Où le regard ne porte pas...

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 80 avis)

2004 : Grand prix RTL de la bande dessinée (tome 1). Peu importe l'histoire, rêvez-la...


BDs à offrir Grand prix RTL de la bande dessinée Italie Les Meilleurs Diptyques Petits villages perdus Réincarnations

1906. William a dix ans lorsque sa famille quitte Londres pour Barellito, un petit village italien qui vit tranquillement de la pêche. Des tensions apparaissent pourtant, aiguisées par l'arrivée de ces étrangers. Pour William le changement est radical et sa vie chamboulée. De nouveaux paysages, la lumière du Sud, une liberté touteneuve et surtout de nouveaux amis : Paolo, Nino, et la charmante Lisa... Une date et un étrange objet semblent les unir inexorablement...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Janvier 2004
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Où le regard ne porte pas...
Les notes (80)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Noirdésir

Ma note réelle serait plus près de 3,5/5, mais j’arrondis au niveau supérieur, en grande partie grâce au premier tome, auquel j’ai clairement plus accroché qu’au second. Pour faire simple, puisque beaucoup de choses ont été écrites pour résumer l’histoire, je trouve le premier tome très accrocheur. Peu de dialogues finalement, de texte, mais une histoire simple, bucolique, très chouette, avec la rencontre de ces quatre gamins dans un coin paumé d’Italie (avec des montées de tension entre la famille anglaise apportant la modernité à une communauté villageoise peu ouverte aux risques de la nouveauté). Le seul bémol pour la narration, ce sont ces « rêves », dont on ne devine pas encore le sens (qui parle ? Qui sont ces gens ? Où sont-ils ?) et qui, dans une colorisation et un dessin très différents de l’histoire « principale », ont un peu haché ma lecture. Le dessin lui-même est vraiment chouette, avec de bonnes bouilles de gamins, de beaux paysages, très lumineux. Le second tome nous fait retrouver ce quatuor vingt ans plus tard, lorsqu’ils partent en Amérique du sud. Là encore le dessin des paysages est très bon, des personnages aussi – même si, adultes, ils ont ici des visages plus anguleux qui m’attirent moins. L’intrigue est close, on a des explications aux « mystères » (rêves des gamins, pierre à l’origine de leurs rites de gamins, etc.), et cela se laisse lire, c’est certain. Mais je trouve ce tome moins fort que le premier. D’abord parce que moins euphorisant (le premier était porté par un optimisme loin d’être béat) – l’âge des protagonistes aidant sans doute. Mais surtout parce que je n’ai pas été totalement convaincu par le côté fantastique. Pas complètement raté, mais qui m’attire moins (affaire de goûts sans doute). La rupture, chronologique, mais aussi au niveau du ton, m'a semblé trop forte entre les deux tomes. Cela reste quand même un diptyque intéressant, dont je vous recommande la lecture.

01/04/2017 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Que d’avis pour cette série ! Je vais donc faire court car tout semble avoir déjà été dit. J’ai dans l’ensemble été conquis par Où le regard ne porte pas… Franchement j’ai dévoré la série. Cependant, j’ai trouvé le premier tome plus intéressant, plus dense et plus profond. Le second volume, honnête tout de même, a le mérite de clore l’histoire et d’éclairer tous les mystères. Visuellement, c’est plutôt joli. Olivier Pont propose des planches aérées, avec un gros travail sur les paysages et les environnements. C’est dynamique, fluide et coloré ; les dessins sont très agréable à suivre tant il participe et accompagne le très beau scénario. Les personnages sont également très réussis. Où le regard ne porte pas… est une très belle série. A ne pas rater.

07/07/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai beaucoup entendu parler de cette Bd, et je me méfiais avant d'en commencer la lecture, car toutes ces bandes surestimées et parfois trop surcotées, ça ne m'inspire rien de bon. Pas manqué, je ne suis pas vraiment surpris du résultat, ou plutôt je m'attendais à être transporté comme le laissaient penser les avis que j'avais lu. Disons que je reste mesuré, sans être totalement conquis. D'abord, le dessin n'est pas trop dans mes goûts, mais il n'est pas vilain et j'ai surmonté ce cap ; il est lumineux et met bien en valeur ce décor méditerranéen, seuls les personnages sont moyens, les visages sont parfois un peu déformés mais l'ensemble est acceptable. Ce que j'aime, c'est la mise en page aérée avec des cases larges de différents formats et pas envahies de dialogues, juste l'essentiel. Le décor est superbe et évocateur, symbole d'une certaine sérénité, mais derrière ce décor enchanteur, la vie tranquille peut basculer soudain dans le drame sous le poids du destin. Les auteurs livrent donc une belle histoire tragique un peu à la manière de Pagnol dans Jean de Florette, avec une profondeur humaine très forte. Mais la rupture entre les 2 tomes est trop forte : c'est l'innocence de l'enfance dans le tome 1 qui se voulait contemplatif, contre les turpitudes adultes dans le tome 2 à cause d'un plongeon trop brutal dans la gravité et le fantastique, ce qui explique enfin ces scènes étranges aux tons orangés vues dans le tome 1, et devant lesquelles on reste interloqué au début... D'autres petits détails me gênent comme cette narration à 2 personnages, on ne sait pas trop qui raconte cette histoire... Alors oui, c'est un joli conte, mais quelque part, je ne suis pas entièrement satisfait, et quand je vois la note moyenne de 3.83/5 et l'option d'achat de 89%, je trouve ça encore trop exagéré. Je l'ai lu en bibliothèque et ça m'a suffi sans pour autant m'avoir marqué ; je trouve que ce tome 2 fout tout par terre, ça ne sert à rien de voir évoluer les héros 20 ans plus tard une fois adultes, ça m'a laissé complètement indifférent. De plus, ce côté paranormal est abusif et fantoche, et c'est pas crédible dans un récit comme celui-là, sans compter que la fin est un peu ridicule... Bref je me serais contenté du tome 1 qui serait resté une belle histoire d'enfance insouciante, et j'aurais noté 4/5...

25/12/2015 (modifier)
Par Walran
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Cette fois-ci, indéniablement, la mention culte me semble de rigueur. Dès ses premières planches qui présentent une Italie baignée de soleil, « Où le regard ne porte pas… » séduit et subjugue. Nous suivons l’arrivée de William au sein de cet écrin de poésie, partagé entre curiosité et enthousiasme. La force de ce magnifique premier tome, à l’ambiance excellemment retranscrite, est de nous faire vivre l’action à travers les yeux du personnage, avec une très grande justesse de ton. Les enfants n’ont pas la même vision que les adultes de ce qui les entoure, les mêmes rêves et priorités et subissent parfois les actions de leurs aînés – et leurs conséquences - sans comprendre réellement leurs motivations. La présence de magnifiques planches aux tons rouges et ocres, encore inexpliquées, ajoutent un surcroît de mystère et de magie à cette histoire que l’on aurait aimé vivre. Une enfance au grand air en bord de mer, dans un esprit de franche camaraderie, sous le soleil éclatant, avec cette insouciance juvénile, ces excursions fantastiques et ces voyages intérieurs. Le rythme relativement lent permet une immersion totale, véritable bonheur. Les personnages secondaires ont du corps, du caractère, de l’épaisseur et une grande crédibilité. Le second tome nous fait retrouver les protagonistes 20 ans plus tard et dans des contextes extrêmement différents. Mais là encore, Pont et Abolin abordent ce tournant difficile avec une impressionnante maîtrise. Beaucoup de BDs ou de films (français, notamment), se sont intéressés aux trentenaires (ou aux quadragénaires) « en crise », qui plaquent tout pour fuir leur quotidien assommant et retrouver un goût d’enfance et de légèreté. Mais ici, point de pathos ou de tergiversations vaseuses. Tous ont répondu à l’appel de Lisa et partent sans le savoir vraiment à la recherche du secret qui les unit depuis toujours. Et là encore, impossible de ne pas ressentir une énorme empathie pour les personnages tant les dialogues et la narration sonnent justes et les émotions se voient bien retranscrites. Comme sur le premier tome, le découpage et les couleurs collent à merveille à cette aventure. Le final, enfin, délivre un goût de nostalgie et d’amertume, même si l’espoir est toujours présent. « Où le regard ne porte pas… » laisse une trace, nous invite à la songerie, à des réflexions sur l’au-delà et l’indicible, aux forces qui régissent nos destins, nos existences, nos rencontres. Un défaut, s’il fallait en trouver un ? Une Lisa, qui si elle évite le cliché de l’héroïne « trop-sexy-pour-être-vraie », paraît trop masculine dans le tome 2 (comme d'autres posteurs l'ont relevé avant moi) et une présentation peut-être trop succincte de Thomas, à qui nous n’avons pas le temps de nous attacher avant de partir à sa recherche. Pour le reste, c’est un sans-faute et un bijou comme on en voit trop peu. De l’excellente bande-dessinée !

02/06/2015 (modifier)
Par Tourenne
Note: 4/5

C'est beau; déroutant par le deuxième tome qui perd en naïveté (et en poésie) mais gagne en ésotérisme. L'histoire gagne en profondeur. Agréable surprise.

03/10/2014 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 3/5

Une bonne BD mais qui ne fera pas partie de mes indispensables. Il manque un petit quelque chose... Peut-être est-ce dû à certaines longueurs et j'avoue que je ne m'attendais pas trop à ce genre d'histoire. Le premier tome nous plonge dans l’innocence de l’enfance à travers une Italie ensoleillée avec ses villages pittoresque, presque tranquilles. L'ambiance méditerranéenne y est des plus réussies. Ensuite, vient le deuxième tome qui prend une tournure plus fantastique. L'intrigue devient plus classique avec un sujet maintes fois employé (réincarnation, vie antérieure dans un autre monde,...) mais qui reste intéressant. C'est un peu dommage qu'on quitte le monde de l'enfance, le charme du premier épisode est moins présent. Malgré tout, le récit est fluide, prenant et la fin est quand même forte émotionnellement. A découvrir pour faire son propre avis.

08/02/2014 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Visuellement les deux tomes sont superbes, les visages anguleux sont expressifs et ont été bien vieillis, on reconnaît les personnages du premier coup d'œil ; les corps bougent avec aisance et les décors sont très fouillés. Le dessin présente quelques petites disproportions, mais là où certains y verront un défaut je n'y vois que du charme. Les couleurs ont la gaieté de l'enfance dans le premier tome et deviennent sombres dans le deuxième, plus tragique. Les planches orangées qui apparaissent au fil des pages sont véritablement saisissantes de beauté. Le seul regret concerne le visage de Lisa adulte, pas très féminin, il manque de douceur, trop masculin, trop dur, mais peut-être est-ce voulu par les auteurs pour marquer un peu plus sa souffrance. Le premier opus, préféré par le plus grand nombre de par sa légèreté, son ambiance de bord de mer apaisante et imprégnée de l'insouciance de l'enfance, nous transporte nous aussi sur ces lieux paradisiaques, bien que certains évènements tragiques viennent bouleverser toute cette sérénité. Dans la deuxième partie l'histoire change radicalement de direction et prend un ton dramatique et ésotérique très prononcé. La narration est tout simplement belle, sans fioriture, enchanteresse. La force de ce récit réside dans ce lien indéfectible qui existe entre les personnages, lien de vie et de mort, d'amour et d'amitié. La fin submergée d'émotion ne finit pas l'histoire, mais au contraire, l'ouvre sur d'anciennes retrouvailles… d'autres lieux… d'autres vies…

13/10/2008 (MAJ le 09/11/2010) (modifier)
Par js
Note: 3/5

Petite série en deux tomes volumineux (plus de 90 planches) très agréable. Le dessin est dans un style simple, avec des personnages pas toujours reconnaissables (notamment dans le tome 2). Mais l'ensemble baigne dans des couleurs vraiment réussies et le découpage des planches est vraiment bien pensé. Quelques planches superbes sans aucun dialogue permettent de nous plonger vraiment dans l'histoire. L'histoire du premier tome se lit facilement, sans prise de tête. Une tranche de vie bien résumée avec deux trois passages ésotériques (qui seront expliqués dans le tome suivant). Des personnages vraiment réalistes, dans un coin italien vraiment pittoresque. Le deuxième tome est captivant car nous suivons les personnages dans un périple plutôt bon enfant. Le scénario n'est pas exceptionnel, mais il m'a plu, bien que ce genre de fins et d'explications ne soient forcément ma tasse de thé. Je me suis laissé prendre au jeu sans me forcer (les dessins ont beaucoup aidé dans le tome 2). Une bonne BD à savourer tranquillement en profitant du décor et en se détendant.

05/09/2010 (modifier)
Par konfucius
Note: 4/5

Evidemment si on s’en tient à la couverture du tome 1 et au titre de la série on pense qu’on tient là une BD culte et qu’on va pouvoir mettre un 5/5 les yeux fermés, mais les choses ne sont pas si simples. Pourtant tout commençait si bien avec le premier tome… Tout d’abord, bien que le dessin soit assez particulier, je l’ai trouvé superbe avec de très belles couleurs. On se retrouve dans un petit village côtier d’Italie au beau milieu des calanques sous un ciel bleu lumineux, et on a vraiment l’impression d’y être. L’histoire est un drame qui m’a fait penser par certains côtés à Jean de Florette de Marcel Pagnol. On se laisse emmener lentement mais sûrement par ce scénario dans lequel un homme plein d’enthousiasme débarque dans ce petit village italien et se heurte à un accueil glacial de la part de ses habitants. A l’inverse des adultes, les enfants s’entendent parfaitement bien et vivent ensemble quelques étranges expériences. Les « rêves » qu’ils font au cours de ces expériences, sont représentés avec une rupture au niveau du style du dessin, ce qui à mon sens est une très bonne idée. En résumé un tome 1 qui nous emmène vers un 5/5. Ensuite arrive le tome 2, et je m’attendais à une suite du même niveau que le tome 1, j’ai donc été un peu déçu. Alors, il ne faut rien exagérer non plus, on ne passe pas d’un tome 1 magnifique à un tome 2 complètement nul. En terme de dessin ça reste très bon, c’est plus du coté de l’histoire que ça pêche un peu. Dans ce tome, on retrouve les enfants en jeunes adultes et l’idée est d’expliquer les fameux « rêves » qu’ils faisaient et qui, jusqu’alors, sont pour le lecteur un mystère entier. Il n’y a rien à redire à cette idée de départ et je pense que le deuxième tome aurait pu être aussi bien que le premier. Ce qui a manqué c’est une histoire aussi prenante que le premier tome pour expliquer ces rêves. En fait, autant on peut lire le premier tome et s’arrêter là en se disant « j’ai vraiment lu une super histoire », autant le tome 2 se résume à expliquer les mystérieux rêves mais l’histoire ne se suffit pas à elle-même. Le rythme est lent et il ne se passe pas grand-chose. J’ai quand même été loin de me forcer à lire cette suite car l’explication du mystère est intéressante, mais le charme du premier tome avait disparu. Ce qui donne au final un 4/5 car l’ensemble reste quand même très bon et je pense qu’une large majorité des lecteurs seront ravis de jeter un œil où leur regard ne pouvait pas porter jusqu’alors…

12/05/2010 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Cette série, j'en ai entendu parler. Quand j'ai commencé à venir sur ce site, j'ai appris que la BD, c'était autre chose que L'Agent 212 et le Journal Spirou et j'ai découvert des petits chefs d'œuvres (Quartier lointain ou Maus par exemple), et en ouvrant le tome 1 de "Où le regard ne porte pas...", je m'attendais vraiment à quelque chose d'aussi bon... Et là quelle déception : je me retrouvais en face d'une bonne BD certes, mais loin du chef-d'œuvre poétique dont j'avais tant entendu parler ! Alors, ce tome 1 nous transporte dans l'Italie du début du XXème siècle, il fait chaud et beau. La mer éclatante d'un bleu azur et le relief déchiqueté des falaises pâles, quatre gosses s'amusent : quelle vision paradisiaque. C'est la grande qualité du tome 1 : l'histoire m'a reposé. Il ne se passe pas grand chose, mais j'ai aimé suivre les 4 amis : de vraies vacances. Au niveau du dessin, il ne manque pas de charme, mais je ne suis pas fan. J'aime beaucoup les décors d'Olivier Pont, mais les personnages ; bof ! De plus, je trouve qu'ils changent de tête d'une case à l'autre. C’est fatigant. Bref, même si j'étais extrêmement déçu de ne pas trouver d'émotions dans cette BD, j'ai assez aimé. Puis vint le second album... Bah un petit bof ! De l'aventure... Dans la jungle, mouuuuais ! Les 4 gosses super mignons ont grandi. Du coup ils ne sont plus du tout mignons. On obtient quelques réponses (notamment sur leurs trips psychédéliques quand il étaient petits), l'histoire ne m'a pas du tout touché. Même défauts que le premier, sans l’impression de bonheur qui s'en dégage. Je relirai sûrement le premier volume avec plaisir, la suite je ne pense pas. Je conseille tout de même l'achat de cette série car je suis peut-être passé à coté de quelque chose ? Tout le monde à l'air d'adorer, à vous de faire votre jugement.

28/03/2010 (modifier)