Spirit Le Dieu rocher

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Une BD qui nous invite à découvrir une histoire d'amours, de métamorphoses étranges et de combats acharnés.


Chine Manhua

Un couple éperdument amoureux Zhang Li et Chai Song, veulent vivre éternellement l'un pour l'autre, ils consomment ensemble le champignon d'immortalité. Mais la plante qui devait à jamais prolonger leur bonheur s'avéra, sitôt consommée un terrible poison. Zhang Li se verra emprisonné dans une coque de pierre au faîte d'une montagne, et deviendra le "Dieu rocher", sans cesse hanté de cauchemars où sa maîtresse Chai Song, qui lui a été enlevée est captive du démon Beasty Head. La prison de pierre du Dieu rocher devient le lieu de rendez-vous des "braves des rivières et des lacs", preux chevaliers des écoles d'arts martiaux. Ces guerriers font du Dieu rocher le témoin de leurs sanglants combats...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1998
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Spirit Le Dieu rocher
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

31/01/2005 | steamboy13
Modifier


J'ai eu beaucoup de mal à accrocher à cette histoire parce que je connais mal la mythologie chinoise, l'intervention de moult personnages aux prénoms compliqués, les nombreuses familles et dynasties présentes dans ce récit ajoutent à la confusion. Ceci dit c'est juste un fond, le fil conducteur est une histoire d'amour ce n'est donc pas complexe mais barbant. Les dessins ne sont pas mal, quoi que certaines planches sont un peu trop dépouillées à mon goût. Les scènes de combats sont nombreuses et même si le découpage est plutôt réussi, les combats sont représentés de façon rapide et avec de nombreux effets ce qui rend l'ensemble souvent brouillon. A la différence d'un manga basé sur une histoire de sabre, ici il n'y a pas autant de sauvagerie que dans Lone wolf & cub ou vagabond par exemple. Le style dans "Le Dieu rocher" est différent, c'est beaucoup plus aérien, de plus les protagonistes ont presque tous des techniques qui leur confèrent des pouvoirs surnaturels. En fait c'est un style proche du Wu xia pian et si cela rend bien sur un écran, en BD c'est une autre histoire, difficile de saisir la grâce. D'ailleurs certaines scènes renvoient à de célèbres films d'épée chinois. Un exemple: certains guerriers sont amputés, pour moi c'est une référence claire à des classiques du genre comme "One armed swordsman". Cet album n'est pas mauvais dans l'ensemble, mais ce n'est pas le genre qui me convient je suppose. J'étais même content de le terminer, certains y verront de la poésie, moi je suis passé à côté...

31/01/2005 (modifier)