Planète Divine

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Sur Silurie, la jeune Neyah vient d’être contactée par un ange qui lui confie une mission : sauver son peuple des Absolones qui s’apprêtent à débarquer...


Carrément BD Format carré Spiritualité et religion

Sur Silurie, la jeune Neyah vient d’être contactée par un ange qui lui confie une mission : sauver son peuple des Absolones qui s’apprêtent à débarquer... Après toutes ces années passées à s’instruire, Neyah va devoir affronter une réalité où la mort et la lumière seront présentes ... Et Neyah accepte cette mission pour que son peuple puisse rester à tout jamais en contact avec les êtres divins ...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2002
Statut histoire 2 tomes parus
Couverture de la série Planète Divine
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

Le dessin et le format particulier accordé à cet opus m’ont incité à me pencher sur ce dyptique. Le scénario nous présente une sorte de vision mystique de la vie avec les sages couches supérieures ayant une puissance de l’esprit permettant de créer tandis que aux niveaux inférieurs on trouve la guerre, la volonté de puissante l’égoïsme et tutti quanti. Bref rien de transcendant si ce n’est justement les formes éthérées des individus qui peuvent passer d’une dimension à l’autre par la simple force de l’esprit. Le tome 1 m’a semblé trop lourd justement, trop plein de ce mysticisme trop naïvement présenté qui le rend dégoulinant et peu digeste, on se perd dans les dimensions oniriques et tout cela est certes plein de poésie, mais demeure trop binaire bien mal pour présenter un intérêt. Malgré tout cela j’ai quand même poussé& au tome 2 grâce à ce dessin tout à fait hors norme et très poétique. Heureuse surprise du tome 2, le scénario plus construit rend l’histoire plus lisible, la complexité des dimensions demeure mais curieusement tout cela parait nettement plus fluide, l’auteur a supprimé les circonvolutions nuisibles à la lisibilité et l’histoire passe bien mieux. On traverse le temps et de nombreux points en suspens trouvent leur résolution (parfois même un peu trop rapide) ici. A la fin du récit, l’impression générale est celle d’un joli voyage poétique dans un univers où réincarnation, parallélisme du temps sont la norme. Le dessin permet de donner un écrin merveilleux à une histoire complexe, les pastels trouvent une résonance tout à fait pertinente dans la rémanence des idées et des sentiments au gré des époques et des lieux. Le découpage permet de faire passer le message, et étant donné la complexité de celui-ci chapeau ! Au final album très agréable pour les amateurs de philosophie, de mysticisme et de spiritualité, pour les autres la patte science-fiction sera probablement trop maigre, il ne restera que la poésie des images Pas mal, mais il me semble que les relectures doivent être très espacées pour être appréciée d’où le non conseil d’achat.

30/07/2015 (modifier)
Par Gillix
Note: 4/5

Voilà ce que j'appelle une bonne surprise. Vincent Pompetti est un jeune auteur prometteur qui nous livre son premier travail avec ce diptyque de la collection "Carrément BD" de Glénat. Il s'agit d'une oeuvre de science-fiction dans la lignée de ce que fait Pierre Bordage avec Les Guerriers du Silence. C'est à dire un mélange de fantastique, de mysticisme et de voyage dans l'espace. En fait la qualité principale du travail de Pompetti réside, à mon sens, dans le dessin et surtout le travail sur la colorisation. Son choix de palette, résolument pastel et limite délavé parfois, cadre très bien avec le ton complètement onirique de son histoire. Encore une fois, je n'ose aller trop loin dans le détail de peur de vous gâcher la lecture, mais au niveau scénaristique j'apprécie son travail sur les niveaux de réalité... En fin de compte voilà deux BD que je vous recommande chaudement, tout en étant conscient que cela reste à vous de voir...

02/03/2006 (modifier)

Première chose qui me vient à l’esprit : c’est beau. Une planète imaginaire, une architecture d’inspiration asiatique et pré-colombienne, des véhicules volants en formes de jonques, le tout traité à l’aquarelle dans des teintes très douces, parfois peut-être un peu trop pâles et pas assez contrastées. Le traitement des personnages est lui aussi emprunt de finesse et d’élégance, notamment dans les attitudes et dans le modelé des visages. Un bémol toutefois, celui de Neya, la jeune héroïne, curieusement, n’est pas constant, tantôt rond, tantôt pointu, et sa tête me paraît hypertrophiée. Dommage. L’histoire : nous sommes dans une galaxie dont les planètes, peu à peu, tendent à disparaître, sans que leurs habitants aient pu, au préalable, regagner la planète des origines : la planète divine. Sur Silurie, la jeune Neyah est instruite depuis son enfance pour devenir Hiérophante, c’est-à-dire l’intermédiaire entre les êtres divins et son peuple, or l’une d’entre eux lui confie une mission : sauver son peuple des Absolones qui s’apprêtent à débarquer, en le guidant vers un plan spirituel supérieur, hors d’atteinte des envahisseurs. L’intrigue imaginée par Vincent Pompetti, dont c’est le premier album, est donc un savant dosage de violence, de poésie et de spiritualité. Seuls ceux qui ont foi en leurs créateurs et qui sont capables de s’élever au-delà des contingences matérielles et des ambitions personnelles, peuvent échapper aux Absolones. Cette BD possède un charme indéniable de par sa poésie et son dessin, je n'ai lu pour l'instant que le premier tome mais je lirais aussi le suivant quand je pourrais mettre la main dessus, mais je n’irais pas jusqu’à en recommander l’achat ; à vous de juger. “Nous sommes tous des pierres, parcelles de l’Univers, qui en se polissant deviennent des miroirs reflétant l’infini.” ...

13/10/2005 (modifier)