Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Othello

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

Intrigues à Venise... Adaptation de la pièce de Shakespeare


Adaptations de pièces de théâtre Adaptations de romans en BD Casterman : Un monde Italie Shakespeare Venise

Othello est un Maure devenu général de la république de Venise. Cassio est son lieutenant. Mais Iago, son enseigne, est jaloux de ces honneurs. Il va fomenter une vaste supercherie, dont Desdémone, épouse d'Othello, sera la pierre d'achoppement. Ainsi finira l'histoire, dans un bain de sang, alors qu'Othello vient de repousser l'envahisseur turc sur les rivages de Chypre.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Othello
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

18/12/2004 | Spooky
Modifier


Pour rappel, ‘Othello’, c’est le titre d’une pièce de Shakespeare, une histoire de jalousie, d’amour et surtout de trahison. Othello est un général more au service de Venise. Iago, enseigne du More, est près à tout pour nuire à ce dernier. Pour parvenir à ses fins, le fourbe manipulera l’entourage d’Othello, à savoir Desdémone, son épouse, et Cassio, son fidèle lieutenant. Graphiquement, ça reste assez flou et je pourrais tout à fait comprendre que l’on déteste ce style. Pour ma part, j’ai apprécié. Quelques cases mériteraient sincèrement d’être agrandies, encadrées et fixées au mur… A défaut d’être inoubliable, cette approche de l’œuvre de Shakespeare est intéressante et offre un bon moment de lecture. J’avais toutefois préféré l’adaptation de Moby Dick (mais j’y reviendrai prochainement…)

05/01/2010 (modifier)
Par Altaïr
Note: 2/5

J'adore "Othello". Enfin, le "vrai" Othello, celui de Shakespeare, une pièce remarquable et riche sur la jalousie, l'altérité, et même le racisme, ce qui pour une pièce de 1600 et des brouettes n'est pas un mince exploit. La lanque y est magnifique (si tant est qu'on aime les grandes tirades), l'histoire poignante, les personnages magnifiques : Iago est unanimement reconnu comme le "méchant" shakespearien le plus réussi, et le couple Othello/Desdémone est fascinant... Aussi, quand j'ai vu les bonnes critiques sur cette BD, et le dessin qui avait l'air fort beau, je me suis dit que ce serait une BD pour moi. J'ai eu tort, et pour tout dire, je regrette mon achat. Oui, le dessin est beau. Enfin, pas toujours : les visages sont très changeants, et parfois vraiment grimaçants. Mais, certaines cases sont, effectivement, très belles. Pourtant, Deprez fait des choix qui a mon avis ne "collent" pas à l'histoire : il ne met quasiment aucun décor, fait de Cassio un sombre barbu "à la Raspoutine" alors qu'il est censé être un sémillant lieutenant, fait de Desdémone une sévère brune à cheveux courts alors qu'elle est sensée être une opulente blonde à la peau éclatante de blancheur (offrant un contraste saisissant avec son maure de mari, ce qui est à peine exploité dans cet album toujours dans l'ombre, quasiment jamais dans la lumière), ne représente quasiment que des visages (quelle monotonie sur tout un album)... En plus, les cases ont manifestement été composées sans réfléchir à l'emplacement des phylactères, qui s'y insèrent très, très mal. Ils sont laids, et rendent finalement la lecture pénible. Reste le texte. C'est du Shakespeare, me direz-vous, donc c'est forcément beau ! Hélas, non... Deprez reprend quelques répliques de Shakespeare (très peu), en rajoute de son cru (notamment avec Iago narrateur), et laisse la large part aux silences... des moments magnifiques de la pièce sont occultés (notamment la fameuse scène où Iago réussit à faire douter Othello en se faisant le simple écho de ses interrogations), et il me semble que l'histoire devient incompréhensible. Là, c'est "hop Iago dit à Othello que Desdémone le trompe avec Cassio, Othello la voit parler avec Cassio, et paf il la tue, et pif il se tue" (désolée pour le spoiler mais bon l'histoire est connue quand même). Il ne reste rien du lent basculement d'Othello dans le doute, puis la jalousie, la certitude de l'infidélité de sa femme causée par un malheureux mouchoir oublié au mauvais endroit, et finalement la chute lente mais inexorable ( (c) Pasukare) dans la folie, et le meurtre. Il ne reste donc pour moi de ce livre que quelques très beaux dessins à sauver (mais bon, Deprez n'est quand même pas Mattotti), ce qui aurait pu faire l'affaire dans une édition de la pièce de Shakespeare qu'il aurait illustrée, mais pas dans une "BD" qui n'est finalement qu'une suite de cases mal fichues et mal reliées entre elles.

18/02/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Denis Deprez a ici effectué un travail très personnel de l’œuvre de Shakespeare. D’une certaine manière, Deprez a « réinventé » le personnage. Mais si l’histoire et ses développements est assez « normale », c’est surtout au niveau du travail graphique que j’ai été surpris. Ancien coloriste, j’ai parfois été « soufflé » par le travail exécuté avec des acryliques qui donne une véritable luminosité à l’album. Est-ce du « trait », d’abord ?… non… la matière semble jetée sur le support, souvent avec force, développant ainsi des sortes de tableaux vraiment séduisants. Ca m’a surpris, c’est vrai, moi qui en suis –d’une certaine façon- resté à la colorisation style « école franco-belge ». Surpris et attiré aussi, car cette sorte de changement graphique –au point de vue des couleurs- prouve s’il en est que la BD n’est pas statique, est en mouvement constant, et qu’il reste encore de nombreuses voies à découvrir par ces auteurs surprenants. Et à part la couleur ?… ben, il y a aussi le dessin en lui-même… c’est « nouveau », audacieux, interpellant. On aime où on n’aime pas. Je ne vais pas écrire que j’ai adoré ; mais pour ce que j’ai découvert ici –comme autre façon de « dessiner »- je dois dire que n’ai vraiment pas été déçu.

06/01/2008 (modifier)
Par Quentin
Note: 5/5

Othello est une des meilleures tragédies de Shakespeare, réglée comme une mécanique implacable dans laquelle la jalousie de deux hommes les pousse inexorablement à détruire tout ce qui leur est cher et à se détruire eux-même. Ecrit au début du 17e siècle, le récit n'a rien perdu de sa force, une violence que Denis Deprez rend de manière admirable dans de superbes dessins d'une grande densité expressionniste. Le travail sur l'histoire et les dialogues pour rendre le récit plus accessible et l'adapter à la BD est très réussi. Denis Deprez a su conserver un texte compréhensible, écrit en très beau Français, et l'encadrer de dessins inoubliables. Alors que les adaptations cinématographiques ou en BD des chefs-d’oeuvre de la littérature sont rarement des succès, "Othello" constitue une belle exception !

03/07/2006 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Amour, passion et jalousie. Ainsi pourrait-on résumer cette histoire dramatique. Car chacun va agir suivant ces sentiments. Denis Deprez a condensé en 64 pages une histoire très simple à comprendre, assez classique dans son déroulement. Son style graphique, véritable peinture, pourrait dérouter au premier regard. On dirait des taches de couleur, comme si l'histoire était vue par un myope. Je dois avouer que j'ai un peu de mal avec ce style, même si certaines planches sont assez impressionnantes. Cependant, le choix des couleurs (notamment pour les fonds) est plutôt bien pensé, reflétant notamment l'atmosphère de la scène. Mais, une fois encore, ce n'est pas trop mon style d'histoire...

18/12/2004 (modifier)