L'Amour hologramme

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Entre SF et récit d'espionnage, le récit d'une étrange histoire d'amour entre un spationaute russe et une entité extra-terrestre.


Les années (A SUIVRE) Russie

Une étrange aventure en pleine guerre froide entre Etats-Unis et URSS avec des espions sur mesure et de troublants messages en provenance du cosmos replongent de force dans son passé le cosmonaute Zek, brisé par quatre années d'internement. Zek ne résite pas longtemps à l'attraction qu'exerce sur lui le visage d'une femme, selon lui, rencontrée dans l'espace à un moment crucial de sa vie. Par hologramme interposé, il entre en communication avec elle. L'attraction est la force la plus puissante qui soit. Elle peut pousser un intègre cosmonaute sur les chemins escarpés d'un fantasme obsédant. Jusqu'à le faire tomber amoureux d'une image, d'un souvenir diffus. Jusqu'à le faire tomber dans une folie étrange qui le fait se prendre pour un hologramme. A l'heure où l'on ne peut plus parler des deux blocs, celui de l'Est et celui de l'Ouest, cette fable ironico-politique ne perd rien de sa pertinence. Aucun pouvoir, qu'il soit totalitaire ou non, ne peut rien contre la force du rêve. Texte : Casterman

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1993
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Amour hologramme
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

23/07/2004 | ArzaK
Modifier


Par ArzaK
Note: 3/5

L’amour hologramme est une intrigue qui ne manque pas d’attraits. Le dessin de Lamquet, très réaliste est plutôt du genre élégant et sa manière de mettre en scène les choses est très étudiée. Le personnage principal, mi-héros (c’est quand même un spationaute russe), mi-mauviette (il n’est plus que l’ombre de lui-même) est attachant, certains personnages secondaires aussi (sa sœur, star du porno russe est un fameux morceau)… La fin est relativement surprenante mais plutôt désenchantée et j’ai été, à vrai dire, plutôt déçu par son manque de magie…sa grande rationalité, finalement… J’ai terminé l’album sur une sensation mitigée… Une peu déçu, je crois, avec la sensation que l’auteur, à force de mélanger les genres (histoire d’amour, SF et récit d’espionnage) se disperse et passe à côté de quelque chose de plus grand. A réserver peut-être aux fans de l’auteur.

23/07/2004 (modifier)