Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Concrete

Note: 3/5
(3/5 pour 8 avis)

Will Eisner Award 1988 : Best New Series & Best Continuing Series Will Eisner Award 1989 : Best Continuing Series Will Eisner Award 1992 : Best Finite Series/Limited Series (pour le tome 2 "Fragile Creature") Enlevé par des extra-terrestres qui, afin de mieux comprendre la vie sur Terre, ont échangé leurs corps avec les différentes créatures qui peuplent notre planète, le timide Ron Lithgow va se retrouver prisonnier d'une bien étrange armure de pierre.


Dark Horse Comics Environnement et écologie Semic Will Eisner Awards

Enlevé par des extra-terrestres qui, afin de mieux comprendre la vie sur Terre, ont échangé leurs corps avec les différentes créatures qui peuplent notre planète, le timide Ron Lithgow va se retrouver prisonnier d'une bien étrange armure de pierre. Les capacités surhumaines de cette créature vont intéresser journalistes et militaires qui le baptiseront Concrete ("béton" en français). De nature effacé et peu sûr de lui, Ron Lithgow, personnalité sensible emprisonnée dans une armure de pierre, militant écologiste, artiste contemplatif, va devoir apprendre à vivre enfermé dans ce nouveau corps qu'il n'a pas choisi. Ron devra tourner un nouveau sens à sa vie, en tentant d'échapper à ceux qui voudront le manipuler. Plus qu'une histoire de science-fiction, cette série est une fable humaniste pleine de poésie et empreinte d'une réflexion sur la condition humaine et la beauté de la vie sur Terre.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2004
Statut histoire Série abandonnée (Tome 1 = mini-série) 2 tomes parus
Couverture de la série Concrete
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

06/09/2004 | ThePatrick
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Hop, je me lâches! lorsque dans les rayons de ma médiathèque préférée j'ai pris cette BD j'avais un peu peur de tomber sur un énième super héros, en béton, qui allait se mettre au service de l'Amérique et qui sans un poil de conscience irait dézinguer tous les méchants que la CIA lui aurait désigné. Alors pour moi justement ça sort du lot. Nous avons un gars ordinaire qui se retrouve un beau jour, ou son pire jour, transformé en un être bizaroïde avec des pouvoirs extraordinaires, mais ce n'est pas le propos. En effet, comment réagir face au monde, aux êtres que l'on aime, quand on a été transformé de manière irréversible Je peux comprendre que les puristes du genre soient déçus, mais ici c'est bien d'un homme ordinaire dont il s'agit et qui n'a pas choisit d'être comme il est. C'est la genèse d'une autre série d'aventure mais je trouve que pour un tome introductif il plante vraiment bien le décor et les personnages. D'autres ont explorés le concept, mais il est ici bien rendu. Rien à dire de particulier sur le dessin sinon qu'il est typique du comics, (pourquoi donc ces gars là ne dessinent-ils pas leurs planches de la même manière que leurs intro!). Je suis donc agréablement surpris et conquis par cet album, j'en conseille la lecture.

26/11/2014 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture du premier tome (mini série complète). "Concrete" n'a pas vraiment de défauts mais ne sort pas du lot non plus. J'ai passé un moment agréable sans plus. C'est étonnant ce ressenti général de "pas mal" ou "moyen". L'histoire est assez originale notamment sur les origines de Concrete, la suite est plus conventionnelle ou déjà vue. Le scénario est intelligent sans être complexe, il n'y a pas de prises de risque. Dans la même logique, le dessin est propre, le trait est fin et les couleurs passe-partout. Mais on peut lui reprocher un manque criant de personnalité. Ce comics est consensuel, la lecture divertira un grand nombre, l'achat reste optionnel malgré le faible coût de l'ouvrage par rapport à son grand nombre de pages.

13/01/2011 (modifier)
Par JJJ
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Le très réservé Ron Lithgow, va se retrouver malgré lui enfermé dans une étrange armure, en effet des extra-terrestres désireux de comprendre le fonctionnement de la vie sur terre, échangent le corps de l'un des leurs avec celui de Lithgow. Ce dernier, sans espoir de guérison, se retrouve affublé en guise d'enveloppe corporelle de pierre aussi invulnérable qu'inadaptée à la vie sur terre. Ron Lithgow est un militant écologiste, introverti, extrêmement sensible, il va très mal vivre cette situation. Tout d'un coup exposé sous les feux des médias, suivi de très prêt par l'armée, Ron aura de plus en plus de mal à s'extérioriser. Cette histoire traite de la différence et de la difficulté que peuvent éprouver certaines personnes à y faire face, sujet couru me direz vous... Et pourtant Chadwick réussi son coup, sa BD explore ce thème sous un angle nouveau. Ron désormais surnommé "Concrete" possède des facultés fabuleuses, une vue lui permettant de voir au delà de l'horizon, une force hallucinante, une immunité contre toutes formes de maladies... En contrepartie, le moindre de ses gestes provoque des catastrophes, à sa vue la foule est effrayée, les plaisirs de la vie lui sont interdits. C'est une pauvre créature qui fascine et repousse à la fois. Est c'est montré de façon magnifique dans cette BD, c'est une belle réflexion sur la condition de l'homme au sein des siens. Dans le premier tome, les quatre épisodes de "Etrange armure", on découvre non seulement le début de l'histoire de Concrète, son dramatique destin mais surtout sa formidable volonté d'aller de l'avant. D'une facture tout de même assez classique, ce tome doit quand même être lu pour appréhender le second, bien plus intéressant. Le second, donc les cinq épisodes de "Fragile créature", montre Concrète dans un univers bien plus intéressant, celui du cinéma. Mais loin d'avoir le premier rôle dans une superproduction, Concrete bosse au département des effets spéciaux sur un bon vieux Bis nanardeux. Dans ce monde, où se côtoient producteurs véreux, stars mégalos au rabais, réalisateurs passionnés mais bridés par les impératifs de production et moult manipulateurs en tous genres, Concrète réussira dans la douleur à trouver sa place. Ce tome, loin de présenter une galerie de clichés, a un contenu intelligent, le tout est d'un réalisme saisissant (je ne peux dire que ce que j'ai ressenti, je n'ai jamais eu l'occasion de me trouver sur un plateau de tournage), Chadwick a l'air de bien connaître cet univers et ne lui fait pas de cadeaux. En tout cas, on y croit et l'on suit les péripéties de cet étrange héros avec attention. Ce tome est clairement supérieur au premier, tant pour son originalité que pour la justesse des situations. Pourtant Concrete est loin d'être un chef-d’œuvre et ce pour deux raisons majeures: Une narration lente et vieillotte dans sa forme, qui bien qu'empreinte d'une certaine poésie, ne fait pas oublier ses longueurs. Mais le gros point noir c'est le dessin... Les dessins seront loin de faire l'unanimité, parfois le tout semble bien trop dépouillé, parfois à l'inverse les images sont trop chargées, de manière générale le trait a un aspect brouillon et cela rend vraiment la lecture pénible par moments. Et ce n'est pas les couleurs bien trop agressives qui sauvent la situation. Difficile de ne pas être rebuté, par l'aspect graphique, feuilletez, vous verrez... Pour moi Concrète est une belle histoire qui aurait mérité de plus jolies images. Conscient des défauts de cette BD, j'en conseille tout de même la lecture, elle est assez riche pour surmonter ses handicaps, tout comme son personnage principal. JJJ

11/08/2006 (modifier)
Par paradis
Note: 3/5

Concrete où les pérégrinations d’un anti-héro dans un monde qui n’est plus à sa taille. Je pense que la principale caractéristique de cette série et de faire part des conséquences pour un homme normal de devenir un « super-héros ». L’originalité entre guillemets, c’est la présence de vilains méchants pas beaux extraterrestres qui lui ont fait plein de misères. Donc pour en revenir à l’histoire, ce qui me plait beaucoup c’est la psychologie du protagoniste principal ainsi que sa relation au monde entre horreur et fascination. Dans le tome 2, on va encore plus loin car malgré ses pouvoirs, il est obligé de travailler comme bête de somme pour gagner sa vie. Sinon au niveau du dessin, c'est bien mais sans plus.

04/01/2006 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 2/5

J'avais lu quelque part (dans BoDoi, je crois) une revue assez élogieuse sur Concrete, qui, il est vrai, paraissait présenter une vision assez novatrice du thème du Monstre et/ou de l'aliénation, et développer une facette intéressante du genre super-héros. Après la lecture, je dois dire que j'ai été assez déçu. Le dessin (en dehors de la couverture et de quelques illustrations pleine-page) ne sort vraiment pas de l'ordinaire et paraît même un peu bâclé par moments (les visages humains sont souvent approximatifs et peu expressifs). Il est par ailleurs servi par une colorisation vraiment fade et peu inventive. Quant à l'histoire, même si le postulat de départ reste excellent, son développement est vraiment pauvre et m'a laissé un sentiment de gâchis. L'auteur va de poncif en poncif et son intrigue est très loin d'être passionnante. J'ai suivi ça de loin, sans me sentir aucunement touché (encore moins ému) par la condition du héros. Je ne vais pas courir après la suite.

25/07/2005 (modifier)
Par azazele
Note: 3/5

J'avais commencé Concrete sans grandes convictions pour finalement m'attacher à ce personnage de pierre assez tourmenté, il faut le dire. A mon sens, c'est une bd pour vieux routard tant les messages sur la vie, la nature, le sens de l'amitié se succèdent les uns aux autres. Je pense que chacun aura sa propre version des choses et sera réceptif (ou non) à ces "dit" messages. C'est vrai que cette bd date un peu, mais il faut dire que ça ne se bousculent pas pour éditer du comix en v.f quand ça sort de l'ordinaire. Je pense aussi que les autres numéros pourraient combler ce vide évident que l'on ressent à la fermeture du bouquin. Voilà... à emprunter car la suite en v.f c'est pas pour demain, mais cela m'a donné envie de chercher les v.o...

15/01/2005 (modifier)
Par bab
Note: 3/5
L'avatar du posteur bab

J’ai bien aimé Concrete, mais le gros défaut de cette bd est qu’on a parfois l’impression qu’il manque des morceaux dans l’histoire. A deux ou trois reprises, j’ai été obligé de vérifier si je n’avais pas sauté des pages… Mais j’ai trouvé sympa l’histoire de ce mec qui se fait enlever par des extraterrestres et qui se retrouve avec un corps de pierre pour le reste de sa vie. De nombreux aspects dûs à sa nouvelle condition sont abordés : le traumatisme de son changement, vécu comme l’apparition d’un handicap dans sa vie, le côté top secret (secret de guerre, CIA, etc…) de sa nouvelle existence, puis l’aspect médiatique lorsqu’il se montre au grand jour, ses nouvelles relations avec les gens de son entourage… Bref, je trouve que l’aspect psychologique est assez complet, mon seul regret est que c’est parfois survolé. Je ne sais pas si c’est l’histoire originale qui est comme ça ou bien est-ce dû à l’édition française ? Du coup, on frôle parfois le stéréotype et les personnages secondaires sont un peu légers. Quant aux dessins, ils ne sont pas d’un esthétisme débordant, mais ça ne me gêne pas. Perso, je les qualifierais de « vieillot ». A lire. Ca fait passer un bon moment.

21/12/2004 (modifier)

Sur un autre site moins brun et plus bleu, un dossier sur "Concrete" m'avait donné envie de le lire. Du coup, la lecture de cet album m'a permis de mesurer les zones d'ombre du dossier en question... et m'a un peu déçu. Ce tome 1 de l'édition française n'est en effet pas le tome 1 original, et de loin. Il s'agit de la mini série "Etrange armure", qui relate la genèse de Concrete. Pour diverses raisons (voir le dossier), ce choix semble très cohérent. Par contre, la narration semble souffrir pas mal de cela. Sans avoir lu les autres tomes (et donc sans pouvoir comparer), il me semble que l'histoire ici est condensée, un peu comme si l'on racontait des souvenirs connus. Cela créé un rythme un peu bizarre, et ne permet pas vraiment de s'attacher aux personnages dont on perçoit mal le caractère, l'état d'esprit... à part Concrete, bien sûr. Comme en plus ce livre fait 120 pages, l'impression de densité atteint le point critique et on a du mal à le finir. Enfin en tout cas vous en aurez pour votre argent en terme de temps de lecture ! O_o Sinon le dessin ne me plaît vraiment pas plus que ça. Autant la couverture est superbe et les illustrations de débuts de chapitres magnifiques, autant le dessin est relativement quelconque et les couleurs assez ternes. Enfin bon, les goûts et les couleurs (ternes), hein... Dernier point, le thème de l'emprisonnement dans un corps étranger, de l'altérité, de la condition humaine, qui paraissaient prometteurs... eh bien à vrai dire j'y ai été aussi insensible que Ron Lithgow. :o| Bref, je suis assez déçu par ce premier tome, qui malgré tout ceci se lit bien. Je devrais sûrement regarder les véritables premiers épisodes de la série...

06/09/2004 (modifier)