Yossel

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 5 avis)

Un gamin dessine le quotidien vécu dans le ghetto de Varsovie...


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Europe centrale et orientale Nazisme et Shoah Racisme, fascisme

La Seconde Guerre mondiale... L'horreur du ghetto de Varsovie... On y découvre un jeune adolescent pétri de talent pour le dessin. Sa famille se retrouve enfermée dans ce ghetto sous la botte des soldats allemands. Yossel, pour "s'évader", s'arme d'un crayon et d'un morceau de papier. Il dessine, croque le quotidien de cette misère, de cette déchéance humaine. Il a un talent fou. Et ce talent, les bourreaux ne vont pas tarder à la repérer. Ce talent lui sauvera la vie, mais il ne pourra rien faire pour les siens. C'est la vie du ghetto. La mort quasi inéluctable. Les brimades. Les rafles organisées et puis, soudain, l'espoir fou. Mais vain...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Yossel
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

21/01/2007 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Joe Kubert conclue sa préface autobiographique par cette phrase : « C’est une œuvre de fiction basée sur un cauchemar qui a réellement eu lieu. » Il a hélas raison sur ce dernier point… Fils de parents juifs polonais ayant réussi à émigrer vers les Etats-Unis à la fin des années 1920, Kubert se demande dans l’introduction ce qui se serait passé si sa famille était restée en Pologne. Un peu comme les survivants des camps– à un degré moindre évidemment -, il se demande pourquoi il a échappé, lui, à cette horreur, au contraire de tant d’autres innocents. L’essentiel de l’album retrace la révolte héroïque et sans issue des derniers survivants du ghetto de Varsovie lorsque les Allemands ont décidé de le liquider. La seule parenthèse durant la montée de la tension n’apporte aucun air salvateur, puisque c’est un Juif échappé d’Auschwitz qui révèle l’horreur des camps de la mort à Yossel, le gamin personnage principal du récit. C’est en effet une fiction, mais sur le cauchemar qu’a été la Shoah, c’est sans doute la bande dessinée qui m’a le plus bouleversé. Bien plus que Maus par exemple. Kubert explique pourquoi il a volontairement pris le parti de n’utiliser que des esquisses, des crayonnés, en se privant de couleur. Son choix est justifié, car le résultat est vraiment plus que réussi et, même si ce n’est pas la priorité ici, cela met en valeur son joli coup de crayon. A lire, à méditer. Un coup de cœur pour un haut le cœur…

15/02/2014 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Est-ce réellement une BD ? Yossel est une fiction s'appuyant sur des faits réels. Elle traite du ghetto de Varsovie et des camps de concentration. Le dessin est fait de crayonnés et les textes sont tous en voix off. Je ne résumerai pas cette oeuvre car j'estime qu'il faut la lire. Le passage où le rabbin décrit ce qu'il se passe dans les camps de concentration, devenus des camps d'extermination, est impressionnant de justesse malgré le côté malsain et morbide. Ce one shot est avant tout historique et participe au devoir de souvenir. C'est à lire une fois dans sa vie, cette BD a la même valeur informative que l'exceptionnel documentaire " De Nuremberg à Nuremberg ". Une grosse claque...

10/07/2010 (modifier)
Par montane
Note: 4/5

Cette histoire est peut-être née d'une sorte de mauvaise conscience éprouvée par son auteur. On sait que Joe Kubert est issu d'une famille juive qui a fui la Pologne bien avant l'arrivée d'Hitler au pouvoir et qui a ainsi pu échapper à la déportation dans les camps. Avec cet ouvrage, Joe Kubert a imaginé ce qu'aurait pu être la vie d'un jeune garçon passionné par le dessin, dans le ghetto de Varsovie, et dont le talent a été rapidement remarqué, c'est à dire en fait sa propre vie. Kubert nous raconte ici la vie du ghetto au moment des premières déportations dans un camp de concentration. L'auteur nous raconte cette période au travers d'un angle relativement inédit puisqu'il s'agit de la résistance des habitants du ghetto face à l'occupant allemand. Pas de misérabilisme donc, pas de tonalité larmoyante dans l'histoire de Yossel, mais juste un acte de bravoure de gens qui résistent et préfèrent mourir en héros, dignement, plutôt que de courber l'échine face un ennemi dont ils n'imaginent même pas le sort qu'il leur réserve. En effet la vie des camps est relatée aux habitants juifs de Varsovie par un rabbin qui a pu s'en échapper. Mais ils ne parviennent pas à croire le récit du rabbin tellement l'horreur qui s'en dégage est grande. Au milieu de tout cela, il est un jeune garçon, Yossel, dont le talent artistique est rapidement repéré par l'ennemi qui lui commande alors des dessins. Cela lui permettra d'endormir la méfiance congénitale des nazis vis à vis des juifs et de commettre ses premiers actes de résistance. Le récit s'achèvera dans un combat inégal et par un dessin que Yossel ne pourra achever. Une histoire superbe à lire absolument pour tous les amoureux d'Histoire. Une histoire superbement mise en image par Kubert de manière très originale. L'auteur nous livre une facette de son talent jusqu'alors inconnue et bien différente de celle de l'auteur de comics. Ici pas de bulles ni véritablement de cases, justes des croquis qui pourraient être ceux de Yossel, et une voix off qui relate le déroulement des faits. Tout cela permet d'admirer la virtuosité artistique de Kubert au travers d'un récit très personnel et très juste. Une BD rare qu'il convient de posséder absolument.

15/07/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Très bel album... Rares sont les ouvrages qui traitent avec autant de justesse et d'humanité de la Shoah. Joe Kubert n'a pas vécu cette catastrophe, mais il a construit son récit d'après des témoignages recueillis auprès de proches, mais aussi ses lectures. Le résultat est vraiment tétanisant. Il ne cache rien, ou presque, de l'horreur de la Solution finale, des camps, de la répression faite aux Juifs dans le ghetto de Varsovie. Réalisé sous forme d'esquisses -parfois très poussées-, son récit est un vrai document, qui peut prendre aux tripes. Cependant je n'ai pas été aussi transporté par ce récit que par Maus. C'est pourquoi ma note est légèrement inférieure.

27/11/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Etonnant. Vraiment... Un opus à lire "à fleur de peau"... Avec son crayon gras, le père de "Sergent Rock" -une mégastar de la bande dessinée aux Etats-Unis- m'a littéralement plongé dans l'horreur du ghetto de Varsovie. Une oeuvre en noir et blanc aussi poignante qu'efficace. Ici, pas de voyeurisme ni de misérabilisme : juste un récit fort et juste. Edifiant même, pour la "jeune génération" qui -doucement- oublie (bien involontairement parfois) les véritables massacres organisés dont ont été victimes les Juifs au cours de la dernière guerre mondiale. Joe Kubert n'a vraiment plus rien à prouver et pourtant il parvient à atteindre un niveau graphique que je ne lui soupçonnais pas. Et là, c'est quelque chose qui dépasse les limites de la BD. C'est de l'Art. Je mets un 4,5/5. Très rare de ma part...

21/01/2007 (modifier)