Star Wars - L'Empire Ecarlate (Star Wars - Crimson Empire)

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

Située 11 ans aprés Star Wars - Un nouvel espoir, et juste aprés L'Empire des Ténèbres, L'Empire Ecarlate nous décrit le destin d'un homme seul face à tout un empire; un homme pour qui "loyauté" n'est pas un vain mot.


Dark Horse Comics Guerres interstellaires Star Wars

La galaxie est dans la tourmente. Le rebelle Skywalker et ses alliés ont détruit le dernier clone de l'empereur Palpatine. Dès lors, tous s'arrachent le contrôle de l'empire décapité. Un conseil dirigeant provisoire a été constitué officieusement pour maintenir l'ordre, mais il est divisé, déchiré par les ambitions divergentes de ses membres. Intrigues, duperies et trahisons sont le lot commun des prétendants au règne de l'Empereur. Un homme, Carnor Jax, a la mainmise sur le conseil. Il connait des secrets qui pourraient anéantir le pouvoir des membres du corps dirigeant et affaiblir encore d'avantage l'Empire. Il exploite ces connaissances pour s'octroyer un poste-clé au sein du conseil. En réalité le plan de Jax est bien plus ambitieux que ne le soupçonnent les membres du conseil: il cherche à se placer comme nouveau Seigneur Noir, avec l'aide du sinistre général Wessel et, à terme, à monter sur le trone de Palpatine. Un autre homme connaît les secrets du conseil, et les ambitions de Jax. Caché aux confins de la galaxie, il attend son heure, et l'occasion de les éliminer, tous...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 1998
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Star Wars - L'Empire Ecarlate
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

03/10/2006 | JJJ
Modifier


Par McClure
Note: 2/5

Je suis un inconditionnel de la trilogie initiale, découverte par le premier film sur un écran TV en noir et blanc chez mère grand. Bon le N&B limitait grandement la perception du sabro laser. J'ai depuis revu de nombreuses fois cette trilogie mythique, j'ai grandement râlé sur la suite préquellisée, malgré de louables efforts pour présenter les arcanes politiques. Mais n'étant pas fétichiste du masque noir et au regard des trop nombreux dérivés (romans/bd/magazines etc...) je n'avais jamais franchi le pas. Mais l'amour de la BD m'a conduit vers les comics estampillés Star Wars. Novice en la matière, en regardant ça et là, en suivant un ou deux avis éclairés, j'ai franchi le pas pour cette mini série. Avis mitigé, fallait s'y attendre, mais je ne compte pas m'arrêter à cet essai non transformé. Un fois n'est pas coutume, je démarre par le gros point faible. Je ne suis pas un gros consommateur de comics et le dessin de ce type de réalisation n'est pas ce que je préfère. Mais là c'est franchement moche. Les visages sont déformés s'ils ne sont pas de profil ou de face, les couleurs se fracassent en un ensemble de très mauvais goût. C'est véritablement du travail bâclé. Certains personnages secondaires (Schmood) sortent tout droit du Muppet show quand Kanos est un énième sosie (dessiné par ma petite nièce) du grand Clint. Les vaisseaux ne sont pas beaux et les combats spatiaux sont insipides pour ne pas dire laids. C'est vraiment une douche froide que ce dessin. Cela ne rend vraiment pas hommage à SW. Maintenant le scénario du dyptique. On a vraiment l'impression d'avoir 2 histoires bien distinctes (certes avec 2/3 personnages communs), comme si le T1 était un one shot auquel on a rajouté le second parce que dans le monde SW, il correspondait peu ou prou au premier. Ce second tome aurait pu (dû) mettre en scène d'autres personnages. J'ai bien aimé la première histoire, notamment cette relation empereur/Darth Vader/gardes impériaux (Jax et Kanos). Elle est claire, directe et remet en scène 2 personnages centraux. Mais à bien y réfléchir, j'aurais préféré voir situer cette histoire sous le joug de Palpatine et Darth Vader justement, pour que le scénariste travaille cette notion d'honneur/trahison mais en utilisant à plein la dualité Jax/Kranos et également la partie initiatique de leur entrainement. Le second tome reprend lui un complot "géopolitique" mais auquel on ne s'attache pas (du moins moi) car il n'y a plus de repère existant avec la trame originelle. Du coup, point d'intérêt à suivre cette séquelle, d'autant que la bluette entre les 2 protagonistes est guimauve au possible. De même, les Zanibar ne servent à mon sens à rien, bref, on multiplie les possibles portes d'entrée et de sortie du scénario mais sans que cela ne soit réellement utile. Cette histoire de clones téléguidée par la mafia est vraiment sans intérêt. Déçu, mais pas résolu à abandonner Star Wars en BD.

23/11/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis généralement bon public pour les oeuvres ayant pour cadre l'univers de Star Wars mais j'ai trouvé que cette série avait vraiment trop de défauts. Le plus essentiel à mes yeux vient du dessin. Brièvement feuilleté, il a l'air potable. Mais lors de la lecture et quand je l'observe en détail, je l'ai trouvé parfois vraiment mauvais. Ca m'a gêné et ça rabaisse carrément la qualité de l'ensemble. Certaines planches ont des mises en page dignes de fanzines amateurs. Les personnages sont presque toujours de face ou de profil et dès qu'ils changent d'angles de vues leurs traits de visages deviennent méconnaissables. Un cas, notamment, m'a marqué, celui du personnage de Sadeet dans le tome 1, qui change carrément de race entre le début et la fin de l'histoire, étant une sorte d'homme-iguane au départ pour devenir un Trandoshan (comme le chasseur de primes Bossk) à la fin. J'ai comparé 2 cases où on le voit avec le même profil en début et fin d'album : il est complètement différent. Et tout l'ensemble est comme ça, très approximatif, très amateur, avec énormément de solutions de facilités pour éviter en vain de se planter trop gravement techniquement parlant. Ce n'est clairement pas pro. De même pour les couleurs, autant celles des avants-plans sont correctes, autant celles des décors spatiaux complètement informatisés sont hideuses. Mais le dessin ne fait pas tout si le scénario est bon. Cependant, même si cela m'a intéressé d'en apprendre un peu plus sur la Garde Impériale et de voir ce qu'elle devient après la mort de Palpatine, l'intrigue n'est vraiment pas terrible, très superficielle et prévisible. Et à nouveau, par-ci par-là, j'ai trouvé des facilités scénaristiques assez bidons, un véritable manque de maturité. Voilà donc une BD qui ne rend vraiment pas hommage au monde de Star Wars à mes yeux.

19/12/2007 (modifier)
Par Chelmi
Note: 3/5

"Star Wars - L’empire écarlate", quand y en a plus, y en a encore ! ^^ Cet épisode en deux tomes, scénarisé par Richardson et Stradley, se déroule juste après Star Wars - L'Empire des Tenèbres, c'est-à-dire 11 ans après "Un nouvel espoir". La galaxie est enfin débarrassée de Palpatine, l’empire est disloqué mais reste encore très puissant face à la rébellion de la nouvelle république. Et c’est dans ce contexte que Carnor Jax, un ancien garde impérial très puissant et sans scrupule, convoite le trône de l’empire. C’est sans compter sur l’opposition de Kir Kanos, lui aussi ancien garde impérial mais toujours fidèle à l’empereur déchu, qui a bien l’intention de s’attaquer à tous les comploteurs et les usurpateurs. L’histoire fonctionne toujours sur la bonne base manichéen de Star Wars : le Bien contre le Mal ; même si le personnage de Kanos est assez déroutant, fidèle à l’empereur mais quelque part garant des fondements prôné par la nouvelle république. Les fans seront contents de voir de plus près la garde impériale, et de découvrir plein d’autres personnages de l’univers étendu. C’est du Star Wars sympatoche, avec son lot de rebondissements et de bastons mais il y a mieux dans la saga, surtout du côté des rapports humains, où ici, on reste plutôt dans la caricature. Les dessins de Gulacy encrés par Emberlin (Tome 1) puis Craig Russell (Tome2), sont plutôt pas mal. Ils sont loin d’égaliser d’autres productions comme Star Wars - Clone Wars mais j’ai déjà vu bien pire. C’est réaliste mais un peu trop épuré à certains moments, surtout sur les gros plans de visages. Les combats sont bien mis en scène et très cohérents, il faut le souligner car ce n’est pas toujours le cas. Les couleurs de Stewart (aidé de Stamp et Brandt sur le tome 2) sont, disons, moyennes. Elles tombent trop dans la facilité de l’outil informatique, c’est trop parfait, trop brillant, trop clinquant, trop lisse ; ça manque de chaos. Tant pis, si je me répète mais ce n’est pas l’outil qui est à blâmer mais son utilisateur car il est tout a fait possible d’avoir de belles couleurs avec un ordinateur.

04/12/2006 (modifier)
Par JJJ
Note: 3/5

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... Cette phrase culte ouvrant chaque épisode de la fameuse saga Star Wars, est gravée à jamais dans bien des mémoires... Star Wars ce grand drame costumé tenant du péplum, de la fantaisie, et de la science-fiction. Star wars cette saga épique, cette histoire magnifique qui m'a tant fait rêver depuis que j'ai découvert le film "Le Retour du Jedi" sur grand écran en 1983... Cette trilogie que j'ai découverte peu après qui m'a tant marqué, combien de fois ensuite l'ai-je regardé? Combien de romans à deux sous explorant "l'univers étendu" ai-je lu ensuite? Le mythe est resté intact à mes yeux jusqu'en 1997... Une édition "retouchée" de la saga par son propre créateur a sévèrement ébranlé la légende, mais une légende égratignée, blessée et dénaturée reste tout de même une légende... jusqu'à la fameuse sortie de la prélogie... Je me réveille, c'est douloureux, le rêve est mort à jamais. Difficile d'excuser les Lucasseries fadasses et les délires cloniques. Comme si le mythe avait besoin d'une mythologie creuse pour exister! Où est passé le talent de conteur de Lucas? Je m'égare... Je fait partie des fans de la trilogie dite "classique", à mon sens, la vraie, l'originelle originale. J'ai beaucoup de mal aujourd'hui à fournir de colossaux efforts d'imagination pour oublier la désastreuse préquelle et l'apprécier, cette fameuse trilogie... Etant fortement déçu par les films, je me tourne désormais vers d'autres supports présentant cet univers, ce qui m'amène logiquement vers la BD, compte tenu de la profusion de titres Star Wars actuellement disponibles. Finalement, contrairement à ce que l'on aurait pu penser à la fin du sixième chapitre, "Le Retour du Jedi", l'empire n'est pas mort. On a eu la période Thrawn, puis la résurrection de l'Empereur, on pensait en avoir fini mais non, il y a eu aussi Carnor Jax et son "Empire Ecarlate". Carnor Jax est un ancien membre de la garde impériale, la célèbre garde rouge. Il compte bien remplacer Palpatine sur le trône et mettre les rebelles et la galaxie au pas; son seul problème est un homme nommé Kir Kanos, un autre membre de la garde impériale, resté fidèle à l'Empereur, qui compte bien éliminer Jax et cet empire qu'il ne reconnaît pas. L'histoire oppose deux hommes forts, forgés à la même école d'Yinchorr sous les yeux perfides de l'empereur, parfois même sous la cruelle tutelle de Vador en personne. Quelques scènes de ce rude entraînement nous sont montrées au travers des souvenirs de Kanos. Le scénario n'est pas des plus élaborés, deux factions ennemies s'affrontent, on parle beaucoup de loyauté et de trahison, ce n'est pas bien original mais distrayant. L'avantage de cette BD étant de bénéficier du si caractéristique univers Star Wars. Un univers d'ailleurs assez bien représenté. Des choses m'ont cependant gêné: j'ai du mal à comprendre pourquoi les rebelles vivent dans une ambiance si rigide, si militaire, à l'opposé de leur idéal de paix et de liberté. Du moins c'est ce qu'il en est pour le groupe représenté ici, dans lequel règne une grande tension. Difficile aussi de croire qu'après tant de déconvenues, l'Empire soit resté si... puissant... Les rebelles obligés de se cacher dans une galaxie soit disant libérée ça me parait peu crédible. Ces quelques incohérences de fond permettent sans doutes au scénario de se dérouler sans anicroches, on passera donc la dessus. Les dessins de Gulacy sont bons, le spectacle visuel est assuré, graphiquement c'est du Star Wars pur jus, immédiatement identifiable. "L'Empire Ecarlate" est un vrai diptyque, il offre deux parties bien distinctes d'une même histoire. S'il vaut mieux, je pense, lire la suite pour connaître tous les tenants et aboutissant de cette histoire, ce premier tome, "Trahison", offre un récit complet indépendant. C'est la deuxième édition de cette BD en France, cet album regroupe les trois volumes parus chez Dark Horse sous le même titre en 1998, le deuxième album à venir, "Héritage", est lui, totalement inédit. Cet album n'est pas mauvais, il offre son lot de combats, d'action et de séquences spatiales propres à la galaxie de Georges Lucas; cependant si vous êtes toujours sous le charme des films, cette histoire peut sembler un peu trop révélatrice en ce qui concerne la garde impériale, cette fameuse garde qui tire justement son prestige de l'aura de mystère qui l'entoure. "L'Empire Ecarlate" est une série Star Wars dans la moyenne, pas forcément à acheter, mais à lire pour patienter en attendant de pouvoir enfin découvrir la série "Star Wars Legacy", qui se déroule 140 ans après les évènements de "Un nouvel Espoir" et qui nous promet enfin une vraie innovation. IL n'y a plus qu'à espérer... JJJ

03/10/2006 (modifier)