Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

No limits

Note: 2/5
(2/5 pour 8 avis)

L'histoire d'un jeune délinquant anarchiste et violent qui, par la suite d'événements et de rencontres, deviendra appliqué et respectueux...


Auteurs suisses Signé

Yann est un jeune délinquant que passe son temps sur ses rollers avec son ami Luis à fumer des joins et à bousculer les gens... Mais une série d'événement le pousseront à réfléchir sur sa condition... Ainsi, il apprendra le respect et la tolérence, l'amitié et le travail. Pis du coup, y s'ra content!

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2000
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série No limits
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

15/11/2003 | Tony Ross
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Une BD sensée s'adresser aux ados. Il est dit dans celle-ci qu'elle a été distribuée gratuitement dans un certains nombre de collèges et lycées. Ouais ! je veux bien, cela part d'une très louable intention, mais à vouloir trop démontrer tous les dangers qui guettent les ados on atteint l'overdose. Il y a ici un condensé de tous les malheurs, déboires, problèmes auxquels les jeunes pourraient être confrontés. Sûr que ça ratisse large. Dans la deuxième partie c'est la rédemption, tout redevient magnifique à un point incroyable. Pour bien connaitre le milieu du travail avec des jeunes en difficulté, je n'oserais même pas leur faire lire cet ouvrage tant il accumule les clichés. Il aurait été plus juste à mon sens d'être simplement réaliste et alors effectivement nous aurions eu une BD qui montre la vraie vie quand les parents se tapent dessus, qu'on galère pour acheter son shit, quand on est déscolarisé, etc, etc...

09/11/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Une autre bande dessinée éducative de Derib quoique je l'ai trouvée un peu mieux que 'Jo'. En fait, je trouve que la première moitié de l'album se laisse lire. C'est un peu cliché et le personnage principal semble avoir tous les problèmes qu'un jeune peut avoir, mais malgré ses défauts je trouvais qu'il y avait un coté sympathique dans ce récit. Puis vient la seconde partie où le pauvre adolescent qui allait dans le mauvais chemin va connaitre la rédemption et ça devient vite ennuyeux et bourré de bons sentiments. Je trouve que tout devient trop facile et je suis sûr que dans la réalité l'ado aurait fini en école de redressement.

19/07/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Outre l’univers du far-west, Derib aime s’attarder sur celui des jeunes d’aujourd’hui. Et No Limits fait partie de cette seconde catégorie. J’ai donc suivi la crise d’ado d’un jeune « qui a la haine » (dixit l’auteur). Le récit est bien écrit. Les séquences s’enchainent avec naturel, bien aidées en cela par le dessin aéré, dynamique et expressif de l’artiste. Le jeune héros est touchant tant ses émotions et réactions me rappellent celles d’un proche, lui aussi ado en manque de repères. Maintenant, ce scénario est tout de même un assemblage de clichés très démonstratifs qui, s’ils permettent d’illustrer la majeure partie des problèmes rencontrés par un ado d’aujourd’hui, se révèlent indigestes lorsqu’ils sont concentrés sur un si petit espace. La fin du récit est un autre point négatif à mes yeux. On tombe dans un happy end tout en guimauve (vraiment très) peu crédible. D’une part, je peux comprendre l’envie de Derib de clôturer son récit sur une note positive mais, d’autre part, j’ai peur que les adolescents (auxquels cet album est destiné) trouvent ce final trop nunuche, trop simpliste et décrochent, ne voyant plus dans l’ensemble du récit qu’une fiction sans intérêt. Ceci dit, j’ai tout de même eu du plaisir à lire cet album, car Derib demeure un talentueux conteur. Et si je le trouve plus passionnant lorsqu’il illustre le far-west, je dois tout de même admettre que, malgré son côté sucré et moralisateur, cet album n’est pas mal. Mais sans plus …

24/03/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 1/5

A qui se destine cette BD ? Visiblement aux ados qui sont pris pour des truffes !!!! Le récit offre le summum de la morale à deux balles.... On franchit allègrement la limite de la caricature. Le dessin est moyen, pas à mon goût. La lecture m'a paru insipide. Je me demande si le fait de situer le contexte dans un milieu " fun " pour les ados ne rend pas le discours encore plus ringard. Enfin bref, je n'ai pas du tout aimé et je ne conseille donc pas cette BD.

26/07/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

L'auteur nous livre ici un condensé de tous les problèmes que peuvent rencontrer la jeunesse actuelle : alcool, drogue, prise de risque, racisme, racket, violences etc... le panorama est vaste et toutes les questions d'actualité y sont évoquées. Nous avons ici un adolescent plus passionné de roller que d'école. Et c'est un moniteur de snow-board qui va lui apprendre le respect de lui-même et des autres. J'ai jamais lu une bd aussi "moralisatrice" et aussi "naïve" dans son traitement. Le constat de départ est plutôt sombre et à la fin, on se croirait au pays de Blanche-Neige dans le meilleur des mondes. Comme si les choses étaient si faciles...! C'est tout à fait le genre de bd qui pourrait être montré aux jeunes en proie à la violence dans les classes d'école pour un travail de réflexion sur la promotion de l'éducation par l'affection et l'encadrement dans un esprit de respect et de compassion... Par contre, mention spéciale pour un dessin assez coloré et au trait précis. Une bd agréable mais sans plus.

27/10/2007 (MAJ le 27/10/2007) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Voici une histoire qui traite de l'escalade de la violence urbaine, celle qui menace les jeunes privés de points de repère. Yann, 15 ans, en fait partie... Et, du désarroi à la délinquance, la marge s'annonce faible pour ce garçon. Très faible... Le postulat de base ?... La préservation de la nature, la sauvegarde des valeurs humaines est une des préoccupations de Derib. En expliquant les dangers mortels du sida dans Jo, puis en dénonçant l'exploitation sexuelle dans "Pour toi, Sandra", l'auteur a touché des milliers d'adolescents. Enfin, je crois... Et c'est des rencontres avec certains d'entre eux, de leur mal-vivre, qu'est née cette histoire. Une histoire à la justesse de ton, à la crédibilité des personnages et des situations. Emotion et message d'espoir : Derib a encore réussi une belle oeuvre, pleine de force. Peut-être un tantinet trop moralisatrice ?...

20/01/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Mince, Derib nous fait encore de la BD éducative... J'ai lu cet album sans savoir à quoi m'attendre. L'histoire de départ m'a un peu irrité par ses clichés ultra-nombreux : tous les problèmes de la société des jeunes sont regroupés en un demi-album, drogue, parents qui s'engueulent, racket, vol, bagarres, racisme, sports dangereux, etc... Je trouvais ça un peu lourd de voir le héros de l'histoire accumuler le tout de cette manière, façon série télé au scénario écrit à gros traits pour bien faire rentrer ses idées dans l'esprit du lecteur/spectateur, et pour bien montrer à quel point la vie est dure pour ce pauvre Yann et à quel point il se gâche lui-même ce qu'il lui reste de chance. Et puis voilà : un stage de surf, le héros qui se met à écouter la bonne parole de telle ou telle personne, et hop : en 2-3 pages, c'est le renversement de situation. Tout à coup, c'est la grande Rédemption pour Yann, il avoue tout, il pardonne tout, il demande le pardon pour lui-même, etc... J'ai trouvé que tout cela était fait sans aucune finesse, presque sans aucun réalisme. On passe du "tout va mal" au "tout va aller mieux" comme on raconterait l'Illumination de Saint Glinglin à la plèbe en extase. Bon, ok, le public de cette BD est censé être jeune, donc l'auteur ne s'attarde pas sur des détails compliqués comme "finalement, pourquoi Yann a-t-il vraiment changé au lieu de s'enfoncer encore plus ?". En résumé, ce scénario fait un peu à l'eau-de-rose sur la fin, à comparer au pessimisme complet du début. Et à cause de ça, je trouve que l'album fait vraiment "petite histoire éducative à destination des foules sans cervelle", bref des jeunes. Trop gentillet, trop facile, trop politiquement correct. Globalement, ça se lit sans trop de déplaisir donc ce n'est pas totalement nul, mais je doute que cette histoire puisse convaincre qui que ce soit comme le voudrait a priori ce scénario.

26/04/2004 (modifier)
Par Tony Ross
Note: 1/5

"No limits" est le troisième album de Derib écrit pour "fondation pour la vie", et si les 2 premiers ("Jo" et "Pour toi Sandra") étaient déjà pas terribles, ce troisième (et dernier? on l'espère) opus est encore plus caricatural et moralisateur que ses prédécesseurs. Les dessins me laissent toujours froid et l'histoire est d'un classique! Hallucinant... C'est l'histoire d'un jeune délinquant mal dans sa peau qui découvrira le respect et l'amitié grâce à des rencontres aussi ridicules qu'improbables. Et il commencera à réfléchir à sa vie et à bosser un peu plus. Bref, c'est l'histoire d'un jeune anarchiste qui, faute d'avoir jamais réfléchi dans sa vie, se retrouve dans des situations impossibles, et qui rencontrera des types encore plus caricaturés que lui qui lui montreront le chemin du bonheur... Vous l'aurez compris, je n'ai vraiment, mais alors vraiment pas acroché à cette banale histoire de descente aux enfers. C'est nul! Derib (120 ans?) à fait d'excellentes choses (sans doute) mais là, qu'il arréte d'essayer de se mettre dans la peau d'un jeune de 16 ans. Il y a tant d'auteurs plus qualifiés pour ce genre de témoignage... Non, vraiment, "No limits" est l'un des plus impressionnants navets qu'il m'ait été donné de lire en BD!

15/11/2003 (modifier)