Princesse Saphir

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 6 avis)

C'est avant sa naissance que se joue le destin extraordinaire de la future princesse Saphir. Au Paradis Tink, un ange facétieux, fait avaler un coeur de garçon au futur bébé qui est censé devenir une fille. Aussi lorsqu'on lui fait avaler son coeur de fille, cela pose-t-il problème.


Albums jeunesse : 6 à 10 ans J'ai changé de sexe Kodansha Shojo Tezuka

C'est avant sa naissance que se joue le destin extraordinaire de la future princesse Saphir. Au Paradis Tink, un ange facétieux, fait avaler un coeur de garçon au futur bébé qui est censé devenir une fille. Aussi lorsqu'on lui fait avaler son coeur de fille, cela pose-t-il problème. La princesse Saphira qui naît est donc une fille, mais pour des raisons politiques dûes aux circonstances, est élevée comme un garçon. Quelque peu hésitante entre ces deux identités, elle se voit vouer une haine féroce par le duc Duralmin, qui voudrait bien l'éliminer de la succession du trône pour y placer sa progéniture. Dénoncée, enfermée, sauvée, évadée, capturée, transformée, ses aventures ne font que commencer et mettent en scène de nombreux personnages. La princesse Saphir, son alter ego le prince Saphir, Le méchant duc, le Prince Charming, la sorcière Hell et sa fille en sont pour l'instant les principaux acteurs. Véritable icône romantique, la Princesse Saphire donnera naissance à bien des héroïnes !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2005
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Princesse Saphir
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

23/02/2005 | ThePatrick
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne suis pas un grand fan de l'oeuvre d'Osamu Tezuka. J'ose le dire même si je sais que c'est un monument du manga qui a inspiré plus d'une génération de mangakas. Les aventures de cette princesse Saphir au royaume imaginaire de Silverland qui se travestie pour déjouer les plans de son oncle ne m'ont guère intéressé. Il est certes question d'identité mais la mise en oeuvre est parfois assez grossière. Cela reste trop classique malgré un scénario au départ assez ambitieux.

10/11/2018 (modifier)

Princesse Saphir!Cela a été un vrai coup de coeur (décevant!) car j'ai eu cette collection à Noël 2012 en tant que très grande fan de Osamu Tezuka. Mais en la lisant et relisant je me suis rendue compte que c'est fade. Certes les dessins sont très beaux, avec une ambiance assez proche de Walt Disney, mais l'histoire n'est pas assez approfondie. Saphir est un personnage attachant ainsi que son ange Tink, mais certains me sont particulièrement antipathiques en commençant par le Prince Frantz, qui se tient en goujat avec l'héroïne en ignorant que c'est la "Fille aux cheveux d'or" car Saphir, tourmentée par ses 2 âmes se déguise en femme au bal. Frantz l'accuse également de méfaits qu'elle n'a pas commis et la jette dans sa prison, et au dernier moment il se rend compte que c'est Saphir grâce à un pirate cynique et pas très attachant! Le dernier chapitre se termine avec Vénus, déesse de l'amour et de la beauté ici caricaturée comme jalouse et perfide (telle une certaine Junon/Héra) puis la fin du livre n'est pas superbe, Frantz et Saphir se marient mais on ne les voit pas en tenues de mariés, comparé au dessin animé de 1969 "Princesse Saphir" qui est un poil au dessus meilleur. (Frantz étant remplacé par le cool et sympathique Prince Thibaut joué par Rock, une des célèbres stars de Tezuka) Seul point positif de ces histoires : les dessins.

11/05/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Un pot pourri de contes de fée, voici ce qu'est ce manga. Il y a tout ce qu'on a vu plusieurs fois. Tout d'abord, une princesse qui veut se marier avec un prince charmant qui ne sait pas qui elle est, j'ai l'impression d'avoir déjà lu ça dans cendrillon. Ensuite, les ennemis de la princesse : c'est une personnalité royale qui veut le trône du roi, et une sorcière. Original comme méchant.... Le seul truc bien c'est l'ange qui doit récupérer le coeur de garçon de la princesse pour qu'elle soit une fille à part entière. Ses scènes font sourire et quelques fois marrer. Un manga pour les petits enfants de moins de 10 ans.

26/08/2007 (modifier)
Par Altaïr
Note: 2/5

Princesse Saphir... un manga que je voulais lire depuis longtemps, mais au final une déception ! J'adore les contes de fée, c'est pour cela que je pensais aimer Saphir et au final je crois que c'est pour cela que je ne l'aime pas. Parce que l'histoire est trop inspirée des contes de fée classiques, et l'ensemble manque singulièrement de nouveauté. A chaque page plane un air de déjà-vu (qui n'existe peut-être pas pour les japonais, moins nourris que nous aux contes de Grimm, Perrault ou Andersen). Et puis la narration est assez vieillotte, et l'ensemble est mignon mais assez niais. Je n'ai jamais réussi à m'attacher aux personnages ni à m'intéresser aux péripéties de l'intrigue. Pas de doute, je préfère les Tezuka destinés à un public adulte !

20/07/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je ne m'attendais pas à grand chose avec cette série : je commence à bien connaître le style Tezuka et ses quelques particularités ne m'ont guère surpris dans cette série là. J'ai toujours du mal avec le dessin de Tezuka d'autant plus qu'il est ici très enfantin. Certains personnages sont d'ailleurs dessinés à la façon cartoon, tant et si bien que le seigneur Nylon, par exemple, me rappelle carrément Fone Bone avec la tête qu'on lui a faite. Mais ici le scénario s'adresse résolument à des enfants à mes yeux. Hormis le coup du petit ange qui doit faire en sorte que Saphir redevienne une fille à part entière, tout le reste de l'histoire est franchement déjà vu pour moi. La princesse qui tombe amoureuse du prince du pays voisin mais qui ne peut lui avouer qui elle est réellement, la princesse qui se retrouve emprisonnée par le méchant rival de son père qui veut prendre le pouvoir, la princesse qui joue les justicières masquées ensuite pour défendre la veuve et l'orphelin... La narration est traitée sur un ton léger et naïf, ne se prenant pas au sérieux mais ne suffisant pas du tout à me captiver. En lisant le tome 1 de cette série, j'ai eu l'impression de relire une histoire dont je connaissais déjà tous les évènements, sans jamais ressentir particulièrement l'envie de connaître la suite et de savoir ce qui allait arriver à la pauvre Saphir. Même l'humour de Tezuka (parfois décalé comme dans Phenix) n'a pas suffi à me dérider et à trouver l'histoire autre chose que bof sans plus.

29/03/2005 (modifier)

Eh oui, ENCORE une série de Tezuka qui sort, décidément ça n'arrête plus ! Oui, mais celle-ci se détache des autres, puisqu'il s'agit d'un shôjo manga et qu'en plus l'histoire est légère et le ton franchement humoristique, ce qui contraste beaucoup avec les Ayako, MW et autres Black Jack. "Princesse Saphir" c'est une histoire qui relève beaucoup du conte. De l'aventure également. Le ton est léger et clairement pas orienté vers un aspect sérieux ou dramatique, l'humour gentil est omniprésent, les emprunts aux contes de fées se multiplient, ainsi que les événements qui se succèdent de façon très dynamique. Découpé sous forme de chapitres relativement courts mais consistants et qui s'enchaînent très naturellement, la lecture est très agréable, d'autant plus que la fluidité du découpage est remarquable. Côté dessin, le coup de crayon de Tezuka est excellent, laissant une sensation de rond et de mignon. ^__^ Mais n'allez pas croire pour autant que cette série soit niaise. Le thème de l'identité l'imprègne complètement, d'une manière qui reflète un peu celle de MW, même si cette série est une oeuvre de jeunesse (publiée entre 1953 et 1966... en fait publiée entre 53 et 58, puis réécrite entre 63 et 66). L'ambiguïté est constamment présente et entraîne son lot de situations réellement difficiles, comme avec le Prince Charming par exemple, qui voit dans le prince Saphir un ennemi, mais est éperdumment amoureux d'une mystérieuse belle blonde (qui n'est bien sûr autre que le Prince Saphir déguisé)... mais à vrai dire on s'en fiche un peu, l'essentiel étant quand même qu'on se laisse totalement emporter par ce superbe conte vraiment charmant.

23/02/2005 (modifier)