Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Elle(s)

Note: 2.71/5
(2.71/5 pour 7 avis)

Elle(s) sont deux, vous les avez sans doute croisées. Elle(s) sont vous ou vos amies. Elle(s) sont celles qu'on a aimées ou celles dont on a rêvé. Elle(s) ont 18 ans, nous aussi.


Gobelins, l'École de l'Image

Elle(s) sont deux, vous les avez sans doute croisées. Elle(s) sont vous ou vos amies. Elle(s) sont celles qu'on a aimées ou celles dont on a rêvé. Elle(s) ont 18 ans, nous aussi. Texte : Casterman

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mai 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Elle(s)

15/05/2007 | ArzaK
Modifier


Par DamBDfan
Note: 3/5
L'avatar du posteur DamBDfan

Une histoire de djeun’s pas déplaisante mais qui ne casse pas la baraque pour autant. C’est une tranche de vie d’adolescents comme on peut en voir tous les jours. J’ai toujours du mal à cibler l’intérêt de ce genre d’histoire tant il ne se passe que peu de choses mais l'auteur parvient quand même à rendre la lecture intrigante. La fin laisse un gros point d'interrogation et me plaît. A part ça, c’est léger, ça détend avec pas mal de silences dans les dialogues, l’auteur préférant exploiter les non-dits, le ressentis, les sentiments (ce qui n’est pas pour me déplaire). Graphiquement ça reste agréable et expressif, malgré quelques imperfections sur certaines planches.

13/01/2014 (modifier)
Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

Le "Bof sans plus" est, je crois, un bon reflet de cette BD. En fait ce n'est pas que cet opus est mauvais. Mais c'est qu'il n'est pas non plus folichon. Le souci ne vient pas du dessin, bien que l'on remarque que Bastien Vives peut faire mieux. Ce n'est pas moche, mais parfois j'ai l'impression que certaines cases ou certaines planches sont un peu moins réussies que d'autres. Cependant ça ne dénote pas tellement dans l'ensemble. Non, le souci vient de l'histoire, qui en fait contient un gros défaut : le scénario. Non pas mauvais là non plus, il est juste quelque peu fade. On dirait presque qu'il manque quelque chose dans cet opus. L'histoire se lit vite, très vite, et finalement semble assez peu profonde. On s'attend à un peu plus, mais non. C'est un parti pris, mais je trouve que c'est dommage. Cependant, la force et le talent de Vives sont là, et malgré cette déception je ressors avec un impression positive de l’œuvre. C'est là le talent de cet auteur que je considère comme un excellent auteur, sans doute un des plus talentueux de sa génération. Une première œuvre clairement dispensable donc, sauf pour les fans (dont je suis), mais qui se laisse parfaitement lire et qui démontre déjà le talent de Vives. 2.5/5 en moyenne mais achat déconseillé.

03/10/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cet album a été réalisé par Bastien Vivès alors qu’il n’avait que 22 ans. Ce genre de considération ne devrait pas rentrer en ligne de compte lorsqu’il s’agit de donner son ressenti quant au résultat final mais, tout de même, la qualité d’ensemble, pour un aussi jeune auteur, est admirable ! Ceci dit, avec Bastien Vivès, il y a quelques constantes moins enthousiasmantes qui reviennent d’album en album. Et la principale est que ses œuvres se lisent vite… tant il ne s’y passe rien. Ici encore, le scénario pourrait largement tenir sur un timbre poste. Ensuite, si l’auteur montre d’indéniables qualités de dessinateur et surtout une étonnante faculté à changer de style, il y a toujours dans son trait une sorte d’imprécision, de précipitation et de minimalisme qui me gênent. Et pourtant, j’ai lu cet album sans déplaisir. L’histoire, portrait de jeunes actuels en quête d’identité, coule toute seule. Les personnages, à défaut d’être originaux, sont attachants et il est facile de s’y identifier ou de retrouver en eux un ou une proche. Mais, bon, arrivé à la fin de l’album, j’ai le sentiment de n’avoir rien lu de marquant. D’autant plus que la fin de cet album pourrait constituer le début de beaucoup d’autres. Cette histoire me parait en effet incomplète, sans véritable sujet. Une lecture pas ennuyeuse mais pas marquante non plus.

15/11/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est vrai que quelque part, ces histoires de midinettes pourront faire fuir les lecteurs les plus mâtures. Cela ne paraît pas très intéressant dans le principe. Pour autant, je suis toujours curieux de voir les relations entre les êtres. Il y a dans cette oeuvre quelque chose de rafraîchissant et de profond dans la construction des bases d'une relation. En tout cas, je ne me suis pas ennuyé à la lecture ! C'est l'une des toutes premières oeuvres de Bastien Vivès qui n'a alors que 22 ans. C'était il y a à peine 4 ans ! Le trait est encore imprécis mais son talent se dévoile déjà. Depuis que j'ai découvert Polina, je n'ai eu qu'une envie : découvrir comment il en était arrivé là. C'est l'un des auteurs en devenir le plus talentueux de sa génération. J'en suis désormais persuadé !

17/04/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Cette BD a des qualités mais le scénario m'est apparu affligeant avec son côté bobo post-pubère. Le dessin est agréable et personnel. La mise en couleur est sobre et travaillée. Mais le scénario m'a paru dénué d'intérêt. Un trio de jeunes, parlant jeune, des jeux d'amour, etc.... Mais le soucis vient des 2 filles dont une s'avère être à la limite nymphomane et l'autre est bizarrement toujours seule alors qu'elle a des arguments à rendre jalouse Samantha Fox !!! Que dire du garçon, plus mature ? Pas grand chose car l'on ne connait toujours rien de lui à la fin de l'histoire ! L'ensemble se lit correctement mais ne marque pas les esprits.

25/04/2010 (modifier)
Par gouroute
Note: 2/5

Après avoir lu les autres BD de cette nouvelle collection KSTR, celle-ci m'a laissée sur ma faim. Certes le dessin n'est pas désagréable, mais l'histoire manque franchement d'intérêt et je la trouve bourrée de clichés. Dommage.

16/05/2007 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

14/20 La collection KSTR commence en beauté avec un titre qui, s’il ne fait pas aussi « underground » que le reste de la collection, a bien des qualités. Le dessin du jeune Bastien Vivès (22 ans !) est d’une maturité époustouflante ! Sa mise en scène, ses cadrages, ses couleurs sont également un vrai régal. Une belle claque ! Côté scénario, cette histoire de garçon timide et de filles dévergondées est un peu fleur bleue, mais cela passe sans peine, Bastien Vivès sait raconter, il sait nous emporter dans son histoire, pourtant simple, il sait donner à ses personnages une vraie humanité. J’émettrais juste un petit bémol sur la fin, relativement prévisible, elle aurait gagné à nous ménager un peu plus de surprise.

15/05/2007 (modifier)