Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Saiyukiden - La Légende du Roi Singe (L'étrange voyage en Occident)

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

Voici le récit du Grand Saint égal du Ciel, le puissant Roi Singe nommé Sun Wukong. Libéré de ses entraves par le bonze Sanzang et accompagné d’un cochon qui se tient debout, d’un démon des eaux et d’une nonne bâillonnée, le Roi Singe n’a qu’un but : terrasser le Bouddha Shakyamuni qui se trouve quelque part, en Inde. Mais ce périple sera long, semé d’obstacles titanesques et d’épreuves que seuls les dieux peuvent surmonter…


Bouddhisme Le Roi des Singes Seinen Shueisha

"Avec Saiyukiden, Katsuya Terada propose sa version d'une œuvre classique chinoise du XVe siècle : Le Voyage en Occident (Si Yeou Ki en chinois et Saiyûki en japonais). Incontournable en Asie, l'histoire raconte les aventures d'un singe né d'un œuf de pierre, d'où son autre appellation de Légende du Roi des Singes. Cette œuvre nous est déjà familière en BD à travers Dragon Ball d'Akira Toriyama, mais aussi avec Le Singe de Milo Manara. Si l'on se réfère à l'œuvre originale, l'adaptation de Terada semble commencer au moment où le Roi des Singes, accompagné de Hakkaï, un étrange porc, escorte un Bonze pour un voyage vers l'Inde, en quête des textes sacrés bouddhistes. Mais très vite, le découpage traditionnel s'avère bouleversé et prend la forme d'un rêve. L'atmosphère générale est sombre, radicale… en un mot : "trash". "

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Saiyukiden - La Légende du Roi Singe (L'étrange voyage en Occident)

26/03/2004 | Nirvanaël
Modifier


Par McClure
Note: 1/5
L'avatar du posteur McClure

J'ai rarement lu un bouquin qui me tombe aussi vite des mains. Je n'ai rien compris, une suite d'événements inintéressants, sans liaison, sans queue ni tête. Du sang, du sexe, du sein, pour quoi ? Les dessins, s'ils sont plutôt jolis, sont parfois (souvent) limite illisibles. Les personnages grimaçants, les filles forcément nues. La colorisation n'arrange rien. Vraiment pas aimé.

23/03/2021 (modifier)

Un manga assez particulier... Graphiquement c'est très réussi, les dessins sont superbes, les personnages sont représentés de façons torturées, les femmes sont généreusement dotées de formes agréables. Cadrages parfaits, couleurs pétantes à souhait, au niveau visuel c'est une réussite incontestable. L'univers qui nous est proposé est très onirique. Pour ce qui est de l'intrigue, je suis moins convaincu, les épisodes nous sont présentés dans le désordre et on est immanquablement perdu... aux trois quarts de l'album, un semblant de cohérence se fait sentir mais le lien entre les épisodes est loin d'être évident. C'est bien confus tout ça. Un premier volume qui laisse un sentiment mitigé, la couverture est belle, l'album de facture soignée avec un papier de qualité et j'ai parlé plus haut des évidentes qualités graphiques de l'oeuvre. J'attends donc la suite pour voir si ce Saiyukiden est autre chose qu'un beau livre d'images.

02/10/2005 (modifier)
Par woody
Note: 2/5

Moi qui aime bien le gore, moi qui aime bien le trash et tous les trucs du même genre, je ne peux pas dire que cette adaptation m'ait attiré. Je n'aime pas les dessins, pareil pour les couleurs, et le scénario...heu, je dirais, trop vite lu, trop vite oublié. Les adaptations de ce bouquin de la Chine ancienne sont légion, il en existe des bien meilleures... Et puis le singe est plus sympa lorsqu'il est con et naïf que lorsque c'est une grosse brute.

24/06/2004 (modifier)

Un singe puissant qui se bat avec un bâton magique, qui peut voler en montant sur son nuage, et qui est accompagné d'une jeune fille et d'un cochon, ça vous dit quelque chose ? Oui, oui, c'est bien de cette légende chinoise que s'inspire Dragon Ball. Reprise ici dans un traitement qui se veut tout à fait différent, je dois avouer que ce manga, car c'en est bien un, bien qu'il soit vraiment unique, m'a laissé sous le charme, et même mieux que ça. Déjà, il est tout en couleurs, et d'une mise en couleurs magnifique. D'emblée, graphiquement, vous vous prenez une grande claque. Et ceci est d'autant plus appréciable que l'ensemble détonne un maximum, mais surprend. Ce volume est composé de plusieurs petits épisodes, dont les premiers, même s'ils sont magnifiques, laissent plutôt sceptique car on se demande où l'auteur veut en venir. Et en avançant, on finit par comprendre. Par l'intermédiaire de flashs-back et de retours en arrière, nous avons une narration bien complexe mais aussi d'une extrême qualité. Et elle atteint son but. Plutôt que de tout dévoiler dans un simple ordre chronologique, c'est d'abord les personnages qui nous sont dévoilés, puis leurs actes, leurs motivations. Puis ces personnage s'épaissisent, on sait d'où ils viennent, pourquoi ils ont de telles motivations, et l'ensemble, ainsi dévoilé, possède beaucoup plus de force que s'il avait été amené de manière plus "classique". Perplexe en pleine lecture, une fois clos, il faut admettre que ce volume est un vrai régal. Alors même si je ne le conseille pas à tout le monde, par son "undergroundité" et le caractère "violent" de certaines scènes, je vous invite à jeter un oeil à l'occasion dans les rayons occaz de vos boutiques, car ce petit coup de coeur mérite amplement d'être partagé. J'ai hésité à la classer dans "aventure", "conte" et "fantastique", car l'atmosphère et l'ambiance sont emprunts de chaque genre. Une dernière citation pertinente : "Cette œuvre est une œuvre à trois dimensions, qui coexistent et se complètent : dimension artistique de par la nature même de l'œuvre (graphisme, mais aussi poésie !), dimension fantastique de part ses personnages, êtres surhumains, et dimension mystique de par son découpage et l'histoire dont elle s'inspire. Le travail graphique mais surtout l'énergie, voire même la rage, qui se dégagent de l'œuvre sont impressionnants. Les amateurs de symboles et de messages cachés vont se régaler !" Ca fait envie, non ?

26/03/2004 (modifier)