1945

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Un amour impossible dans l'Allemagne de la seconde guerre mondiale...


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Allemagne La BD au féminin : le manga Love Stories Nazisme et Shoah Seinen

Nous sommes en automne 1939, dans la ville allemande de Hoffendorf. Elen et Maximilian, deux jeunes étudiants refusent de se joindre aux organisations nazies, plus par manque de motivation que par conviction politique. Elen, qui a fait brièvement la connaissance d'Alex quelques années auparavant, le croise à nouveau et ils tombent amoureux. Mais comment s'aimer quand l'Histoire bouleverse votre quotidien. Elen souffre pour sa meilleure amie, déportée parce qu'elle est juive, alors que de son côté, Alex déteste les juifs parce que c'est un juif qui jadis causa la ruine de son père et son suicide. Le manga se renferme sur l'année 1945 qui scellera à jamais le destin des personnages et de l'Europe. (texte BDNet)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 1945
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2005 | Spooky
Modifier


Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Un gros bof limite 1/5, sauvé sans doute par l'élégance du dessin et le fait que j'ai tout de même tenu jusqu'au bout (ce qui n'est pas non plus une épreuve vu le faible nombre de pages). En gros, c'est une histoire d'amour ''impossible'' qui ne surprend malheureusement jamais, pleine de clichés, avec une galerie de personnages lisses et peu attachants. Même le fait qu'elle mette en scène de jeunes allemands en proie au doute n'y change rien : le tout est beaucoup trop attendu et cousu de fil blanc. De plus, l'auteur a beaucoup de mal à varier les faciès de ses personnages ce qui fait qu'on a une fâcheuse tendance à mélanger les identités des blonds de sexe masculin... Ah aussi, j'oubliais : je n'ai jamais compris pourquoi le héros s'appelait soit Alec, soit Alex... A oublier.

30/08/2010 (modifier)
Par Chups
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J'ai trouvé ce livre réellement génial. J'ai d'ailleurs par la suite essayé de faire des recherches sur Elen mais je n'ai rien trouvé. C'est d'ailleurs en les continuant que je suis tombée sur ce site. J'encourage tous les lecteurs de ce manga de faire des recherches afin de trouver la fin exacte d'Elen et de Alec (ou Alex). Cette auteur est génial d'avoir su mêler lecture jeunesse et sujet historique. De plus, on pense souvent que tous les Allemands étaient d'accord et pour Hitler mais ce livre est la preuve même que non : il y avait de la résistance au coeur même de l'Allemagne !! Dans tous les cas j'ai complètement dévoré ce livre et je l'ai, après l'avoir acheté, prêté à plusieurs amies. Sur ce, je vous laisse et souhaite bon courage à tous ceux qui pourraient être aussi hasardeux que moi pour continuer des recherches. A plus. Chups.

17/06/2007 (modifier)
Par Quentin
Note: 2/5

Un(e) auteur Japonaise traitant d’un sujet bien Européen (le nazisme en Allemagne pendant la 2e guerre mondiale), dans un style et un format entre le manga et la BD européenne, ça a éveillé ma curiosité. Je n’ai malheureusement pas accroché. L’histoire est peu crédible, trop édulcorée, et même confuse par moments malgré la simplicité du récit. Les personnages sont trop difficiles à différencier (tous ces jeunes hommes blonds !), malgré leur manichéisme. Un album sympathique, certes, mais pas génial.

07/06/2006 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Un peu déçu par cet album. Keiko Ichiguchi était annoncée par "la plus européenne des mangakas" (oui, c'est une femme). Par le fait qu'elle vive en Italie depuis près de dix ans, mais aussi par le choix du sujet de ses bouquins. Il est vrai que réaliser un manga sur la Seconde Guerre, vue du côté allemand, est un peu inattendu de la part d'un auteur nippon, dont la famille a elle-même connu la guerre du côté de l'Axe. Mais l'originalité de ce choix s'efface vite derrière la beauté formelle du manga. Ichiguchi a un style élégant, fragile mais pas éthéré, un certain charme se dégage de ses planches. Elle instille dans son histoire toute sa sensibilité de femme, mais aussi de nipponne, si différentes d'un gros niais tel que moi. Et le charme agit. Jusqu'à un certain point. Jusqu'à la rencontre du second personnage masculin de l'histoire. Qui ressemble furieusement au premier. Et au troisième aussi. Cela gêne vraiment la lecture, d'autant plus que dans une longue scène, ces deux personnages masculins sont ensemble, casqués, et qu'on ne sait plus qui est qui, à moins de zieuter les galons sur les uniformes. Du coup, la compréhension d'une telle histoire, qui introduit beaucoup de sentiments au coeur d'un événement (la guerre) où l'on n'en fait pas, est carrément torpillée. Et les personnages manquent quand même cruellement de saveur, de profondeur. Et c'est dommage, parce que 1945 aurait pu être une BD passionnante, nous emmenant dans le labyrinthe des sentiments en des temps troublés. Notons quand même l'arrivée d'une nouvelle auteure à suivre.

10/10/2005 (modifier)