Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Peine perdue (Can of Worms)

Note: 3/5
(3/5 pour 6 avis)

Premier et unique livre (à ce jour) de Catherine Doherty, "Peine Perdue" est le récit très largement autobiographique de la recherche de sa mère biologique par une dessinatrice canadienne. A travers l’histoire de cette fille adoptée, l’auteur relate les étapes d’une véritable quête étalée sur trois longues années. Cette histoire poignante est soutenue par une narration alternant d’une part un récit en bande dessinée sans dialogues et d’autre part la présentation de documents officiels redessinés (lettres de l’administration, courriers entre la mère et la fille..). Avec cet ouvrage, Catherine Doherty lève un voile pudique sur une expérience personnelle émouvante qui se conclut sur une note douce-amère. Cet ouvrage a été nominé aux Eisner Awards en 2001.


Adoption Auteurs Canadiens Autobiographie BD muette Cà et Là Comix

Premier et unique livre (à ce jour) de Catherine Doherty, "Peine Perdue" est le récit très largement autobiographique de la recherche de sa mère biologique par une dessinatrice canadienne. A travers l’histoire de cette fille adoptée, l’auteur relate les étapes d’une véritable quête étalée sur trois longues années. Cette histoire poignante est soutenue par une narration alternant d’une part un récit en bande dessinée sans dialogues et d’autre part la présentation de documents officiels redessinés (lettres de l’administration, courriers entre la mère et la fille..). Avec cet ouvrage, Catherine Doherty lève un voile pudique sur une expérience personnelle émouvante qui se conclut sur une note douce-amère. Cet ouvrage a été nominé aux Eisner Awards en 2001.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Novembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Peine perdue
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

06/01/2006 | herve
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne suis généralement pas fan des bd dites muette car il faut bien interpréter chaque image. Quand c'est un peu absurde ou loufoque comme Là où vont nos pères, cela ne passe pas. Fort heureusement en l'espèce, c'est d'une simplicité enfantine. Une jeune fille découvre qu'elle a été adoptée. Dès lors, elle va mener une enquête pour découvrir sa mère biologique. Il est dommage que les parents adoptifs soient totalement passés à la trappe. Par ailleurs, cette jeune fille ressemble à un garçon : le dessin ne met pas en valeur le côté féminin. Il manque également beaucoup de chaleur humaine à cette bd. L'absence de dialogue devait selon l'éditeur nous sublimer de sentiments. Désolé, je n'ai pas ressenti cela... Sur le même sujet concernant l'adoption, j'ai nettement préféré Couleur de peau : miel qui est d'ailleurs l'une de mes bd préférées.

18/09/2009 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Une femme qui s'appelle Catherine, comme l'auteur tiens tiens, recherche sa famille biologique. Bien sûr on ne peut s'empêcher de penser immédiatement à l'autobiographie. A travers ces pages de bd muettes entrecoupées d'articles de presses, de lettres manuscrites, on voit Catherine évoluer dans ses recherches, en âge mais pas physiquement gardant ses traits d'enfant si bien qu'on peut avoir du mal à comprendre son âge. Un peu court, c'est intéressant mais il manque peut-être certains côtés, par exemple on n'a pas la réaction des parents adoptifs ou des proches de Catherine. Et le choix d'une bd permet de suggérer beaucoup de choses mais contraignant pour montrer justement les réactions des personnes.

16/12/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Je n'ai pas trop accroché à cette BD que je trouve assez creuse par rapport à ce qu'elle laisse présager. Dès le départ, j'ai eu un peu de mal avec le graphisme et la narration muette. Les décors sont relativement sympas mais par contre, je n'aime pas les personnages, trop simples et ronds, au physique du genre Fido Dido pas très maîtrisé, et surtout très peu expressifs. L'auteur s'attache à raconter l'histoire sans paroles, hormis des lettres et documents officiels, et sa narration ne passe pas toujours pour moi, certains passages n'étant pas évidents à comprendre lors d'une lecture qu'on voudrait fluide. Concernant l'histoire, il s'agit d'une autobiographie plus ou moins romancée où l'auteur raconte la quête de sa mère biologique. Ce sont des recherches silencieuses en bibliothèque et en offices municipaux, quelques déductions logiques, quelques contacts, et... voilà. Toute cette quête se fait sans réellement me captiver et la BD se termine ensuite assez abruptement. Je trouve cette lecture un peu rapide, l'histoire un peu creuse et courte comparée au prix de cet album. Je n'ai guère ressenti d'émotions, juste la chance de ne pas m'être trop ennuyé à la lecture. Sujet original et traitement narratif assez original, mais le résultat ne m'a pas convaincu.

20/06/2006 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Alors déjà je voudrais dire que j’aime beaucoup les couleurs de la couverture, ce mélange crème de marron/crème champignon, c’est superbe. Hum :8 La BD elle-même est assez sympa et agréable à lire, mais pas vraiment marquante ou touchante, ce qui est un peu le but avec ce genre d’œuvre autobiographique non ? Je trouve que le style du dessin ne colle pas, et le fait que la BD soit muette ne fonctionne pas vraiment. Certains auteurs arrivent à faire passer des émotions sans écrire un mot, mais on ne peut pas dire que ça soit le cas ici… Une belle petite BD, que les amateurs du genre aimeront peut-être. Moi j’ai juste trouvé ça « pas mal ».

29/03/2006 (modifier)
Par alban
Note: 5/5

Il y a des albums qui arrivent dans votre librairie et qui tout de suite attirent votre oeil, un petit truc qui vous murmure dans l'oreille "attention chef d'oeuvre". Dans le cas de "Peine perdue", la couverture m'a tout d'abord intrigué, un peu décalée et pas forcément en rapport avec le contenu mais il y avait une simplicité qui m'a tout de suite attiré. Le dessin très agréable avec un découpage à couper le souffle est d'une lisibilité étonnante, même s'il vaut mieux pour lire cette BD... sans bulles. Le scénario est malgré l'absence de bulle somptueux. On vit les événements au fil des pages en comprenant progressivement les codes et en découvrant sur les pas de Catherine le mystère de ses origines. Catherine Doherty réussit à ne pas relâcher notre attention pendant tout l'album, et nous fait vivre à son rythme et grâce au découpage ce récit avec le rythme adéquat. Je n'ai pas pu m'arrêter avant d'avoir achevé la dernière page.

14/02/2006 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Je vais être moins enthousiaste que certains sur cet album que j'ai eu tout de même du mal à dénicher. Certes sans les critiques précédentes je n'aurai sûrement pas acheté ce petit livre, déjà à cause d'une couverture assez peu explicite par rapport au thème abordé. Si le mode "muet" de cette bande dessinée ne m'a pas dérangé au contraire, c'est le dessin qui, d'après moi, ne colle pas avec scénario: en effet, j'ai eu l'impression de suivre, tout au long de ma lecture, les recherches d'une gamine de 12 ans sur ses parents (et non les démarches d'une femme d'une trentaine d'année sur ses origines). Cet aspect puéril du dessin gène dans la compréhension de cette bande dessinée. Et puis, honnêtement, étant placé de l'autre côté de la barricade (en tant que père adoptif), je n'ai pas trouvé l'émotion que je pouvais attendre d'un tel livre. Je suis peut-être passé à côté d'un chef d’œuvre, mais je n'ai pas été entièrement conquis par ce livre.

06/01/2006 (modifier)