Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Corps à corps (Aire Libre)

Note: 3.36/5
(3.36/5 pour 14 avis)

Chassés-croisés


Académie des Beaux-Arts de Tournai Aire Libre L'Extravagante Comédie du Quotidien La Comédie Urbaine

Jean-Pierre Martin est secrétaire médical chez un chirurgien plastique. Il a pour ami Cyril, un apprenti comédien qui fait la doublure voix d'un nounours dans un dessin animé. Cyril rencontre Agnès, la fille du directeur de Cartoon Design, producteur dudit dessin animé, qui parcourt le monde pour se faire tatouer, en souvenir de ses voyages, des dessins à chaque fois plus audacieux. La mère d'Agnès, elle, sculpte son corps d'une autre manière, toujours à la recherche d'une perfection plastique pour tenter d'atténuer les blessures de son coeur. Elle croise ainsi régulièrement Jean-Pierre. Texte : Dupuis

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Corps à corps (Aire Libre)
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

25/04/2004 | ArzaK
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Avec cette BD, on est dans un pur roman graphique. Les personnages voient leurs destins se croiser, les interactions sont bien décryptées. Les pièces du puzzle vont toutes seules en place, c'est fluide et agréable à lire. Pourtant je note moyennement car la non fin me laisse un goût amer. Il fallait oser quelque chose pour démarquer ce one shot. Il est plaisant et bien construit mais ne révolutionne pas le genre. Le dessin est très haché mais je n'ai pas été dérangé par celà. Il est vivant et bien mis en couleur. Il fait plus que convenablement son travail. Mardon démontre à nouveau ses qualités d'auteur, je conseille la lecture de cette BD. Note affinée : 3,5/5

07/05/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Ce corps à corps est plutôt une excellente surprise. On suit les tranches de vie de différentes personnes. Cependant, il existe véritablement des liens entre chacun des personnages. C'est plutôt passionnant car différents problèmes de société sont évoqués. On aurait aimé un approfondissement pour certaines intrigues qui sont juste un peu évoquées. Ainsi, Jean-Pierre Martin ne rencontrera jamais son arnaqueuse qui va devenir la petite amie de son meilleur ami. Bref, certaines choses ne se produiront pas alors qu'elles étaient attendues par le lecteur. Ces croisements de destin sont intéressants. On passe un bon moment de lecture. On sent tout de même qu'il manque un petit quelque chose à cet album pour le faire sortir véritablement du lot. L'impression générale demeure néanmoins assez satisfaisante. Nous avons un auteur à suivre de près.

23/07/2009 (modifier)

Oui, vraiment sans plus. J’ai été tentée à plusieurs reprises d’abandonner ma lecture en cours de route, la faute à une galerie de personnages peu attachants et très caricaturaux, et à un scénario qui tardait à vraiment démarrer. Le dessin est honnête, mais ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, il y a un peu trop de hachures à mon goût. La mise en couleur en revanche, est plutôt habile, elle restitue bien les différentes ambiances de l’histoire, ou plutôt devrais-je dire des histoires. J’ai assez rapidement deviné où l’auteur voulait nous emmener, mais finalement c’est la déception qui a prévalu à l’arrivée, avec cette fin en queue de poisson. Dommage ; peut-être cette histoire aurait-elle mérité un développement sur plusieurs tomes. Enfin, énième titre de la collection “Aire libre” qui ne m’emballe pas, décidément !

05/10/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 2/5

Une histoire, un album qui m'ont laissé indifférent. On est loin, très loin de la vue de la société contemporaine qu'avait Lauzier dans les grandes années Pilote d'après Mai 68. Ca, c'était mordant !... Un album qui me laisse perplexe. C'est vrai que -intelligemment- Mardon joue de tous ces fils d'existence, mais il ne m'a jamais fait véritablement entrer dans l'histoire. Manque-t-il un ou des ingrédients à la sauce ? Elle m'a paru bien fade en tout cas. Pourtant, les personnages dégagent un certain cynisme, montrent des blessures au coeur, ont des comportements troublants... mais n'attirent pas. Le dessin peut-être ?... Un bon dessin d'ambiances, à la belle palette de couleurs. Mais il manque toujours cette "chaleur" qui aurait pu m'inviter à plonger dans l'univers de ces personnes. Ce trait personnel, d'ailleurs, n'est pas sans rappeler celui de Forrest (Barbarella) dans les années 70. La jolie couverture m'avait invité à entrer dans l'album. Fausse alerte...

12/01/2007 (modifier)
Par Quentin
Note: 4/5

La lecture de la critique d'Okilebo m'a donné envie de relire hier "Corps à corps", que j'avais lu et bien aimé à sa sortie mais dont je ne gardais qu'un très vague souvenir au sujet de la chirurgie esthétique, de l'angoisse de la vieillesse et de la mort, et des rapports avec les parents. Je suis toujours partagé vis-à-vis d'une BD dont j'ai quasi tout oublié. Je suis à la fois heureux de pouvoir la redécouvrir et la déguster comme au premier jour, mais je me demande en même temps si cela veut dire que l'album n'est pas mémorable. En fait, je crois que c'est une caractéristique commune des BD traitant des sujets de société : on a un entrecroisement de différents personnages ayant chacun des valeurs et des problèmes différents - et c'est ça dont il faut se souvenir, au lieu du scénario qui n'est là que pour servir la réflexion. Une réflexion qui, dans le cas présent, est efficace et intéressante. L'album décrit une partie de notre société du début du 3e millénaire, dans laquelle on reconnaîtra tous des gens de notre entourage (à défaut de s'y reconnaître soi-même). C'est bien vu.

28/10/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Une BD que j'ai lue sans savoir du tout à quoi m'attendre et qui a été une assez bonne surprise pour moi. Pour commencer, ce n'est qu'à l'instant que je réalise que l'auteur, Mardon, est aussi l'auteur de Vagues à l'âme, BD que j'avais beaucoup appréciée. Je n'avais pas du tout reconnu son dessin, ni avant de lire, ni en cours de lecture. Ce dessin me faisait penser à un mélange entre les styles de Blutch et de Frederik Peeters, sans la même maîtrise technique ceci dit. Bref, je ne suis pas très fan, mais c'est assez agréable à lire. J'apprécie nettement moins les couleurs cependant, mais ce n'est pas un soucis. A vrai dire, à voir la couverture, je m'imaginais une histoire bien Parisienne, une histoire de bobos qui se prennent la tête. Je ne m'attendais pas du tout à un tel chassé-croisé de personnages et de petites intrigues. Je ne m'attendais surtout pas à trouver chacune de ces intrigues aussi intéressantes et touchantes. Des sujets parfois glauques sont abordés mais sur un ton suffisamment léger et souriant pour ne pas trop assombrir le récit. Les intrigues s'entremêlent un petit peu trop cependant à mes yeux, entraînant une impression de fouillis, et surtout le récit dans son ensemble ne mène quasiment à rien : on a suivi des gens, on est entré dans leurs vies, mais on en sort sans que quoi que ce soit aie vraiment changé. Et pourtant, j'ai trouvé la lecture agréable, les dialogues justes, l'histoire intelligente, les intrigues juste assez prenantes pour me plonger dans le récit. Bref, une BD sympathique qui ne se prend pas trop la tête malgré quelques sujets graves abordés.

27/03/2006 (modifier)
Par Artemis
Note: 3/5

Pas mal, pas mal du tout même, le scénar est intéressant et bien ficelé. On suit avec plaisir les personnages. J'ai apprécié, bien que soft, les jeux de couleur. Je crois que cela a déjà été dit mais c'est vraiment une bonne surprise.

16/11/2005 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 3/5

Joli tour construction scénaristique que ce chassé-croisé de personnages, à la Short Cuts (ou Magnolia). Les divers protagonistes, leurs motivations et la façon dont leurs destins s'entremêlent sont bien pensés et bien amenés. On pourra toutefois regretter un certain manque de profondeur dans le sujet et le fait que l'histoire se termine un peu brutalement (je n'ai pas bien compris le message que l'on essayait de faire passer) presque immédiatement après que le canevas se dévoile dans son intégralité. J'aurais aimé peut être une dizaine de planches de plus pour développer l'intrigue, voire à l'extrême un deuxième tome. Je ne suis pas fou de ce genre de dessin (qui me fait un penser à celui de Blain) mais je ne peux pas dire qu'il soit désagréable et il suffit à bien faire passer les émotions des personnages. A lire pour découvrir un scénario assez original mais il ne faut pas en attendre beaucoup plus.

27/07/2005 (modifier)
Par okilebo
Note: 4/5

Après avoir lu Vagues à l'âme et Incognito, je ne pouvais pas passer à côté de ce Corps à Corps. Et je dois dire que dès lors, je vais surveiller cet auteur de très près car je trouve que Gregory Mardon a beaucoup de talent. Le scénario de cet album est, en fait, un chassé-croisé de personnages plutôt singuliers. Le résultat est tout à fait réussi. Chacun d'eux a une vraie densité. De plus, leurs personnalités sont complexes et même parfois torturées, ce qui nous donne souvent des situations très intéressantes. On suit les aventures de nos anti-héros avec beaucoup d'intérêt et certains d'entres eux finissent par devenir attachants. Le dessin de l'auteur est assez particulier mais il ne manque pas de personnalité. Les couleurs sont très sympas. Bref, un album à suivre sans aucun doute. Alors, laissez vous tenter !

03/05/2005 (modifier)
L'avatar du posteur carottebio

Habituellement je ne suis pas fan des "one-shot" (trop vite lu, personnages peu approfondis...), mais là, quelle bonne surprise! Ce chassé-croisé entre tous ces personnages est plein d'humanité, de finesse. On comprend rapidement leur caractère, leur désir, leur faiblesse. Les intrigues s'imbriquent merveilleusement l'une dans l'autre. Et chapeau au coup de génie de l'auteur sur la fin où le personnage qui sauve tous les autres est finalement celui qui nous semble (qui est) le plus faible depuis le début. C'est presque un petit conte philosophique. Le dessin reste honnête et se regarde avec plaisir. Rien de tape à l'œil de ce côté.

23/04/2005 (modifier)