet instant, Hugo sentit confusément au fond de lui que la découverte de cette caverne pas plus que la rencontre avec Horace Saintange n’avaient été un hasard… Intérieurement, une petite voix lui criait qu’il avait déjà vécu semblable scène, que ces peintures rupestres lui parlaient… » La Guerre des Sambre se composera de plusieurs histoires. Chaque récit se déclinera en deux ou trois albums et sera dessiné par un dessinateur différent. Chaque histoire peut se lire séparément, comme une oeuvre exceptionnelle. En 2008, paraîtront ainsi Hugo et Iris tome 2 et Werner et Charlotte tome 1 avec Griffo au dessin. Les Éditions Glénat et Futuropolis se sont associées pour défendre et promouvoir cette oeuvre unique.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Mai 2007
Statut histoire Série terminée (Trois séries de 3 tomes chacune) 3 tomes parus
Couverture de la série La Guerre des Sambre - Hugo & Iris
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

24/05/2007 | ArzaK
Modifier


Par Tourenne
Note: 5/5

Superbe! Illustrations exceptionnelles de Bastide. Cette anti-chronologie est particulièrement plaisante et bien menée. Le mystère des Sambre prend de la consistance.

03/10/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

La saga des Sambre fut "culte" pour moi tant le romantisme dégagé me parlait. Ici, on remonte le temps d'une génération. Le dessin colle fort heureusement au cadre de cette histoire malgré le changement de dessinateur. Les ambiances sont respectées au rythme des tons donnés dans les couleurs (le noir charbon prédomine). Là où le bas blesse, ce sont les erreurs de prénoms qui s'accumulent tout au fil de la lecture. Ainsi Honorine serait la soeur jumelle de Camille et non Hortense d'après l'arbre généalogique au dos de la BD. Or, dans l'histoire, Honorine est présentée comme la nourrice... Par ailleurs, Solange serait la fille mort-née de la première couche de Maxime-Auguste et non Julienne comme annoncé. Vous suivez toujours? :| Je découvre également avec horreur que le cinquième chapitre "Maudit soit le fruit de tes entrailles" serait présenté comme le premier de la troisième génération. Pire que tout: on remonte la "guerre des yeux" aux origines de l'humanité soit 40000 avant JC... cela va trop loin et cela démystifie le cycle originale. Autant de séries parallèles prévues alors qu'il a fallu 20 ans à Yslaire pour terminer la saga originale. Cependant, au final, ce second cycle s'avère très plaisant à la lecture. C'est toujours aussi bien dessiné. Cela reste de très bonne facture ! Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 3/5 - Note Globale: 3.75/5

10/06/2007 (MAJ le 09/06/2011) (modifier)
Par gdev
Note: 3/5

Avis rédigé après la lecture des trois tomes : Hugo et Iris. Sambre était un moment graphique d'exception, et il était périlleux pour des repreneurs de développer une suite (dont l'action se situe avant la série mère) car ils risquaient de passer à côté de l'identité de la série mère. Il n'en est rien, et c'est même le contraire : non contents de respecter la charte graphique de l'univers de Sambre, en reprenant cette contradiction entre couleurs ternes et couleurs vives, ils surpassent le maître en proposant une palette de couleurs plus nuancée, en gommant un peu l'aspect fantastique, en gagnant en précision, et en trouvant un ton très juste dans la gestion des jeux de lumière. Sur ce dernier point, en particulier, une Bastide éclairée à la seule lueur d'une bougie ou une veine de mine éclairée à la torche, sont du plus bel effet. On pourrait reprocher toutefois que certaines cases sont parfois trop sombres et écrasent le dessin. Mais dans l'ensemble, le dessin et les couleurs affirment leur filiation avec la série originale, tout en se permettant d'y ajouter une touche de réalisme et un soupçon de dynamisme des plus réussis. En revanche, encore une fois, je suis très déçu par le scénario. Et pourtant, c'était alléchant : on avait bien compris que les tourments de Bernard et Julie dans Sambre étaient liés, d'une façon ou du autre, à des comportements un peu fous du père de Bernard : Hugo Sambre. Et dans le premier tome celui-ci apparaît sain d'esprit : un peu renfrogné, ayant quelques difficultés avec la présence paternelle, certes, mais pas véritablement délirant. De plus, lors d'une visite d'une mine, il trouve un crâne avec un rubis dans une orbite. Jusque là, tout va bien, les auteurs nous proposent ce que l'on attendait pour expliquer cette importance des yeux rouges dans la série Sambre. Et c'est un peu à partir de là que ca part en sucette : sur la base de ce crâne, Hugo se monte la tête et invente un hypothèse totalement délirante sur les débuts de l'humanité, qui auraient été le théâtre d'un affrontement entre yeux rouges et yeux noirs. Dans la série Sambre, le bouquin qu'a commencé à écrire Hugo "la guerre des yeux" laissait supposer une ancestralité scientifique à cette hypohèse. Ici, on se rend compte qu'elle ne repose sur rien de tangible et que cette idée folle n'est rien de plus qu'une idée hypothétique sortie d'une tête à la vue d'un crâne. Cette hypothèse devient une obsession qui rend visiblement Hugo fou, mais sans que l'on sache vraiment ce qui a été le déclencheur de cette folie. A moins que ce ne soit l'Iris aux iris rouges, rencontrés par hasard, qui ne demande rien à personne (si ce n'est d'un peu d'argent en retour de certaines faveurs), et que Hugo veut absolument relier à sa vue de l'esprit. En bref, après nous avoir fait saliver dans le premier tome, j'ai trouvé que cette histoire n'apportait finalement rien de nouveau à la série Sambre, comme on l'attendait, voire l'espérait. En conséquence, c'est toute l'histoire qui devient aussi fumeuse que la théorie d'Hugo. Passé l'intérêt du premier album, le reste du récit devient ennuyeux et peu intéressant et seule le personnage du Vicaire semble à sa place dans cet univers. Comme pour la série mère, seuls les dessins retiennent l'attention : vraie technique, vraie sensibilité, vraie intention. En revanche le scénario sonne creux. Aussi, face à "la guerre des Sambre", je rends les armes et n'irai pas au-delà de ces trois premiers tomes.

10/03/2011 (modifier)
Par Miranda
Note: 5/5
L'avatar du posteur Miranda

Bastide et Mézil nous concoctent un merveilleux visuel avec pour seul et unique défaut celui d’être un poil trop sombre. Même si le récit se passe souvent de nuit, les scènes de jour auraient pu être un peu plus éclairées. Malgré tout, le trait précis et la colorisation ultra soignée font de cette lecture un moment de satisfaction intense. Les Sambre et leur obsession enfin un peu plus dévoilée ! C’est presque jouissif de faire la connaissance des ancêtres des Sambre et de tous les personnages qui paraissaient trop dérangés dans la série originale, et qui le sont quelque part de toutes manières, mais dont les raisons de leur folie exposées ici aident à mieux les comprendre et surtout à les accepter tels qu’ils sont. Car cette obsession n’est pas une simple lubie mais une histoire de famille dont les racines du mal remontent à de lointains ancêtres. J’ai aussi apprécié que cette série n’éclaire pas complètement la paternité de Julie, elle laisse planer un doute, qui pour nous enfants de la science, aurait pu être réglé par un simple test ADN, mais qui restera sans réponse précise et nous fait ainsi partager les doutes sur la paternité à l‘époque, à moins qu’Yslaire finisse la saga des Sambre dans notre présent… Une autre des qualités de ce triptyque c’est justement d’être réglé en peu de tomes, du coup les personnages gardent une certaine consistance et l’intérêt que l’on peu ressentir pour eux reste entier et ne s’entame à aucun moment. Ce passé a l’avantage d’éclabousser Bernard, Julie et leurs descendants, de leur apporter plus de poids et d'effacer un peu la longueur des évènements concernant ces deux protagonistes.

10/03/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai relativement bien aimé ce premier cycle, principalement pour son élégance graphique et pour son respect de l’œuvre mère. Une fois de plus, la colorisation apporte une plus-value incontestable à la série. Vraiment, cette marque de fabrique compte pour beaucoup dans mon appréciation d’ensemble. Malheureusement, la série ne possède pas la force romanesque de Sambre et, malgré ce très beau travail graphique, l’émotion n’est pas autant au rendez-vous que je ne l’escomptais. Reste que pour un amateur de Sambre, la série apporte quelques réponses intéressantes aux multiples points d’interrogation laissés à la fin de son premier cycle (je parle de celui de Sambre, et non de ce premier cycle-ci). Pour les novices, je ne peux que conseiller de commencer par « Sambre » avant de se lancer dans ce spin-off. Je crains en effet que, dans le cas contraire, ces deux lectures ne se transforment en autant de déceptions. La guerre des Sambre est, prise isolément, une bande dessinée moyenne dans son intensité dramatique. Et je pense que Sambre perd de sa puissance si l’on a à priori connaissance des éléments divulgués ici.

18/02/2010 (modifier)
Par dut
Note: 3/5

Avant tout, c'est une bonne idée cette série ! (même si j'aurais préféré qu'Yslaire avance plus vite sur le suite de Sambre... c'est long d'attendre !). Scénaristiquement, ca tient bien la route. En effet, dans Sambre, le passé obscure de la famille Sambre (et de Julie), de la guerre des yeux méritait bien cette "pré-quelle". "La guerre des Sambre" répond à pas mal de mystères, et je dois dire que j'ai pris du plaisir à suivre la vie d'Hugo Sambre et d'Iris, ce qui a forcement une influence sur la compréhension de l'historie de Bernard et Julie dans la série originale. Mais on est quand même loin de l'intensité et de la dramaturgie de Sambre Graphiquement, c'est au début assez troublant quand on passe du dessin d'Yslaire très marqué et très reconnaissable à celui de "La Guerre des Sambre". Mais au fur et à mesure de la lecture, on s'habitue, et j'ai même apprécié les planches. De plus, la couleur est vraiment réussie ! Bref, une bonne série qui ne dénature pas la série originale, mais évidement sans en atteindre le niveau non plus.

28/12/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu cette série malgré le fait que je n'ai pas lu la série originale (malheureusement non-disponible à la bibliothèque où je vais). J'avais un peu peur au début d'être perdu, mais heureusement ce ne fut pas le cas. Je dois avouer qu'au début j'avais un peu de difficulté à m'intéresser à l'histoire. Puis, petit à petit, j'ai commencé à trouver certaines scènes intéressantes et finalement, vers la fin du tome 1, j'étais littéralement captivé par ce que je lisais. Ensuite, j'ai dévoré le tome 2 du début jusqu'à la fin ! L'intrigue est passionnante et les personnages intéressants ! Vivement la suite !

19/05/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'aime pas particulièrement Sambre, je n'avais donc pas de grande motivation à lire ce prequel. Néanmoins, je n'ai pas trouvé sa lecture désagréable. J'apprécie le graphisme. Proche de l'illustration très soignée, il rappelle de belles peintures anciennes. Seuls les yeux sont vraiment vivants, le reste ayant un aspect assez figé et froid. Le travail des couleurs est très beau mais... C'est le genre de couleurs travaillées à l'informatique qui rendent superbes sur un écran de PC mais qui n'ont pas du tout le même rendu une fois imprimées sur du papier : ce dernier reflète en effet un peu trop la lumière et rend les planches très sombres et il faut parfois incliner l'album pour bien voir ce que le dessin représente. Ca m'empêche de bien me plonger dans l'histoire. Cette dernière, justement, ne m'a guère passionné. J'apprécie son décor historique, restauration, Trois Glorieuses amenant la fin du règne des Bourbon au profit des Orléanistes, prémices de l'ère industrielle. Mais comme dit plus haut, l'ambiance tragédie et drame de l'histoire de la famille Sambre n'est pas ma tasse de thé. Je n'aime pas voir ces bourgeois guindés s'entre-déchirer moralement, faisant tous preuve de plus d'égoïsme et de fermeture d'esprit les uns que les autres. Le scénario ne manque pas de quelques idées intéressantes mais je me suis quand même un peu ennuyé au fil de cette lente narration.

06/05/2009 (modifier)
Par yOyO
Note: 3/5

Ca vaut 3.5/5 Au niveau du dessin, on sent bien l'influence de Yslaire au niveau des visages notamment. Concrètement le dessin est vraiment superbe. Les deux auteurs réalisent des planches sublimes. Cet album va nous conter dans quelles circonstances et le pourquoi du roman "La guerre des yeux" présenté dans la série mère... C'est vraiment très réussi !!! L'ambiance familiale, les textes et les caractères des personnages sont bien écrits. Du grand art.

09/11/2008 (modifier)
Par Thaugor
Note: 4/5

On sent que le dessinateur à changé par rapport à Sambre, mais ça ne gâche en rien la qualité. Comme on change d'époque et donc de personnages (la génération précédente à Sambre), ça ne choque pas. De plus, la qualité des dessins et des couleurs est toujours là, ce qui est un vrai bonheur et mérite amplement d'être acheté rien que pour sa beauté graphique. Je ne trouve pas le scénario redondant ou commercial comme c'est souvent le cas dans un deuxième cycle, et au contraire, beaucoup de passages de Sambre s'éclaircissent à cette lecture. On en apprend plus sur la naissance de la guerre des yeux qui était un élément central de Sambre. J'aime vraiment beaucoup la centralisation sur un seul personnage, ici Hugo, le père de Bernard. On le voit évoluer, sa personnalité est très bien décrite, et on arrive à le comprendre et presque approuver sa conduite. Tous les personnages paraissent très sombres et négatifs avec chacun leurs secrets ou leurs côtés égoïstes, mais c'est présenté d'une façon assez réaliste et on imagine bien comment cela peut être possible dans ce contexte. Bref, après la lecture de ces deux tomes, j'ai très hâte de découvrir la suite et les générations précédentes vue tout ce qui semble être prévu. L'arbre généalogique de cette famille très curieuse et un peu dégénérée est vraiment passionnant.

29/10/2008 (modifier)