Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Locas

Note: 4/5
(4/5 pour 6 avis)

Angoulême 2006 : prix du patrimoine BD. Cette série de récits plus ou moins longs, publiée à l'origine dans les pages du magazine Love & Rockets, de 1982 à 1996, suit le parcours de deux personnages principaux, Hopey et Maggie, sur quatorze années. Locas retrace la vie de Hopey et Maggie, leurs amours, leurs problèmes, leur détresse et leur joie.


Adolescence Angoulême : récapitulatif des séries primées Comix Fantagraphics Books Gays et lesbiennes Gros albums Le Catch Love and Rockets Mexique et mexicains Punk [USA] - Côte Ouest

Maggie Chascarillo est une jeune californienne d'origine mexicaine rôdant dans la scène rock du début des années 1980, au moment ou l'explosion punk vient de lancer son assaut virulent et primitif contre les tours d'ivoire des dinosaures du rock. Adolescente, Maggie se trouve attirée par l'anarchie, l'énergie et l'idéalisme de la scène punk hardcore. Elle y rencontre Hopey Glass, une punkette téméraire et insolente. Hopey est une présence turbulente mais constante dans la vie de Maggie, combinant paradoxalement des convictions morales en béton armé et un tempérament irascible. L'amitié qui les lie est volcanique mais indéfectible.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2005
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Locas

08/12/2005 | steamboy13
Modifier


Par gruizzli
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur gruizzli

Put ... Punaise ! Je ne m'attendais vraiment pas à ça, mais alors pas du tout ! Ce pavé graphique m'a littéralement happé tout au long de ma lecture, pour finir par me déposer, hagard, environ deux jours plus tard. Un pavé comme ça, c'est du plaisir en barre, et je pèse mes mots. Un trait d'une virtuosité extraordinaire sur tellement de planches (certes, c'est du travail sur de nombreuses années, mais tout de même, c'est loin d'être dégueu dès le début). Tout est dans un noir et blanc léché, avec des magnifiques cases et des personnages féminins qui sont loin d'être moches aussi. En parlant du dessin, j'avais au début un gros problème pour me repérer dans la pléiade de personnages qui parsèment les pages des différents épisodes, mais très vite la lecture s'est faite plus fluide, je repérais les gueules et les personnages, les liens entre eux, et c'est pas simple vu le nombre qu'ils sont. Mais avouons-le, cette BD m'a séduit beaucoup plus par son scénario, qui est, lui, d'une inventivité remarquable. C'est l'habile mélange d'un futur un peu spécial, d'une Amérique moderne, de questions sexuelles, de problèmes d'argent et de racisme, de quartier, et surtout et enfin de l'amour. L'amour qui va centraliser tout dans cette BD. C'est vraiment curieux comme développement, partant de deux punkettes qui vivent à la fois une histoire d'amitié, mais aussi une histoire d'amour et une histoire de famille, tant on en viendrait parfois à les prendre pour deux soeurs. Mais Hopey et Maggy seront deux personnages qui resteront liées dans ma mémoire comme deux êtres qu'on ne pourrait séparer. J'ai trouvé, dans cette BD, beaucoup de choses qui m'ont bien plu, et je ne pourrais les lister toutes, mais déjà la présence prépondérantes des femmes (qui assument bien des choses… (lire plus)

10/01/2015 (modifier)

Pour moi cette série est une des meilleures du monde de la bd ! Oui,oui ! Je m'explique, c'est un condensé de références et de liberté d'expression unique, sans compromis, sans sacrifices aux codes conventionnels qui sont ici dépassés parce que totalement maîtrisés. C'est pour moi l'exemple accompli de la bd comme médium, qui s’élève au rang d'art majeur. L’œuvre d'une vie : celle des frères Hernandez (ici Jaime, le meilleur dessinateur de la fratrie). Graphiquement, il n'y a pas d'effet de style, de tape à l’œil, juste de l'élégance qui s'étale sur des années de travail sans jamais sembler s'essouffler. En France personne n'a osé prendre cette série à bras le corps au bon moment, résultat, il y a un décalage dans les sujets d'actualité qui sont traités et les délires punk des personnages peuvent paraitre désuets à cette heure. Seul bémol, comme il est dit plus haut, ce n'est pas une intégrale.

07/05/2012 (modifier)
Par Manu Temj
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Locas, ça part dans tous les sens, c’est haché (faute à la parution initiale par épisodes, mais surtout faute à l’imagination pléthorique de l’auteur), souvent outrancier, parfois grotesque, entre catch féminin, superhéros ratés, soap opéra surmaquillé, milliardaires excentriques, réparateurs de soucoupes volantes, exécutions sommaires, sourires ultra-brite et amour à plusieurs… D’abord, Locas, on se dit que c’est un pavé, et qu’on va y passer du temps. Et puis on se dit que ça n’a ni queue ni tête et que – peut-être – finalement, on va jeter l’éponge. Et puis on continue parce que lentement, un peu plus vite, presque étonnamment, il se passe quelque chose, qu’on comparerait facilement à de l’alchimie, mais qui n’est rien d’autre que l’effet du talent de l’auteur. Parce qu’au delà de ce feu d’artifice d’effets narratifs, de grimaces, de coiffures explosives et d’émotions à la truelle, ou plutôt grâce à ce feu d’artifice, s’échafaude page après page un petit monde populaire, modeste, complexe et attachant, qui ressemble à celui de nos quartiers, de nos villages et de nos lycées. Parce qu’au milieu de tout ça, comme au milieu de la photo mal cadrée d’un week-end en famille, il y a Hopey et Maggie, leur affection mutuelle et leurs questionnements profonds. Grâce soit rendue aux éditeurs de cette merveille d’intégrale de nous avoir permis de redécouvrir ce monument ! Patron, vite, la seconde partie !

22/03/2006 (modifier)
Par TonTon
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Bon là, je ne vais pas du tout être objectif ! J'avais couru après les premières éditions incomplètes (comix USA, je crois) des tribulations de Hopey et Maggie ! Enfin tout est édité ! Ca permet de mieux comprendre certains point obscurs des éditions précédentes. Certes, tout n'est pas de qualité égale mais il y a une telle densité dans le récit, ça n'est pas la BD que vous lisez en 10 minutes et que vous reposez à jamais dans votre bibliothèque. Les relations entre les protagonistes ! Le dessin clair qui fait penser à Aggie ou Lili mais en bien déjanté ! Jaime Hernandez a fait du très bon boulot.

05/01/2006 (modifier)