Akarus

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

Une série de meurtre sont commis dans une mégapole bien étrange qui n'a aucune issue sur l'extérieur.


Carrément BD

Dans la mégapole d'Akarus, Pyrho est un bruleur dont le métier consiste à bruler à froid les métastases qui parcourent la ville. Au cours de ces missions, Pyrho découvre plusieurs femmes mortes assassinées. La conclusion est trop interressante et innatendu pour en déflorer ici le contenu

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Octobre 2002
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Akarus
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

Par Graveen
Note: 4/5
L'avatar du posteur Graveen

Comment commencer..?! Le graphisme colle trés bien à l'histoire. Les couleurs vont avec le style des lignes, et renforce le côté mystérieux d'Akarus. L'histoire est excellente. Bien que je regrette le final trop peu développé, les clés de l'histoire nous sont données. En fait un triptyque aurait été parfait.

20/08/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

J’ai été conquise au départ avec ce monde futuriste original, son dôme très énigmatique qui ouvre sur un excellent suspense, mais plusieurs éléments m‘ont quelque peu déçue. Les meurtres m’ont nettement moins accrochée, je trouve que l’auteur y accorde trop d’importance et surtout trop de place, la fin arrive un peu trop vite et c’est dommage car elle est intéressante et aurait mérité quelques planches supplémentaires. Les histoires d’amour de Pyrho m’ont aussi laissée indifférente, sur ce point Pontarolo s’est trop éternisé à mon goût. La vie privée des personnages est trop présente au détriment de la présentation de ce monde qui est franchement intriguant. J’ai adoré le Halfbrain amoureux de Pyrho qui apparaît de temps en temps avec sa petite touche humoristique. Quant aux toutes dernières planches elles manquent aussi de développement, elles m’ont quelque peu frustrée. Cela dit le récit ne souffre pas de temps morts, à peine quelques ralentissements, le magnifique graphisme aux couleurs chaudes et le découpage original font que j’ai suivi toute l’histoire avec plaisir, mais une relecture n'est absolument pas prévue.

04/06/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture des 2 tomes. Je découvre Pontarolo et ses oeuvres dans le désordre chronologique. Ma première lecture fut une claque, James Dieu récolta la note maximale. "Akarus" est plus hermétique, les influences sont nombreuses. Il y en a une qui m'a personnellement sauté aux yeux est surtout graphique bien que le scénario ne soit pas en reste : il y a du Andréas dans ce diptyque, le dessin anguleux, les cadrages osés, l'histoire puzzle, etc.. Malheureusement la lecture fut inconstante, allant du meilleur au moyen. Il faut être prêt pour ce genre de BD sinon l'expérience peut être pénible. Ce n'est pas de la BD divertissante accessible à tous. Pontarolo ose et s'avère être un auteur à suivre. Ses BD ne sont pas formatées de façon traditionnelle. Il est vraiment à découvrir. Note finale : 3,5/5

02/03/2010 (modifier)

Une histoire insolite, un monde étrange. Akarus est une ville dont on ne peut s’échapper ; une ville qui protège ses habitants en les isolant du monde extérieur, réputé hostile. Pyrho, au passé mystérieux mais sans doute assez lourd, est chargé de brûler les métastases qui défigurent les façades de la ville. Mais, très vite, il se retrouve mêlé à une sordide histoire de tueur en série qui s’attaque à des jeunes femmes. On est plongé dans un univers de S-F que je qualifierais d’éthéré, faute de mieux. L’enquête criminelle qui sert de fil rouge à l’intrigue, trouve dans le second tome une conclusion inattendue Dommage que la belle émotion qui se dégage dans ce tome, notamment dans la scène sur le banc -vraiment très touchante- soit noyée dans des flots de froideur sophistiquée. J’attribue à cette série un 3/5 un peu généreux, en raison de la grande qualité du dessin, même si ce n’est pas vraiment un graphisme qui me touche. En effet, le scénario ne me paraît pas d’une inventivité débordante. Peut-être aussi que la formule du diptyque ne s’y prêtait pas vraiment. J’aurais aimé en apprendre davantage sur les circonstances de la fondation d’Akarus.

06/03/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Dans un futur hypothétique -qui n'est pas sans me rappeler les univers de "Brazil" de Terry Gillian- un chasseur moderne tente de survivre.. "pfffhh..." ai-je pensé... "... encore une énième histoire de justicier de l'espace..." Pourtant, avec ses gueules cassées, ses traits géométriques et la palette de couleur utilisée -qui offre à la rouille ses lettres de noblesse-, cette série a attiré mon attention... Pontarolo utilise vraiment bien l'espace qui lui est dévoué. Ses couleurs si particulières, ses ambiances cinématographiques, ses audacieux cadrages sont autant "d'armes" qu'il utilise à bon escient pour donner vie à un univers sensuel à souhait. Une belle fresque s'est ainsi offerte à mes yeux. Qui plus est -et chose assez rare quand même- tous les personnages secondaires présentent des caractéristiques qui les rendent intéressants... à défaut d'être séduisants. Une bien belle réussite, dont les débuts datent quand même de 2002, et que j'ai failli rater. Cote personnelle : 3,5/5

26/01/2007 (modifier)

C'est la deuxième oeuvre de Pontarolo que j'ai la chance de lire après Naciré et les machines, et je dois bien avouer prendre beaucoup de plaisir à me promener dans ces univers futuristes de mégapole malade dans une société guère réjouissante. Cette série en 2 tomes de la collection "Carrément BD" est, je pense, plus aboutie que Naciré, mais l'ambiance qui s'en dégage ne peut pas ne pas faire penser à cette première série. D'ailleurs les dessins sont similaires, notamment ces couleurs très proches du "rouille". Le sScénario est lui aussi basé sur une mégapole dont les meurtres cachent en réalité un terrible secret. Le seul petit bémol qui m'empêche de mettre 5/5 à cette série est le traitement final suite à la découverte du secret d'Akarus que je trouve traité un petit peu trop rapidement. A mi-chemin entre "Brazil" et "Dark City", Pontarolo nous livre encore une série pleine de poésie et de charme malgré un univers très noir. Une série à découvrir, à travers un auteur à découvrir également, car il sort des sentiers battus avec des scénarii très originaux.

10/11/2003 (modifier)