Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Bureau des prolongations

Note: 3.75/5
(3.75/5 pour 4 avis)

La suite des aventures de Simon Hureau en Indochine...


Carnets de voyages Indochine

Si vous avez lu "Palaces" le premier ouvrage de Simon Hureau, vous saurez que l’auteur était en voyage au Cambodge. Ce que vous apprendrez avec "Bureau des prolongations", c’est que son voyage a duré bien plus longtemps que prévu en raison des péripéties qu’il nous narre ici en détails et à l’issue desquelles il parviendra tout de même à rentrer en France. Si en plus d’être un peu casse cou, Simon est un peu distrait, il faut dire aussi qu’il est tout autant inconscient, et que curieusement, cela va lui sauver la mise.. Simon, est donc contraint de rester au Cambodge car il s’est fait volé ses papiers avec toutes ses affaires, carnets de croquis et passeport compris. Seulement au Cambodge, on ne refait pas des papiers si rapidement que cela et, comme ailleurs, c’est tout un parcours, avec l’exotisme et la poussière en plus ! Alors tant qu’à rester contraint et forcé, autant continuer à visiter du pays, c’est ce que s’est dit Simon Hureau et c’est pour notre plus grand plaisir de lecteur..

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Bureau des prolongations

13/06/2005 | iannick
Modifier


Par Chelmi
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Chelmi

"Bureau des prolongations" quand l’attente devient un calvaire… A la base, je ne suis pas très fan des bds autobiographiques, des carnets de voyage et, du noir et blanc. A croire que Hureau a sorti cette bd juste pour me prouver qu’il n’y a pas de règle général en art mais du cas par cas, car j’ai beaucoup apprécié cet album. J’ai acheté ce tome en festival sur un coup de cœur. J’ai tout simplement été séduit par le dessin. Et puis la conférence sur -les carnets de voyage- que l’auteur a donné avec quelques uns des ses confrères m’a convaincu. Et pour ne rien gâcher, j’ai aussi eu droit à une jolie dédicace. Cette histoire fait suite à son précédent album Palaces, dont on n’est pas du tout obligé d’avoir lu pour comprendre le dénouement. Voyager, est-ce rechercher ce qu’on attend d’un pays ou au contraire se laisser porter par les événements ? Une question obsédante que se pose l’auteur, piégé au Cambodge, après s’être fait voler ses papiers mais aussi et surtout de son précieux carnet de voyage. Tous ses croquis de début de voyage se sont envolés, et cette perte le plonge dans la déprime. De plus pour ne rien arranger, les procédures administratives sont interminables et prolongent ses vacances alors que lui ne rêve que d’une chose : rentrer au pays. C’est dans ce contexte que Simon Hureau nous fait découvrir le Cambodge -un pays chaotique corrompu et pauvre-, ses rencontres, ses péripéties, sa solitude et son attente. Comme je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup aimé le dessin malgré l’absence de couleur. Son trait très épuré et à la fois très détaillé m’a séduit. Sans vouloir faire de comparaison à la va vite, ça me fait penser à du Franquin.

07/11/2006 (modifier)
Par Quentin
Note: 3/5

Amer savoir celui qu’on tire du voyage… Après Palaces, Simon Hureau continue de nous raconter ses péripéties au Cambodge. On retrouve le même genre de situations, la même quête, le même énervement vis-à-vis des méchants expatriés et des bêtes touristes, la même relative ignorance de la société qui l’entoure, la même solitude et le même ennui ponctués de quelques moments inoubliables. On trouve cependant dans ce tome-ci moins de monuments et plus de monologues. Si vous n’avez jamais été routard et si vous vous demandez ce qu’ils peuvent bien faire pendant leurs longs séjours dans des pays exotiques, lisez Simon Hureau.

14/03/2006 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Un peu fatigué des "carnets de voyage" et des bd autobiographiques, j'avoue garder un faible pour Renaud De Heyn (La Tentation conseillé par l'ami Yannick) et pour Simon Hureau et ses aventures asiatiques. Nous avions quitté Simon Hureau, en mauvaise posture au Cambodge, et très affecté par le vol de son carnet de croquis. Dans ce second opus, le ton est plus tragique, moins frivole, je trouve, au moins pendant les 2/3 du livre (d'ailleurs l'épisode du chien, viande de fête, nous refroidit quelque peu). On sent le héros paumé sans son carnet de croquis, il n'a même plus rien à lire ! Confronté à la faim, au mal de ventre récurrent, aux indigènes (non dans un sens péjoratif) et à la corruption, on a pitié de lui. Heureusement que les tracasseries administratives sont là pour apporter la grande dose d'humour qui était absente au début de l'album. Entre les tentations de terroriste de Simon Hureau et ses gaffes (ah, l'épisode désopilant du post-it, et celui du général), rien est épargné au lecteur qui retrouve ici le héros nonchalant et cocasse du premier volume. Dommage que les éditions Ego comme X n'aient pas gardé la même qualité de papier pour le tome 2. Au papier glacé blanc, succède un papier plus jaune qui met beaucoup moins en valeur le dessin de Simon Hureau. Mais je pense qu'il s'agit d'une question de coût. (28 € pour le premier volume contre 20 € pour celui-ci). Un ouvrage réussi, réaliste et souvent drôle que je recommande vivement.

25/01/2006 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

Quelle magnifique BD ! J’adore le trait de Simon Hureau et l’excellente qualité d’impression du livre rend vraiment un grand hommage à cet auteur. C’est la première fois que je lis un album de Simon Hureau, je ne savais pas qu’il avait réalisé « Palaces » avant que j’entame la lecture de cette BD. Le « bureau des prolongations » est la suite des aventures de Simon Hureau en Indochine dont la première partie avait été raconté dans « Palaces ». Ce qui est frappant lorsqu’on lit cet album, c’est la relative distraction de notre auteur qui se fait voler ses papiers dans un pays où la lenteur de cette administration est incomparable à la réputation de la nôtre ! Il y a aussi le fait que Simon Hureau est un homme qui aime les contacts avec les habitants et qu’il arrive à travers ses péripéties à nous transmettre ses impressions, à nous faire partager ses contacts. Lorsque j’ai feuilleté le « bureau des prolongations », j’ai ressenti cette envie de découvrir ses aventures, ce plaisir de lire ! Merci donc à l’auteur pour ces moments d’aventures exotiques ! Va falloir que je « déniche » « Palaces » maintenant !

13/06/2005 (modifier)