La Ballade de Halo Jones (Ballad Of Halo Jones)

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Une jeune femme du 50ème siècle, lassée de sa petite vie ennuyeuse, décide d'embarquer comme hôtesse à bord d'un vaisseau spatial.


2000 AD Alan Moore Auteurs britanniques Péchés de jeunesse

New York, 50ème siècle. Les autorités ont décidé de parquer les chômeurs et les extraterrestres dans un vaste complexe robotisé installé au large de Manhattan, l'anneau. Son architecure intérieure, ses règles de fonctionnement, sa faune d'exclus en tous genre font que le simple fait d'aller faire ses courses peut se transformer en véritable expédition. Halo Jones est l'une des jeunes habitantes de l'Anneau, où elle s'ennuie à mourir. Elle voudrait changer de vie mais les perspectives d'avenir dans l'Anneau ou dans la ville même de New York ne sont guère brillantes... Une occasion inespérée va se présenter à elle : embarquer comme hôtesse de l'air à bord d'un vieux vaisseau spatial, sauvé de la casse in extremis par un riche industriel.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1990
Statut histoire Série terminée (réédition en une intégrale) 1 tome paru
Couverture de la série La Ballade de Halo Jones
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

13/05/2004 | Cassidy
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Une œuvre de jeunesse d'Alan Moore qui contient trois parties (ou livres) inégales. La première partie est ennuyeuse et n'a rien de vraiment original. Halo Jones est pauvre et essaie de survivre dans une société inhumaine. Les personnages sont stéréotypés et même les dialogues, que je trouve fabuleux dans les œuvres d'Alan Moore, sont sans intérêt. La deuxième partie est la plus passionnante. Il y a plus d'idées intéressantes (j'aime le type que personne ne remarque) et les différents récits sont passionnants. Le seul reproche est que je n'arrive pas à trouver Halo Jones charismatique. Je me fiche un peu d'elle en fait. La troisième partie est moyenne, mais sans être aussi nulle que la première partie. Le problème est que le récit repose maintenant sur l'évolution mentale de Jones face à la guerre et à la cruauté humaine et les histoires ne rajoutent rien à ce thème déjà exploité par plusieurs scénaristes. Bref, une œuvre moyenne à réserver uniquement aux fans d'Alan Moore qui veulent tout lire de son œuvre.

28/10/2011 (modifier)
Par Lui
Note: 3/5

Ayant lu la totalité des Halo Jones (ce qui ne représente pas tant de tomes que ça vu que la série est inachevée), je pose ici un petit avis. Dans le premier tome, on découvre Halo Jones, jeune fille des quartiers (très) pauvres d'une mégalopole terrestre. Pour échapper à sa condition, elle s'engagera sur un luxueux paquebot intergalactique avant d'échouer sur une autre planète où elle n'aura d'autre choix que de s'engager dans l'armée (et une sale guerre) pour survivre. Je vous préviens, c'est sombre. Cela s'apparente plus à une descente aux enfers qu'autre chose. Le thème mièvre de la petite fille pauvre qui fuit sa condition pour trouver une vie meilleure est dynamité. Ca n'est pas non plus l'histoire d'une petite fille sur qui pleuvent tous les malheurs du monde. C'est plutôt le thème d'une fille a la personnalité forte et aux capacités indéniables qui apprend la vie à la dure... et se fait envoyer progressivement au tapis. L'évolution de la jeune fille enjouée vers la machine de guerre socialement inadaptée est osée... mais crédible ! Halo Jones sera pourtant célèbre. Le récit est parfois raconté sous forme de flash-back par un historien qui fait un cours magistral sur cette personne majeure de l'histoire terrienne à ses étudiants. Pourquoi ? Probablement pour quelque chose qui devait lui arriver dans les tomes suivants (non parus). Toutefois, Halo Jones est mêlée au cours de ses aventures de façon intime à la "grande" histoire, rencontrant des personnages clefs, sans toujours comprendre. Le dessin peut être jugé par la couverture : les pages intérieures sont dans la même veine. Personnellement j'aime. L'histoire accélère au fil des tomes sans jamais devenir trépidante mais l'amertume monte page après page. Une chose est sure, Alan Moore n'avait pas le moral quand il a écrit cela. La lecture est très plaisante, Alan laisse transpirer son imagination case après case tant dans les situations, les personnages que les objets incroyables qu'il fabrique. (Mention spéciale au combat en zone temporelle lente, un procédé formidable pour déshumaniser encore plus un conflit et vous transformer en désert affectif) Quant à Halo Jones proprement dite, Moore arrive à donner à cette fille beaucoup d'épaisseur. Déjà la patte du maître. Une BD d'ambiance pour découvrir la vision du futur selon Alan Moore.

20/07/2006 (modifier)
Par Cassidy
Note: 2/5

Une oeuvre de jeunesse d'Alan Moore, parue au début des années 80 dans la revue 2000AD, comme D.R. & Quinch. Il est vraiment regrettable que la parution française se soit arrêtée après seulement un tome sur trois, car d'après les critiques que j'ai pu lire sur des sites anglo-saxons, c'est une bonne série, mais la première partie est maladroite... Et manque de chance en France nous n'avons que cette première partie, donc. Ca s'arrête juste avant de devenir intéressant ! Faudra que je jette un oeil sur la V.O. un jour... Bon, bref. En attendant, un avis sur ce 1er tome donc... Eh bien malheureusement, c'est pas terrible, et ce, même si l'on ne cherche pas à comparer Halo Jones à Watchmen, From Hell ou V pour Vendetta... L'histoire ne décolle pas, les personnages ne sont pas attachants, l'univers créé par Moore et Gibson n'est pas foncièrement original, les dialogues abusent de jargon science-fictionneux lourdingue, et le dessin, s'il n'est pas mauvais, aurait à mon avis gagné à être colorisé... Il y a quand même quelques détails rigolos, comme les armes utilisées par les personnages... La zenade par exemple, une grenade qui rend zen, une arme de défense qui empêche votre agresseur de vous attaquer par d'autres moyens que la méditation et la non-violence... Mais à part ça, pas grand chose à se mettre sous la dent, et on s'ennuie un peu tout au long de l'album, et on sent qu'il s'arrête pile au moment où ça aurait pu devenir intéressant, c'est-à-dire quand Halo embarque sur le vaisseau... C'est frustrant !

13/05/2004 (modifier)