Kurohimé

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Mais qui est Kurohimé ? Une sorcière surpuissante ou une petite fille craintive ?


Shonen Shueisha Tonkam

Depuis qu'il a été sauvé par l'armagicienne Kurohimé, Zéro est persuadé que le pistolet est le glaive de la justice. Il est donc devenu un tireur ultra-rapide, en quête de Kurohimé. Mais sa vie va prendre un tour nouveau quand il rencontrera une jeune fille en possession du mystérieux Canon Dragon, l'arme de Kurohimé. (texte BDNet)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2006
Statut histoire Série terminée 18 tomes parus
Couverture de la série Kurohimé
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

26/10/2006 | Spooky
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Le peu de tomes de ce manga parus actuellement ne me convainquent vraiment, mais vraiment pas. Sur la forme, pas grand chose à redire. Le dessin est plutôt bon. Et même si le côté racoleur est évident et même si on a de quoi se faire éborgner par ses seins, Kurohimé version adulte est quand carrément heu... bien foutue. Ceci dit, l'abus de visages déformés en quasi-permanence est assez lourdingue. L'univers a un petit quelque chose d'original puisqu'il mélange allègrement heroix-fantasy et western, les guerriers étant des pistoleros et les mages d'autres pistoleros mais capables par leurs balles d'invoquer sortilèges et créatures surnaturelles. Mais pour le reste, c'est vraiment très moyen. Le scénario est complètement plat. Une super sorcière se retrouve presque sans pouvoirs dans la peau d'une petite fille. Un jeune homme, super pistolero tombé amoureux de la sorcière dans sa jeunesse, décide de tout faire pour la protéger et la sauver de sa malédiction. Et puis un gros bonhomme les poursuit sans arrêt parce que lui veut se venger de la sorcière qui l'a humilié par le passé. Mais heureusement, quand ça arrange le scénariste, c'est-à-dire sans arrêt, la petite sorcière peut retrouver sa taille et sa puissance adulte et sauver tout le monde de toute situation dangereuse. Et pour ajouter une touche de piment, la sorcière adulte est en fait très égocentrique et rêve de dominer le monde. Alors bien sûr les dieux, pour la punir, ont décidé qu'elle ne serait libérée de sa malédiction que lorsqu'elle découvrirait enfin le vrai amour, ce qui aura plus que probablement lieu au final avec son fidèle chevalier servant. Pour résumer, chaque chapitre du manga se résume ainsi : nos deux héros arrivent dans un endroit nouveau, la petite sorcière y baffre comme une malade (c'est ça, le côté comique qui lui a été attribué), voilà qu'un danger déboule ou que le gros monsieur qui les poursuit les rattrape, hop déchaînement de tirs de pistolets et d'invocartouches, action, le gentil héros fait preuve d'amour envers la petite sorcière et elle peut alors se transformer en super-sorcière adulte et hop tout est réglé par ses super-super-pouvoirs et ultra-cool-invocations. Et ainsi de suite, sans réel fil rouge autre que "ah la la, faudra bien un jour qu'on la libère de sa malédiction la Kurohimé, hein oui"... Bref, c'est lassant et pas très drôle alors que l'auteur joue en permanence la carte de l’humour. Lisez un album si vous n'avez rien d'autre sous la main, mais vous pouvez très bien vous en passer.

20/03/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

La couleur est annoncée sur la couverture : bombe aux tétons turgescents et gros flingues extravagants. Eh oui, c'est Kurohimé. Une armagicienne célèbre, peut-être la plus puissante qui soit. Mais un sort l'a transformée en petite fille craintive. Oui oui, c'est ça l'histoire. Dans un univers qui rappelle un peu celui de la Tour Sombre de Stephen King, on a donc un adolescent qui se prend pour un pistolero flanqué d'une gamine qu'on a envie de baffer toutes les 5 minutes. L'originalité vient essentiellement des invocartouches, une touche "fantasy" qui n'est pas sans rappeler l'univers de Mär. Pour le reste, Kurohimé, sous sa forme adulte, prend des poses que je qualifierai de charmeuses, à défaut d'être véritablement sensuelles. La raison peut-être au public visé par le manga, que l'on pourrait résumer en un nom : Superjé. Pour le reste, et même si ça se lit sans déplaisir, c'est quand même assez plat. Kurohimé retrouve sa forme d'adulte toujours au moment opportun, et ça lui permet de lancer ses kameha... pardon ses invocartouches à point nommé. Les touches d'humour sont rares et sans grande inventivité. C'est peut-être une série pour les moins de 15 ans. Vu que j'ai le double, je me suis doublement ennuyé.

26/10/2006 (modifier)