Entre les draps

Note: 2.4/5
(2.4/5 pour 5 avis)

"Entre les Draps" dépeint une relation ambiguë entre deux jeunes femmes, Saki et Minako. Sans le savoir, Saki est l'objet d'une passion dévorante que lui voue son amie Minako. Entre les deux, des garçons et le désir réel que Saki leur manifeste.


Gays et lesbiennes Josei ou Redikomi La BD au féminin : le manga Shodensha Yuri

"Entre les Draps" dépeint une relation ambiguë entre deux jeunes femmes, Saki et Minako. Sans le savoir, Saki est l'objet d'une passion dévorante que lui voue son amie Minako. Entre les deux, des garçons et le désir réel que Saki leur manifeste. "Entre les Draps" est donc l'histoire d'une amitié amoureuse, qui s'interroge sur le désir, la passion et le désordre amoureux. Désordre des jalousies, de la passion et de la trahison, ou ce qui est perçu comme tel.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Entre les draps
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

14/02/2005 | ThePatrick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

La lecture de cet album n’est pas désagréable, et le sujet assez intéressant. Mais je reste quand même un peu sur ma faim, car à plusieurs reprises l’ennui guettait quand même. Le dessin est plutôt bon (hormis bizarrement les pieds, souvent ratés !?), classique, avec très peu de décors, tout étant centré sur les personnages. Et comme ceux-ci ne gesticulent pas trop, ne montrent pas trop leurs émotions et que souvent l’auteur « vide » les visages, je n’ai pas trop ressenti la gêne qui d’habitude m’empêche d’apprécier les mangas, avec les visages que je n’aime pas. L’intrigue est assez simple : deux filles, qui vivent ensemble, se disent tout, partagent tout (parfois leur petit copain), vont peu à peu se séparer, car l’une d’elle souhaite aller plus loin que leur relation d’amitié platonique. L’homosexualité féminine est ici abordée indirectement, assez finement. Mais il manque à cette chronique du rythme, tout du moins quelque chose qui rende plus attrayante la lecture. Note réelle 2,5/5.

15/11/2017 (modifier)
Par Altaïr
Note: 1/5

Quand je pense qu'il y en a qui trouvent les BDs de Bastien Vivès vides... s'ils lisaient ce manga, ils relativiseraient leur opinion ! Notez que je n'ai rien contre les BDs où il ne se passe pas grand chose, du moment qu'elles ont une atmosphère riche ou qu'elles sont propices à la réflexion, ou à la contemplation. Mais cet "entre les draps" ressemblerait plutôt à du remplissage de vide par du creux. De quoi ça parle ? D'hommes et de femmes qui ne peuvent s'empêcher d'avoir une irrésistible envie de copuler dès qu'ils se retrouvent à deux dans une pièce. Sérieux, y'a pas plus de 3 lignes de dialogue avant qu'ils ne finissent invariablement au plumard. D'eux, on ne saura pas grand chose, hormis qu'ils ne sont pas trop pointilleux sur les questions de fidélité, et que certains sont blonds et du genre dominant, les autres bruns et du genre dominé, et que pour qu'un couple de lesbiennes se forme il faut que les deux soient d'accord, et que c'est bien balot quand c'est pas le cas. Mouaiche. Encore, si on pouvait comprendre la fascination que ladite Saki semble susciter chez tous les hommes et femmes qu'elle côtoie, cela aurait pu donner une fable troublante. Mais elle est juste horripilante. Et si l'unique bonne idée du manga, à savoir que Minako vit son amour pour Saki par procuration en couchant avec ses amants, avait été mieux exploitée, il y aurait peut-être eu matière à faire quelque chose d'intéressant. Mais non. L'histoire se résumé à : Minako aime Saki qui sort avec Ken qui la trompe avec Minako, puis Ken rompt avec Saki, qui du coup sort avec le gentil Yuki mais le trompe en recouchant avec Ken pendant que Minako se fait Yuki, qui avoue tout à Saki, qui du coup retourne avec Ken pendant que Minako se met en ménage avec Yuki alors qu'ils sont en fait tous les deux amoureux de Saki... Ouch, personne n'aurait une aspirine ???

27/04/2010 (modifier)
Par fonch001
Note: 2/5

Je ne suis décidément pas fan du style graphique d'Erica Sakurazawa (Angel). A la fois vide et très simplifié, ce graphisme me semble peu soigné, inexpressif et insuffisant pour retranscrire les sentiments. Selon la préface, cela permet de mieux se concentrer sur l'histoire... Je ne suis pas convaincu. Quant à l'histoire, il s'agit officiellement d'une histoire d'amour et d'amitié et de la limite de ces 2 sentiments... Pour ma part, j'y ai surtout vu des histoires de cul tout simplement. Certes réalistes et pas racoleuses, c'est vrai. Mais j'ai eu le sentiment que leurs hormones plus que leurs coeurs guidaient les protagonistes de cette histoire. Etant en plus un peu vieux jeu sur certaines choses (monogamie, fidélité, hétérosexualité...), j'ai eu du mal à lire ce manga car je ne suis pas capable de comprendre ces protagonistes. Bref une histoire d'amour réaliste mais pas captivante.

02/04/2007 (modifier)
Par Kael
Note: 3/5

C'est assez étonnant qu'un album aussi fin en général ait une des deux protagonistes (Minako) dont le caractère est aussi mal tourné. Elle est trop niaise, trop prévisible, bref, loin de la réalité. C'est dommage parce que Saki, elle, a une personnalité bien plus réaliste et fine, ce qui donne à cette histoire un sens très particulier puisqu'elle est crédible, presque réelle (?) Oui, moi aussi ça m'a agacé ces pieds immenses. Les nanas ont toutes des palmes à la place des pieds et semblent chausser du 52. A part ce détail, le dessin très épuré (à la limite du "trop" parfois) est très agréable, j'aime la finesse qui s'en dégage. Ce one-shot est loin d'être indispensable, mais j'ai quand même passé un bon moment de lecture.

27/02/2005 (modifier)

Me voilà bien embêté pour donner une note. L'album présente en effet de bonnes qualités, mais aussi malheureusement quelques défauts. Le dessin assez épuré de Sakurazawa, qui rappelle un peu celui de Nananan n'y est pour presque rien. Ses personnages, certes assez typés, sont plutôt séduisants, et le dénuement global a plutôt tendance à mettre en exergue les relations entre eux. Le seul reproche que je lui ferai concerne les pieds : l'auteur les dessine GRANDS, c'est vraiment disgracieux et vaguement agaçant. A croire qu'elle aime les Big Foot... Ce qui me chiffonne un peu dans cette histoire, c'est le personnage de Minako, ingénu(e) à l'extrême. Certes cette qualité est essentielle à l'histoire, mais c'est vraiment, vraiment pénnible. On lui donnerait l'âge mental d'un gosse de primaire... C'est lourd et ça plombe la lecture. Par contre le personnage de Saki lui, est nettement plus séduisant. Elle est le parfait opposé de Minako : l'une est vierge, amoureuse/dépendante de Saki et apparaît très "sage", très enfantine, l'autre couche à droite à gauche, paraît nettement plus sûre d'elle et aime juste bien Minako. Et c'est ce qui se déroule entre Minako et Saki qui est intéressant. Plus précisément ce que Saki ignore, et qui va aboutir à une espèce de retournement de situation, aussi joli que bien amené. Pour information, "Entre les draps" appartient au genre Yuri, qui désigne les mangas où sont exposés des relations homosexuelles féminines. Ici les relations en question ne tiennent que de l'intention, mais le sujet est bien présent. Ah, et pour les âmes sensibles, il y a une ou deux scènes à caractère érotique. Mais rien de bien méchant, c'est gentil et plutôt mignon. :)

14/02/2005 (modifier)