Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La pluie

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

La lente dégradation d'un rapport amoureux sur fond pluvieux...


Ecritures

"J’étais avec Maya, et tout coulait de source. Notre relation était comme une évidence, faite d’une succession de moments que je goûtais intensément, sans me poser de questions. (..)" Une histoire de presque rien, l’histoire amoureuse d’un homme et d’une femme, rapportée dans son vécu le plus quotidien, sur fond de météo détraquée, d’attirance pour l’eau et de souvenirs de piscine. Cette chronique de l’intime, au plus près des émotions de ses deux acteurs, surprend et séduit par l’originalité de son dispositif narratif, rarement proposé en bande dessinée.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La pluie
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

22/02/2006 | Quentin
Modifier


J’étais extrêmement pressé la dernière fois que je me suis rendu à la bibliothèque. À un point tel que j’ai choisi certains de mes emprunts totalement au hasard. ‘La pluie’ fait partie de ceux-là… Je ne suis pas spécialement amateur de romans graphiques. Et celui-ci n’a pas fait exception à la règle. Si je n’ai pas été particulièrement touché par cette histoire, c’est essentiellement parce que je n’ai pas trouvé ses personnages suffisamment attachants. Malgré cela, je dois bien avouer que l’ambiance de conflit silencieux se révèle désespérément crédible. Le contexte, le phénomène de pluie permanente, m’a davantage intéressé que le sort du couple à la dérive. [SPOILER] L’allusion en fin de récit à la naissance d’une guerre civile a particulièrement suscité mon intérêt. Si ce sujet avait été davantage exploité, cela aurait pu donner lieu à quelque chose de réellement passionnant. Mais bon… cela n’était absolument pas dans l’optique de l’album… ;) [/SPOILER] D’un point de vue graphique, on remarque tout de suite que le cadrage se veut original. Mais les constants gros plans du décor ou du dos des personnages sont franchement désagréables à la longue. Les couleurs sont par ailleurs horriblement ternes. Bref, bof, sans plus !

28/05/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Au début, on est heureux de découvrir un couple qui s'aime éperdument. On croit en l'amour entre ces deux êtres qui se complètent. Puis, la pluie va commencer à tomber pour ne plus s'arrêter comme un espèce de signe du destin ou de symbolique psychologique. Est-ce que tout coule de source ? On découvre alors dans l'intimité de ce couple des divergences et des regrets cachés comme celui d'avoir ou pas un enfant. C'est bel et bien une histoire d'amour qui va se diluer sous la pluie. C'est beau et c'est intense mais la fin ne m'a pas littéralement convaincu. Bien sûr, le déluge n'est qu'une image qu'il faut savoir interpréter. Un album intime et mélancolique auquel il manque ce petit quelque chose pour en faire une oeuvre franchement bien.

13/03/2010 (modifier)

Une histoire d’amour qui prend l’eau, sur fond de déluge planétaire. Pas de doute, on est dans une histoire à la symbolique fortement présente, et d’une grande poésie. L’eau est donc le fil rouge de cette histoire singulière, et le trait d’union entre le narrateur et la femme qu’il aime. Le dessin -des aplats dans une dominante de bruns et de gris-bleu- se contente le plus souvent de suggérer plutôt que de clairement représenter. Pourquoi pas ? Je ne peux pas dire que j’aime vraiment, mais je reconnais qu’il s’harmonise assez bien avec le ton à la fois intimiste et volontairement elliptique de la narration. L’intrigue mêle avec une grande fluidité le drame intime et la catastrophe mondiale, et même si la fin est fort peu vraisemblable, on accorde volontiers à l’auteur cette licence poétique, car elle est assez réussie et inattendue.

13/03/2007 (modifier)
Par ArzaK
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

On entre dans cet album comme on entre dans l’eau, en douceur, sans brusquerie. Une voix intime nous parle, raconte, c’est celle d’un homme calme, dont l’apparente sérénité cache une mélancolie profonde, marquée par la relation devenue difficile entre lui et celle qu’il aime. Le couple va mal : un jour, elle partira, il le sait, parce qu’elle veut un enfant et que cela lui est impossible. Dehors, la pluie tombe et ne s’arrête plus. Les météorologues s’interrogent. Elle partira, il le sait. L’eau s’infiltre partout, paralysant la société, la violence s’installe, le monde se noie... Lui n’en a cure, il n’a d’yeux que pour elle et son couple qui se noie... Les Bruxellois Lambé et De Pierpont prouvent qu’en matière de récit intimiste, la BD n’a rien à envier au cinéma et à la littérature. Magnifiquement utilisé, un texte-off peut procurer, dans son jeu de distanciation avec l’image, des sensations d’une rare intensité. Judicieusement mis en scène, les lieux et les objets peuvent, au travers des cases d’une BD, imposer leur force ontologique. Le dessin tout en rondeur et cette mise en couleur pastel qui fond entre elles couleurs chaudes et froides sont admirables, on ne lit pas les cases de Lambé, on s’y plonge. Le coup de génie de cet album est aussi d’avoir articulé l’intime et la tragédie planétaire au sein d’une gigantesque allégorie poétique et surréaliste. Un couple se noie et c’est un monde qui disparaît... Inutile de chercher un véritable lien logique entre les deux événements, il est psychologique et poétique, il s’impose surtout comme un dispositif narratif extrêmement efficace qui s’achève sur un final lumineux et transcendant, beau comme un poème.

04/01/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Cet opus m'a été prêté par ma belle-fille... Une histoire assez curieuse... J'ai effectué une sorte d'irruption dans la vie très privée d'un homme et d'une femme. Deux personnes qui s'aiment comme des fous. Un amour immense que rien ne peut ébranler. Mais petit à petit, au fil des cases, le trouble grandit sans que je ne m'en sois directement aperçu. Trouble ?... Un curieux malaise, plutôt. Les distances se forment, comme les ronds que la pluie fait dans les flaques autour d'eux. Dans cette histoire -toute en retenue- les auteurs ont pris comme un malin plaisir à laisser des espaces blancs. Des moments d'arrêt où j'ai façonné l'histoire à ma propre façon, à mon idée. Des sortes d'espaces de création qui donnent libre choix au lecteur. Cette histoire, c'est un peu une tranche de l'histoire à tout le monde. Un ouvrage singulier qui se lit d'une traite. Quand on entre dans ce récit, on a difficile d'en sortir, car "La pluie" c'est un peu de moi, de "nous" sur une feuille de papier. Une histoire, un album à découvrir dans un registre qui n'est pas facile -un peu comme un film d'Art et Essai-, mais qui fait avancer d'une certaine façon la BD. Même si, personnellement, ce n'est pas ma tasse de thé.

03/01/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, sur ce coup-là, ma sensibilité artistique doit être proche de celle d'une enclume, parce que moi je n'ai pas vraiment aimé cet album. On pourrait presque dire pas du tout, tant je me suis ennuyé à la lecture. Cependant, je reconnais que les auteurs ont une démarche artistique particulière, probablement très travaillée... Que je n'ai pas comprise, voilà tout. Pour moi, "La Pluie" est un album flou, marron et looooooooong, mais loooooooooooooooong... Le dessin est pour moi assez irrégulier, trop figuratif pour me toucher vraiment. Sur pas mal de pages, s'il n'y avait pas eu le texte, je n'aurais pas compris ce qu'il se passait... Bref, ce n'est pas mon style...

07/03/2006 (modifier)
Par Quentin
Note: 4/5

L’histoire d’une femme qui aide à mettre les bébés au monde en les sortant de leur poche liquide mais n’arrive pas à ferrer le poisson duquel elle est amoureuse et d’un homme maître nageur qui aide les gens à plonger dans le milieu aquatique et ne peut se résoudre à mordre à l’hameçon de la perche qu’elle lui tend. L’histoire d’un amour qui part à vau l’eau, fait naufrage et se noie dans l’océan d’un ciel en deuil. Un très beau livre empreint de mélancolie et de poésie.

22/02/2006 (modifier)