François Jullien

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Aventures historiques sous l'Empire...


1799 - 1815 : Le Premier Empire - Napoléon Bonaparte Napoléon Bonaparte

Les premières années du 19ème siècle... Tout doucement, l'empire de Napoléon va s'en aller sur ses fins... Dans ce qui est le coeur de la Belgique actuelle, François Jullien, fils d'un révolutionnaire, s'amourache de Catherine de Vandresse. Problème : parents de la jeune fille ne l'entendent pas de cette oreille ; eux qui souhaient un autre genre de parti pour elle. Et pour corser le tout, François va refuser de se soumettre à la conscription. Il devient un réfractaire, bientôt poursuivi par la Gendarmerie impériale. François prend alors la fuite, va parcourir des routes de l'Europe et y vivre moult aventures...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1985
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série François Jullien
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

02/12/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

On m'a prêté cette collection d'albums que j'aimerais bien trouver en occase, mais je ne l'ai jamais vue chez mes bouquinistes habituels, en tout cas, elle m'a vraiment intéressé, car elle décrit le crépuscule napoléonien, au moment où en 1812, l'Empereur va entreprendre la désastreuse campagne de Russie ; c'est une période historique trouble où Napoléon est depuis quelques temps dans le collimateur des coalitions européennes qui tentent d'abattre la puissance de l'Empire. Cette optique est vue à travers le parcours chaotique d'un jeune aventurier qui pour une histoire de femme, doit fuir la gendarmerie impériale à travers différents pays d'Europe ennemis de la France comme l'Angleterre, l'Espagne ou l'Autriche. Si vous vous rappelez de cette série TV le Fugitif, eh bien, on peut dire que François Jullien est un peu le Fugitif de la France impériale. L'aspect aventureux est bien marqué, mais je trouve que la série devrait quand même être classée en genre Historique ; malgré un héros peu attachant, le ton romanesque, les multiples péripéties, l'aspect bien documenté et le fait que le héros soit ballotté par les soubresauts de l'Histoire font que cette série démarrée en 1985 était très prometteuse , mais elle ne dura que le temps de 5 albums, ça aurait pu continuer car il y avait de la matière.. Elle m'a rappelé un peu un feuilleton TV des années 70-80, "les Fiancés de l'Empire" qui utilisait une trame assez similaire, je ne serais pas surpris si on me disait que le scénariste s'en est inspiré. Ce qui m'a plu aussi, c'est le dessin clair et fin de Jamar alors à ses débuts ; c'est en effet sa première série, qui étrangement ne sera pas lancée par un périodique de BD, d'où sans doute le fait qu'elle soit méconnue. Son dessin est malgré tout très honorable, quoique affichant une petite raideur par endroits, mais ça ne me gêne pas du tout ; il s'améliore dès le tome 2 et ressemblera à celui qu'on verra sur Voleurs d'Empires, il est proche de Juillard et de nombreux dessinateurs de la collection Vécu comme Erik Arnoux, Klimos, Venanzi ou Goepffert... les décors sont précis et très justes. Bref une bonne petite série historique comme je les aime. A découvrir.

09/11/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une série qui a le mérite de se pencher sur une période assez complexe de notre histoire et qui tente d'expliquer, d'éclaircir des évènements peu connus de la fin de l'épopée Napoléonienne. C'est à mon sens là que ça coince un peu, en effet outre les aventures sentimentales du héros il faut se familiariser avec une foule de personnages tantôt dans un camp tantôt dans l'autre. Il est parfois difficile de s'y retrouver. Personnellement je n'ai pas trouvé les intrigues très excitantes mais cela est peut être du au dessin parfois très figé mais également au type de lettrage que je n'aime pas trop. A ce propos les dialogues sont souvent très abondants. L'avantage de cette série reste donc qu'elle aborde une période méconnue, c'est léger mais parfois complexe. sans doute à lire en médiathèque.

03/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Etonnante petite série historique de qualité. J’ai aimé : - le contexte historique. La période choisie est riche en troubles à exploiter et bien utilisée par Franklin Dehousse, le scénariste. On passe allègrement d’un camp à un autre, d’un personnage à l’autre, sans que cela semble trop artificiel. - François Jullien, le personnage central, s’en prend tout de même plein la tronche. On n’est pas face à un super-héros mais bien face à un séducteur assez débrouillard, balloté par l’histoire et pas à l’abri d’un mauvais coup. - Le dessin de Martin Jamar, déjà élégant même si daté lorsqu’on le compare à sa production actuelle. Il est bien dans le style des productions des années 80, 90 d’une collection comme Vécu de chez Glénat. Académique, lisible, précis dans ses décors, un peu raide dans ses personnages, il convient parfaitement à la série. Reste une certaine naïveté dans ces aventures, mais qui ne m’a pas gêné outre mesure. Pas mal du tout, pour les amateurs de récits historiques au ton enjoué (on est loin d’une série dramatique au ton emphatique). Achat conseillé si vous réussissez à trouver la série complète à un prix raisonnable.

05/04/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis amateur de BD historique et François Jullien en est une bonne, joliment documentée. Qui plus est, elle aborde avec précision une période de l'Histoire qui m'attire et dont la complexité empêche d'en connaitre tous les détails : la fin de l'ère Napoléonienne, depuis la retraite de Russie jusqu'à la victoire des "alliés" et le rétablissement de Louis XVIII. Le héros, éponyme de la série, est un jeune homme un peu prétentieux, sûr de lui et de son charme, qui ne craint ni l'Aventure ni les aventures amoureuses nombreuses. C'est suite à une histoire de femmes qu'il se retrouve à devoir fuir la Belgique Napoléonienne puis à s'engager aux côtés des armées alliées contre l'Empire. En définitive, la série se compose d'un cocktail de péripéties historico-militaires et de conquêtes de charme. Tout cela est relativement réaliste même si le héros m'est régulièrement paru assez antipathique du fait de sa suffisance agaçante. Tout cela serait bel et bien sans quelques défauts qui m'ont déplu. Le premier apparait dans les pages des premiers tomes : le dessin fait preuve de manquements visibles. Le trait est fin et détaillé, les décors travaillés et le paysage d'époque bien reproduit. Mais les personnages ne sont vraiment pas parfaits. Ils m'ont donné à chaque page l'impression d'être des pantins articulés aux faciès figés et aux mouvements étranges. Ceci étant dit, en quelques années de parution, le dessinateur va faire des progrès incontestables. Le dessin des derniers tomes est méconnaissable de celui du premier, nettement plus vivant et maîtrisé. Il devient du coup de très bon niveau dans le domaine réaliste. Le second défaut est dans les intrigues de chaque tome. Elles sont à chaque fois crédibles et bien construites, mais elles ne sont pas passionnantes. Elles ressemblent souvent à une suite de péripéties au fil rouge narratif ténu. Les personnages y sont nombreux et on peut facilement s'y perdre. Les choses deviennent d'autant plus compliquées dans les derniers tomes, quand la situation politco-militaire est telle qu'on ne sait plus qui est l'ennemi de qui et quelles sont les motivations de chacun. Tout cela donne une certaine impression de confusion pas très agréable à la lecture. En définitive, c'est une BD qui redonne vie de manière intéressante à une époque napoléonienne complexe, mais sa lecture n'en est pas toujours des plus captivantes.

12/10/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Parue directement en albums, j'ai éprouvé un certain plaisir à la lecture de cette saga. Le postulat est simple, c'est vrai, mais Dehousse a concocté de bien bonnes histoires sous une période aimée de nombreux lecteurs (dont moi). Des scénarios bien charpentés m'ont ainsi permis de suivre le "héros" au travers de sa fuite sur les chemins de l'Europe d'alors, de vivre avec lui ses rencontres, de me retrouver empêtré dans certaines affaires dont la débrouillardise et le courage lui permettront de s'en sortir... mais en laissant toujours quelques traces. Cette série aurait pu mériter plus MAIS... hé oui... il y a un "mais". Où ça "coince" -mais ce n'est qu'un avis personnel- c'est au niveau du dessin. Non pas que Jamar dessine mal ; que du contraire. Ses personnages sont bien typés, ses reconstitutions d'époque (costumes, armement, architecture) sont souvent faites avec une réelle minutie. Le problème me semble venir du fait que ses personnages ne font pas corps avec la case (ou la vignette) dans laquelle ils se trouvent. Jamar ne rend pas cet effet par un éventuel ajout d'ombre(s). J'ai l'impression que les personnages ont été dessinés à part, puis ont fait l'objet d'une sorte de "copier-coller" sur le décor. Dommage, car cette absence "d'ancrage" dans le dessin en fait des sujets "aériens", "planants" parfois qui me mettent cette pourtant belle série dans une sorte de moins-value. Néanmoins, pour le plaisir de lecture qu'elle m'a procuré, je la cote à 3,5/5.

02/12/2006 (modifier)