Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Roi des bourdons

Note: 4/5
(4/5 pour 6 avis)

Une petite histoire sous un ton Trondheimesque qui narre les aléas de la vie de Zola, être sentimental et doux qui tente de réussir dans le monde de la BD.


Glénat Profession : bédéiste

Zola Vernor rêve d'être dessinateur de bandes dessinées. Les projets qu'il soumet aux éditions Chatterbooks, où il travaille comme manutentionnaire, sont systématiquement refusés. Un jour, alors qu'il travaille dans le jardin de sa mère, il sauve un bourdon de la noyade. Ce geste anodin va transformer sa vie...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire Série terminée (Réédité en un unique tome redessiné et réécrit) 6 tomes parus
Couverture de la série Le Roi des bourdons
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

14/02/2006 | alban
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

C'est d'en avoir souvent entendu parler en bien sur le net qui m'a poussé à acheter les 4 tomes parus de cette série. Son aspect auto-édité sous la forme de petits cahiers souples agrafés, son dessin "simple et coloré" et le prix pas si petit que ça de chaque album n'auraient en effet pas suffi à me convaincre sans cela. Et après la lecture du premier tome, je dois bien dire que j'ai failli regretter cet achat. Car le dessin animalier et simple, dans la lignée des Trondheim et compagnie, ne suffisaient pas à combler mon sens de l'esthétisme. Et car le récit d'un quotidien assez banal, à l'apparition d'un super-héros près, ne m'avait guère captivé dans le court temps imparti par le faible nombre de page de chaque tome. Mais au fil des tomes, j'ai fini par m'attacher véritablement au récit et aux personnages, chaque nouvel album faisant remonter la série dans mon estime. L'intrigue se complexifie, abordant deux ou trois thématiques à la fois : celle d'un jeune homme confronté à sa vie de famille, mère atteinte d'une dégénérescence mentale et frère sympathique mais glandeur, celle d'un super-héros un peu particulier, et celle du monde de la BD moderne tiraillé entre marketing de masse et passion individuelle. Quelques rebondissements permettent de captiver le lecteur, de lui donner envie de lire la suite, de faire en sorte de ne pas savoir à l'avance ce qu'il va se passer ensuite. Bref, voilà une série qui m'a plutôt conquis. Je ne suis pas totalement sous le charme, et j'aurais vraiment préféré des albums en format cartonné plutôt que ces cahiers que je ne sais pas où ranger dans ma bibliothèque et qui vont vite s'abîmer - surtout que leur prix est relativement élevé finalement, d'autant plus quand on se lance d'un coup dans la série. Mais je vous en conseille la lecture et j'achèterai la suite.

27/12/2006 (modifier)
Par klechko
Note: 4/5

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l’univers et les aventures de Zola Vernor lors de la lecture de ces 4 volumes. C’est riche, bien imaginé, les thèmes abordés sont nombreux et se fondent remarquablement dans ce récit qui arrive habilement à osciller de l’humour léger au dramatique. Le dessin lui, est simple et très soigné et les couleurs très agréables. Au-delà de l’histoire, je dois dire que pour un ouvrage auto-édité, le résultat est qualitativement très réussi. David De Thuin est un auteur que je vais dorénavant suivre de prés. Un tome 5 aussi plaisant que les précédents, j'attends avec impatience la sortie du sixième et dernier tome en avril 07.

02/12/2006 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

J’ai été particulièrement touché par le côté profondément humain de l’histoire où l’on suit les joies et les peines du petit Zola qui navigue entre désespoir et l’envie malgré tout d’avancer dans la vie et de s’occuper d’autrui. Ainsi, De Thuin aborde avec beaucoup de justesse et de sensibilité des thèmes variés qui s’imbriquent les uns dans les autres pour former ce récit d’une grande richesse : différents entre frères, la réaction face à la maladie d’un proche, la dépression, la perte d’emploi, la difficulté pour un auteur de bd d’être publié, la difficulté d’être un super héros . . . A voir le dessin, on serait tenté de se dire De Thuin fait du Trondheim. Mais à y regarder de plus près, seul l’univers animalier est commun. En fait, rien ne ressemble plus à du De Thuin que du De Thuin ! Son trait simple traduit avec beaucoup de justesse l’état d’esprit de la série. Bref, voici une superbe petite bd publiée à compte d’auteur, pas beaucoup plus chère qu’un Mimolette de l’Association et en couleur sivouplé ! MAJ 02/05/07 Ca y est, je viens de lire l'épilogue qui conclu cette belle série en 6 tomes! Cet épilogue se situe 10 ans après les événements du tome 5. Zola est toujours un petit dessinateur qui végète. Un critique souhaite lancer une nouvelle rubrique dans son magazine bd et décide de mettre sur le devant de la scène des auteurs injustement méconnus. Ce sera le point de départ pour un retour 10 ans en arrière, lorsque Zola se prenait pour le roi des bourdons . . . Cet épilogue revient sur la vie trouble de Zola, notamment par le témoignage de son frère. C'est un bel album qui donne une "fin" à une série aussi surprenante que réussie!

23/11/2006 (modifier)

Je viens de finir la lecture du tome 4, et que dire... AAAARGH! La suite vite. Au fil des volumes le ton devient plus noir, l'humour est toujours là, mais les thèmes abordés plus nombreux et plus complexes qu'il n'y paraissait au début. On touche au drame, mais David De thuin a l'élégance de ne pas faire dans le pathos, il sait parfaitement distiller les émotions sans nous manipuler, c'est là le travail d'un artiste majeur de la bande dessinée. Il est bien supérieur à Trondheim (pourquoi le comparer d'ailleurs, parce qu'il dessine des animaux ? Je vois plus chez De thuin l'influence de Macherot que de Trondheim (plus sous l'influence de Carl Barks lui), parce qu'il est profondément humaniste, à l'écoute des émotions de la vie (alors que Trondheim est dans l'épate, le m'as-tu-vu, le bon mot à tout prix) et il sait rendre ce qui fait que la vie est belle malgré tout, dans une histoire teintée de fantastique, ludique, drôle et infiniment intelligente. C'est cette intelligence qui me fait rapprocher David De Thuin de Gipi. Deux artistes majeurs qui ont compris la nature humaine et savent la rendre sous le médium le plus parfait : la bande dessinée.

07/10/2006 (modifier)
Par godzy022
Note: 4/5

Autoéditer sa propre BD, voila une aventure qui ne doit pas être simple. Ca mérite déjà le respect. Quand, en plus, la BD en question se révèle digne d'intérêt, je dis bravo! Le premier (petit) tome plante le décor avec humour et finesse : on suit le quotidien d'un aspirant-dessinateur, qui bosse chez un éditeur, mais pas vraiment au niveau de la création artistique... Le trait de l'auteur est agréable, et la touche fantastico-poétique des Bourdons donne une dimension supplémentaire à l'oeuvre, déjà riche de ses réflexions autour de la vie privée et professionnelle de son héros. Une série à essayer, ne serait ce que pour encourager l'auteur!

01/06/2006 (modifier)
Par alban
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Il est des ovnis dans le domaine de la BD et après les petites merveilles auto publiées par Alec Séverin, nous bénéficions maintenant de celles de David de Thuin. Je le remercie infiniment d’avoir pris le risque de nous faire partager son récit. Maintenant parlons de ce petit livre (format A5), dont la qualité d’impression est aussi impressionnante que la qualité de l’oeuvre. Parlons tout d’abord de « l’objet ». Cette petite chose sort de notre ordinaire de lecteur, une présentation originale, une couverture brochée et simplifiée à l’extrême, des pages avec un papier de qualité, on sent le travail soigné. Maintenant le dessin, un style ligne claire, tout en souplesse et sans fioritures inutiles, parfaitement adapté au récit. Le scénario, une vision revisitée du super héros qui acquiert ses pouvoirs grâce à ces petites bêtes que nous aimons tous voir l’été autour de nous à savoir les bourdons. Les interrogations sur la vie professionnelle et privée de notre héros sont parfaitement décrite en parallèle et David de Thuin nous guide habilement dans les méandres de la vie d’un dessinateur qui ne connaît pas encore le succès qu’il souhaiterait.

14/02/2006 (modifier)