Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Bête qui mangeait tout le monde

Note: 2.86/5
(2.86/5 pour 7 avis)

Le premier ouvrage "diffusé" de Sylvain-Moizie, co-fondateur de la micro édition strasbourgeoise L'INSTITUT PACÔME.


Absurde La Bête du Gévaudan La Boite à Bulles Languedoc-Roussillon Le cheval

Une nuit de pleine lune, dans le Gévaudan, Machin (qui n'a pas de nom, mais simplement une icone à la place de celui-ci) se balade fièrement au volant de sa voiture hippo-tractée. Après une dispute avec son cheval Maurice, Machin se retrouve livré à lui-même dans la campagne alors que rôde une bête féroce échappée du zoo. Celle-ci lui vole sa voiture et repart manger tous ceux qui ont le malheur de croiser sa route. Dans le village voisin, c’est la panique, l’imagination des habitants galope... Machin et Maurice partent à la recherche de la Bête. En parallèle, des CRS dépêchés tout spécialement de Paris cherchent égalment cett Bête qui crée la psychose dans toute la région. Après de rocambolesques évennements plus absurdes les un que les autres, Machi et Maurice tombent quasi par hasard sur la Bête, et sont félicités comme il se doit... En route pour de nouvelles aventures !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2004
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série La Bête qui mangeait tout le monde
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Noirdésir

Moizie sort ici de son collectif strasbourgeois de L’Institut Pacôme (et de leurs petits albums à l’italienne), même s’il réutilise certains personnages apparaissant dans d’autres de ses productions. Dans le centre de la France – en tout cas dans cette « France profonde » facile à caricaturer, Moizie a développé des histoires assez – voire complètement ! – loufoques. Une sorte de parodie de la Bête du Gévaudan dans le premier tome (avec un tigre échappé d’un zoo à la place – mais un tigre parlant, qui conduit les voitures, etc.) et une parodie de loup garou dans le tome suivant (plus épais, mais en fait bien trop long à mon goût), avec un bonhomme accompagné de son cheval Maurice (cheval qui parle plus que Jolly Jumper !) au centre de ces aventures. Je suis amateur d’humour décalé et de production indépendante, donc ces albums m’attiraient a priori. Mais j’ai quand même été déçu de ma lecture. En effet, je pense que B-Gnet par exemple fait des choses mieux fichues sur le même genre trame. Quelques gags marrants, des situations ubuesques, savoureuses, certes. Mais un ensemble avec trop de longueurs, de passages quelconques qui ne dépasse pas le niveau fanzine (auquel le dessin fait un peu penser). Un côté rafraichissant qui ne suffit pas à maintenir l’attention et le plaisir de lecture sur la longueur. A découvrir à l’occasion d’un emprunt, éventuellement. Note réelle 2,5/5.

02/09/2019 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Je ne m'attendais à rien d'extraordinaire, n'appréciant déjà pas ce genre de graphisme, trop brouillon et qui donne l'impression d'avoir été fait à la va-vite. C'est le scénario décalé et déjanté qui m'a plu avec son petit arrière goût de Dumontheuil et d'absurde. Curieusement, je suis rentrée assez vite dans le style de Sylvain-Moizie et son lettrage enfantin jeté sur les planches avec une apparente nonchalance. Apparente, car tout est calculé au millimètre près. Si les toutes premières pages n'ont rien de particulier, je les ai même trouvées ennuyeuses, Machin qui parle avec son cheval sorti de son capot n'avait rien de particulièrement drôle ; c'est arrivé à la planche 5, lorsqu'il se met à pleurer son "Mauriceuuuuuu", que j'ai enfin accroché, c'est d'ailleurs le moment où l'histoire démarre enfin. Une très jolie surprise que ce récit vraiment entraînant que j'ai lu d'un bout à l'autre avec le sourire. Les personnages sont attachants et tout en restant dans la légèreté ils sont finalement bien développés. Cela dit j'aurais vu une fin un peu moins exagérée, avec un peu moins d'habitants dans le ventre du tigre, c'était un poil trop, à mon avis. Un petit coup de cœur pour un auteur…, à suivre… Ah zut, je viens juste de voir qu'il y a un autre tome ! Je cours le lire et je reviens...

11/07/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

La principale qualité de cette histoire ? Ce qui fait son défaut : le grand n'importe quoi qui règne dans les pages. Le récit est complètement débridé, au sens propre du terme également, puisque l'un des personnages est un cheval qui décide de prendre sa liberté (ahah). On a l'impression que Sylvain Moizie ne sait pas du tout où il va, il laisse ses personnages vaquer dans la nature, et leur fait faire à peu près n'importe quoi. C'est le foutoir, c'est assumé, mais au bout d'un moment c'est lassant. Par contre j'ai du mal avec le dessin, qui est très approximatif. Certes, dans une bouffonnerie pareille, ce n'est pas un problème, mais en ce qui me concerne, je ne l'apprécie pas des masses... En résumé, bof.

06/07/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Une histoire sans queue ni tête ou plutôt si, avec la queue d’un tigre et la tête des gens qu’il mange. Humour absurde et péripéties totalement loufoques parsèment le récit qui démarre de manière incongrue mais qui s’essouffle vite une fois l’effet de surprise passé. On se retrouve avec une bête (genre Loup du Gévaudan sauf que c’est un tigre) échappé d’un cirque et qui bouffe tout le monde. Et du monde, y en a dans la panse du tigre. Un peu trop d’ailleurs, ce qui a tendance à lui peser sur l’estomac. Pour le reste, c’est un jeu de course poursuite pas bien palpitant qu’une fin convenue vient ponctuer. Le dessin crade et peu appliqué me fait aussi penser à du Reiser. Un dessin de presse que j’apprécie peu en bd quoique adapté pour illustrer l’histoire. C’est très barré comme histoire mais elle s’oublie vite. A lire, sans plus . . . 2 étoiles pour saluer l'imagination de l'auteur.

08/07/2008 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Je viens de lire les 2 tomes « La Bête qui mangeait tout le monde » et « La nuit du mystérieux Chien-garou » dans la foulée, et je dois avouer que me suis bien marré à de nombreuses reprises. L’humour est plutôt du genre con (dans le bon sens du terme !), presque absurde, donc amateurs d’humour raffiné, passez votre chemin. Les autres, c’est du tout bon : situations loufoques, dialogues à se pisser dessus, dessin en parfaite adéquation avec le style d’humour… Par contre je trouve quand même que ça s’essouffle assez vite, surtout dans le tome 2, qui démarre pourtant sur les chapeaux de roue (j’étais plié de rire sur les 1ere pages), mais qui est beaucoup trop long je trouve (70 pages d’humour con, argh !) Voilà, une bonne BD humoristique, avec fous rires garantis, mais ça ne va pas chercher plus loin (ce qui n’est pas forcément un reproche). A découvrir…

05/06/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD est un récit absurde et humoristique ayant pour cadre un village dans lequel un tigre mangeur d'hommes rôde et mange tout le monde. Dans cette histoire, les voitures ont un cheval dans le moteur et les tigres sont tourmentés par les gens qu'ils ont mangés et qui restent en vie dans leur ventre où ils bavardent intempestivement. Le dessin de Sylain-Moizie ressemble à mes yeux au style de Reiser à la différence près qu'il y ajoute une "colorisation" à l'aquarelle noire et grise qui n'est pas moche. Mais quoiqu'on en dise, on ne peut pas dire que le style Reiser soit très joli en lui-même, relativement efficace peut-être mais pas très joli. En entamant les premières pages de cette BD, j'ai plutôt accroché aux personnages et à l'humour. Le côté absurde et les dialogues simples mais percutants amènent facilement le sourire et le rire. La relation entre le héros (Machin) et son cheval (Maurice) est sans doute ce qui m'a fait le plus rire dans cet album. Cependant, même si le récit est assez amusant, je trouve qu'il s'essouffle assez vite. La surprise du début laisse assez vite la place à l'action et aux péripéties pas très passionnantes ensuite. Les sourires demeurent mais se font un peu plus rares. On ne retrouve plus l'originalité des premières pages. Un récit amusant mais qui, je l'avoue, ne m'a pas tellement captivé.

27/04/2006 (modifier)

Oui, cet ouvrage est un bel ouvrage, et à ce que j'ai cru comprendre en m'intéressant à l'auteur, Machin est un personnage qui apparaît dans d'autres ouvrages de celui-ci, notamment "Olive n'a plus d'huile", paru à l'Institut Pacôme, et "Machine & Machin ont rétréci". Machine est la copine de Machin, et ils sont voués à vivre de trépidantes aventures. Ouvrage qui date des débuts de La Boîte À Bulles, "La Bête qui mangeait tout le monde" est un petit OVNI qui n'a pas frappé grand monde à sa sortie, mais que je vous conseille de lire et de découvrir. Très personnel, et très vivant. PS : J'ai oublié de dire que "Machine & Machin" est sorti aux éditions rennaises L'ŒUF.

24/02/2006 (modifier)