Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les couleurs de l'infamie

Note: 1.75/5
(1.75/5 pour 4 avis)

Le Caire, capitale jadis resplendissante, aujourd’hui délabrée. Une multitude désœuvrée déambule tranquillement dans un chaos de voitures qui semblent n’obéir à rien. Attablé à une terrasse de café, Ossama, voleur de son état — pas un voleur légaliste comme n’importe quel banquier, mais un modeste voleur aux revenus aléatoires — guette sa proie : un type arrogant qui s’agite dans l’espoir d’attirer l’attention de son chauffeur.


Egypte Voleurs et cambrioleurs

Le Caire, capitale jadis resplendissante, aujourd’hui délabrée. Une multitude désœuvrée déambule tranquillement dans un chaos de voitures qui semblent n’obéir à rien. Attablé à une terrasse de café, Ossama, voleur de son état — pas un voleur légaliste comme n’importe quel banquier, mais un modeste voleur aux revenus aléatoires — guette sa proie : un type arrogant qui s’agite dans l’espoir d’attirer l’attention de son chauffeur. Trois minutes plus tard, le type est délesté de son portefeuille en croco, dans lequel Ossama trouve une lettre qui compromet à la fois le type au portefeuille (promoteur véreux mouillé dans un génocide immobilier — cinquante morts sous les décombres d’un de ses immeubles) et le ministère des Travaux publics. Devenu " par décret divin " dépositaire d’un scandale de niveau ministériel, Ossama ne sait comment faire exploser cette bombe. Par l’intermédiaire de son maître Nimr — qui lui a appris le métier —, il rencontre le lettré Karamallah, un homme qui vit dans le cimetière avec les milliers de sans logis installés là sans rien demander à personne. Et cet homme sage, très amusé par la lettre mais persuadé qu’elle n’a rien d’une bombe — le banditisme des hautes sphères étant une péripétie communément admise —, trouve un moyen " plaisant " de l’utiliser. Un moyen qui démasque, dans un grand rire salvateur, la face ignoble et grotesque du pouvoir — et toutes les couleurs de l’infamie. Amoureux du Caire, Golo rêvait de dessiner la ville à travers les romans du grand écrivain égyptien Albert Cossery — rêve réalisé en 1991 avec "Mendiants et Orgueilleux", et aujourd’hui avec "Les Couleurs de l’infamie". Les Couleurs de l’infamie est une adaptation fidèle du roman éponyme. (source : Dargaud)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les couleurs de l'infamie

21/01/2004 | ThePatrick
Modifier


L'avatar du posteur bamiléké

A ma première lecture, j'avais trouvé cet album pour le moins atypique dans son récit, son dessin et ses couleurs. Au moment d'aviser j'ai eu la surprise de constater que cette série n'avait obtenu que des une étoile sur tous les avis la concernant. Cette improbabilité statistique a vraiment piqué ma curiosité. J'ai donc relu attentivement l'album après avoir fait quelques recherches sur les auteurs que je ne connaissais pas. Déjà j'aimais bien ces couleurs vives, ces visages un peu naïfs (cela me rappelle le Douanier-Rousseau) et cette peinture du Caire. Je ne connais pas Le Caire mais je connais d'autres très grandes villes africaines comme Lagos ou Nairobi et je retrouve ce grouillement humain si jeune, dynamique et dangereux. Avais je donc affaire à deux auteurs débutants qui s'étaient ratés complétement ? Surprise surprise. Golo (Guy Nadaud) est loin d'être un "peintre en bâtiment", il connait le dessin, il connait la BD, il connait Le Caire. C'était probablement la meilleure personne pour illustrer cette histoire. Quant à Albert Cossery, j'ai découvert une personnalité vraiment atypique et attachante. Né riche au Caire, il vient à Paris où il fait la fête au côté de Boris Vian, Juliette Gréco ou Albert Camus (excusez du peu)!! Il se retrouve dans la frugalité et fait du dénuement un art de vivre. La flânerie et la contemplation remplacent alors les soirées et le champagne. Donc relecture plus attentive de l'album et j'y trouve des richesses non vues avant. Pour les dessins j'y trouve la figure de l'auteur dans toutes ces sages qui observent le théâtre vivant qui se joue autour d'eux. Mieux vaut rire des turpitudes qui nous entourent, c'est peut être le meilleur moyen de s'en détacher J'y retrouve de plus en plus d'humanité comme une balade dans ces quartiers populaires du Caire.… (lire plus)

21/10/2021 (modifier)
Par Ems
Note: 1/5

Il fallait bien que cela arrive : une BD de la collection Poisson Pilote décevante. Sur le fond le scénario n'est pas ridicule, il y avait de la matière et de l'idée. Mais l'échec de ce one-shot vient des traitements graphiques et narratifs qui m'ont laissé perplexe. Pour rester poli, je ne les ai vraiment pas appréciés. Une BD plus que dispensable.

08/09/2008 (modifier)
Par Pacman
Note: 1/5

Alors là, un seul mot me vient à l'esprit pour qualifier cette bd: inutile. C'est un ramassis de lieux communs assorti de morale à deux balles sur le thème "tous des pourris ces riches et ces politiques", le tout desservi par des dessins si mauvais que j'en suis à me demander si je ne pourrais pas me lancer dans la bd avec mes talents artistiques de peintre en bâtiment bricoleur du dimanche.

23/04/2006 (modifier)
L'avatar du posteur ThePatrick

[...] dialogues savoureux de l’auteur et l’élégance de son langage, joliment soutenus par la chaleur et la vivacité du dessin. (C'est ce qui est dit sur le site de Dargaud) Couleurs pétantes qu'on dirait faites au feutre, dessin très particulier que je trouve laid, dialogues insupportables de maniérisme (- Est-ce que je peux m'asseoir avec toi ? - Mais oui, Safira, tu peux t'asseoir. Pourquoi toutes ces formalités avec moi ? Vraiment, tu me fais de la peine. Ou encore : Salut sur toi, Nimr ! Allah a exaucé ma prière. Je te cherchais, mon digne maître...) qui sont lourds du début à la fin, histoire qui part un peu dans tous les sens et qui finit comme elle a commencé : dans l'inintérêt le plus total de ma part. Ca doit sûrement plaire à certains, mais pas à moi. Bref, à oublier.

21/01/2004 (modifier)