100 bullets

Note: 3.58/5
(3.58/5 pour 19 avis)

Will Eisner Award 2001 : Best Serialized Story Will Eisner Award 2002 : Best Continuing Series Will Eisner Award 2004 : Best Continuing Series Si on vous donne le choix entre vengeance impunie ou pardon, vous choisissez quoi ?


Auteurs Argentins DC Comics Vertigo Will Eisner Awards

Résolument destiné à un public averti, le postulat de départ peut sembler simple: un homme en costume sombre du nom de Graves distribue des armes sans numéro de séries à différents protagonistes pour qu'ils se vengent de leurs ennemis. Il leur fournit également la liste des véritables coupables mais garantit surtout l'immunité absolue. Reste aux "élus" à choisir la voie de la vengeance ou de la rédemption, sans pour autant connaître les motivations du bien mystérieux Graves.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2001
Statut histoire Série terminée (18 tomes en édition souple) 15 tomes parus
Couverture de la série 100 bullets
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

13/10/2003 | JBT900
Modifier


Par Jérem
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Après la lecture des 18 tomes de la série. Autant le dire tout de suite, 100 Bullets est une grande réussite. J’ai rarement vu un scénario de polar aussi ambitieux et bien construit. Risso prend son temps pour amener ses nombreux personnages (très réussis pour la plupart) et surtout développer très, très progressivement une intrigue extrêmement dense et complexe, qui pourtant accroche le lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher. Suspense, révélations, rebondissements, tout est habilement dosé et l’on avale avec délectation tous les volumes jusqu’au feu d’artifice final. Graphiquement, pas grand-chose à redire : c’est parfaitement illustré. L’ambiance sombre et paranoïaque est très justement rendue par un trait percutant et dynamique. Série culte alors ? Malgré la grande qualité de la saga, certains défauts ont quand même sensiblement atténués mon plaisir. En vrac : la redondance de certaines situations, un manque d’explications sur certaines intrigues secondaires, une colorisation un peu criarde et surtout le côté quasiment invincible, pour ne pas dire surnaturel, des Minutemen. 100 Bullets est une série brillante. A découvrir absolument !

09/02/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Mais que oui, double oui, franc et massif. Je ne reviendrai pas sur le pitch de départ mais j'avais un peu peur en le lisant que les auteurs n'arrivent pas à tenir la distance. Mais, au fur et à mesure des épisodes, on finit par en apprendre plus sur le mystérieux GraveS et l'agent Shelter. Petit à petit, des connexions se mettent en place avec des éléments passés et c'est un vrai plaisir d'assister à cette construction scénaristique que je trouve personnellement plus qu'efficace. En ce qui concerne le dessin je ne peux qu'en dire du bien, il est lisible, très élégant avec des cadrages innovants. Quant à la colorisation, elle est très bonne. Une série maline que je conseille à tous les amateurs de polars bien fichus, je dirais même intelligents.

02/08/2015 (modifier)

Le même plaisir que la vision d'une grande série télé (Breaking Bad, Justified ou autre Sopranos), début facile, on pourrait croire que chaque volume est une histoire complète (one shot), et puis non, plus on avance dans les tomes, plus une vision d'ensemble s'ajuste. Les personnages de tomes différents se rencontrent, le scénario se construit petit à petit, et là il devient difficile de lâcher la lecture. Et ça continue comme ça avec l'intrigue qui se complique à souhait, jusqu'au 100ème épisode qui clôt la série en apothéose. Vraiment une série addictive comme une drogue dure, au début on peut penser qu'on s'arrêtera quand on voudra, et ce n'est surtout pas la cas, on essaie, mais le manque est là et il faut replonger. Si vous ne voulez pas être malade SURTOUT NE COMMENCEZ PAS, ensuite il sera trop tard...

18/03/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu les quatre premiers tomes parus chez Urban Comics et je ne compte pas lire la suite. J'aime bien le personnage de Graves et les scènes avec lui sont excellentes (d'ailleurs, la seule histoire que j'ai aimée est celle du numéro 11 où il passe les trois-quarts du récit à parler avec une femme), mais les autres personnages m'ennuient. Il y a quelques bonnes scènes, mais ses histoires de vengeance ne m'ont pas du tout intéressé. Bon, il y a tout de même le mystère entourant Graves et la mystérieuse organisation à laquelle il appartient qui est un peu intéressant, mais il y a tellement de tomes que j'ai l'impression que je ne vais pas savoir les réponses aux questions que je me pose avant plusieurs tomes et je préfère abandonner ma lecture tout de suite. Quant au dessin, j'aime bien Risso lorsque son dessin est en noir et blanc et ajouter de la couleur est une mauvaise idée. Cela rend le dessin moche alors qu'habituellement j'aime bien le dessin de Risso.

16/02/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J'aime les bds résolument adultes et qui ne font pas dans la naïveté. J'ai besoin parfois de cela non pas que le monde soit déjà bien triste. Il est ici question des pires raclures qui peuvent alimenter les réseaux mafieux de tout genre. Il y a un rythme qui fait très Miami Vice. C'est également une série qu'il faut lire dans son ensemble pour apprécier car il s'agit d'un puzzle à reconstituer petit à petit. Il est juste dommage que cela soit encore une de ces séries qui ne se terminent jamais. Trop long et trop violent en ce qui me concerne...

24/07/2011 (modifier)

La note maximale ! Sans la moindre hésitation !!! ‘100 bullets’ est la série qui m’a convaincu que les comics ne se limitent pas à de la bande dessinée de qualité inférieure. Caïds, flics, joueurs et bookmakers, voleurs, tueurs psychopathes et assassins, junkies, barmen et strip-teaseuses, détective privé, taulards… C’est finalement toute la faune des bas fonds urbains que les auteurs ont décidé de mettre en scène. Le concept de base de ‘100 bullets’ est bien connu : le mystérieux agent Graves révèle à une personne l’identité d’un tiers qui lui a causé du tort et lui offre la possibilité d’une vengeance impunie, en lui fournissant une arme de poing et une centaine de cartouches non identifiables. Ainsi, dans différents récits, indépendants en apparence, le petit jeu de Graves permet d’exposer des losers en tout genre à un choix des plus cornéliens. Il importe toutefois de ne pas s’y méprendre : l’agent Graves et sa fameuse mallette ne sont que le point de départ. Toutes ces histoires sont imbriquées et interconnectées. La compréhension de la série réclame d’ailleurs un véritable investissement de la part du lecteur. Personnellement, je dois avouer que, sans une relecture attentive et diverses clés de lecture glanées auprès d’autres lecteurs, je serais sans doute passé à côté de différents éléments de l’intrigue. ‘100 bullets’, ce n’est pas du tout le genre de bouquin dont on se dit, après l’avoir lu, que jamais plus on ne l’ouvrira, puisqu’on en connaît à présent la chute. Pas du tout ! Même après une dizaine de lectures de ce comic book, on est susceptible de tomber sur un détail, un raccord qui ne saute pas aux yeux de prime abord, une information d’apparence anodine mais qui prend tout son sens avec une vue d’ensemble. N’ayons pas peur des mots : Brian Azzarello est un génie ! Au fur et à mesure des épisodes, il tisse soigneusement une toile immense, par le biais d’indices soigneusement parsemés, d’intrigues enchevêtrées et de scènes simultanées. La trame de fond se développe au fil des épisodes et amène progressivement réponse aux questions, que tant les protagonistes que le lecteur se posent : qui est l’agent Graves ? Pourquoi s’intéresse-t-il à tous ces laissés pour compte ? Comment peut-il être à ce point au-dessus des lois ? Qui sont les minutemen ? Qu’est-ce qui a foiré à Atlantic City ? Concernant Risso, j’ai toujours trouvé son dessin incroyablement classe et élégant. Son graphisme est à la fois épuré et expressif. Ses cadrages sont souvent originaux. Ainsi, il propose, par exemple, au lecteur le point de vue d’un crâne qui rencontre une balle, d’un tableau sur lequel on peint, d’une bouche sur le point d’engouffrer un hotdog, du fond d’une mallette qu’on ouvre, etc. Le dessin de Risso est relativement sombre, ce qui contraste intelligemment avec les couleurs dynamiques qui le rehaussent. Azzarello et Risso forment un binôme exemplaire. Ces deux-là sont plus que complémentaires : on dirait franchement qu’ils ne font qu’un ! En conclusion, ‘100 bullets’, « c’est de l’art, sous sa forme la plus vitale, la plus vibrante… une forme qui défie toute définition. C’est indescriptible. C’est bruyant, sanglant, extrême et ça repousse les limites fixées par le genre. C’est à la fois un terreau de théorie du complot, une odyssée mafieuse, une saga de justice urbaine ».(*) Pour ce qui me concerne, ‘100 bullets’ est tout simplement la meilleure série de comics et le meilleur polar qui soient ! A découvrir de toute urgence, si ce n’est déjà fait !!! (*) : Rob Elder, introduction du tome 7. ------------- M.A.J. 11.XI.2010 – après lecture des tomes 9 et 10 On m’a offert il y a quelques semaines les deux derniers tomes de ‘100 bullets’. J’ai résisté à l’envie de les dévorer sur le champ, en me disant que j’en profiterais encore davantage si je relisais les premiers tomes de la série avant de les attaquer. Ce qui m’a donc permis de redécouvrir tous les personnages et de me rappeler comment chacun d’eux est relié aux autres. [SPOILER] Le tome 9 se déroule en prison où on retrouve Loop (qu’on avait abandonné à la fin du tome 4) qui, malgré sa réputation de taulard réglo, a réussi à se mettre à dos un des caïds locaux. Les relations de Loop avec le gardien en chef ne sont par ailleurs pas des plus cordiales. Il ne manquait donc plus que l’arrivée d’une vieille connaissance pour achever de noircir le tableau. Le tome 10, quant à lui, se concentre, au départ, sur Jack (qu’on avait quitté dans le tome 5). Ce dernier se rend à Atlantic City avec son pote Mike. Les deux junkies vont toutefois faire une halte chez Garv’, le cousin de Mike, qui gagne sa vie grâce à un zoo peu commun. Le quatrième chapitre du tome 10, enfin, met en scène de nouveaux personnages, à savoir une bande de braqueurs, et offre de nombreuses réponses quant aux origines du Trust et des Minutemen. [/SPOILER] Je persiste et signe : ‘100 bullets’ est le meilleur comic book qui soit ! À la fois rythmé et intelligent, il s’agit incontestablement du polar le plus efficace que j’aie jamais lu !!! ::

13/04/2010 (MAJ le 11/11/2010) (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Je suis entièrement d'accord avec Don Lope sur le scénario, une bonne idée moyennement exploitée et surtout qui tire en longueur. Saturée, j'ai laissé tomber au tome 4. Toutes les histoires se ressemblent et les personnages sont pratiquement tous sortis du même milieu social et sont très stéréotypés, ce qui fini par ajouter à la monotonie scénaristique. Le tome 3 se passe à Paris ce qui apporte un peu de nouveauté et l'histoire avance aussi un peu plus laissant entrevoir quelques secrets concernant l'organisation secrète, mais le tome 4 retombe dans son train-train habituel infiniment pénible. Une série à rallonge qui perd tout son intérêt au fil des tomes. Pour ce qui est du dessin c'est du Risso classique que j'aime bien, en dehors du fait que la colorisation change au tome 3 et c'est assez perturbant, puisque au tome 4 elle reprend son style premier. Les deux me plaisent mais je préfère lorsqu'un graphisme garde un style unique tout au long du récit, et ne pas avoir cette désagréable sensation que les auteurs ne savent pas ce qu'ils veulent.

01/11/2009 (modifier)
Par AqME
Note: 4/5

Voici un flingue avec 100 balles non identifiables ; vous êtes au dessus des lois. Le tuerez-vous ou est-ce que vous lui pardonnerez ? Voila en gros la phrase culte de cette série qui accumule bien trop souvent les phases relativement excellentes. Le dessin est accrocheur, tout en rondeur, avec des donzelles relativement bien foutues mais sans tomber dans le cliché "manga" (gros seins et petit cul pour parler crument), mais aussi avec une mise en couleur particulièrement bien rendue. En effet, les couleurs orangées nous font ressentir cet aspect chaud, moite et tendu du milieu des gangs et des quartiers chauds américains. On ressent aussi toute la violence latente entre les flics et les voyous ainsi que les ripoux qui sont monnaie courante dans ces milieux. Le scénario est assez bien tourné, on ressent un gros travail axé sur le passé des protagonistes, et tome après tome on désire en savoir encore plus. Ce qui est génial, c'est que l'auteur fait du nouveau avec un milieu acculé et perclus de clichés, et donc, on ressort agréablement surpris de cette lecture. Une bien bonne surprise que ce "100 bullets" qui par bien des aspects fait penser au jeu vidéo GTA mais qui reste novateur et passionnant, donc je conseille fortement!

28/08/2009 (modifier)
Par Nain
Note: 4/5

Série vraiment très sympa, dessin très agréable mais pas particulièrement original. Les deux premiers tomes traitent d'histoires ponctuelles de différents protagonistes, ils paraissent donc sympathiques mais limités dans le scénario. Mais en lisant la suite (en V.O en ce qui me concerne donc avec beaucoup d'avance sur la VF), je peux vous assurer que l'histoire devient super prenante, les personnages des premiers tomes ré interviennent évidemment, on commence à comprendre ce qui se trame et l'histoire de fond qui n'apparaissait pas vraiment au début s'éclaircit véritablement. On a donc un passe-passe entre trame de fond et histoires ponctuelles qui se complètent parfaitement. A lire, je vous assure, mais ne vous arrêtez pas au premier tome, ce serait une erreur. Et pour ceux qui aiment, et qui maitrisent un minimum l'anglais, la VO est encore mieux, beaucoup plus de réalisme dans les dialogues (le langage est très variable en fonction de qui parle, argotique, espagnol, français...) et elle vous permettra d'avancer beaucoup plus dans la série et donc dans le suspens. Nain

30/08/2008 (modifier)
Par Thomas B
Note: 4/5

Avis posté suite à la lecture des 10 premiers tomes en VO. 100 bullets, avant tout, c'est un peu une série maudite en France. Soleil commence à l'éditer puis s'arrête au bout d'un tome. Puis Semic commence à l'éditer puis perd la licence DC Vertigo. Et maintenant, Panini commence à l'éditer et pas beaucoup de nouvelles depuis le tome 4 (le tome 5 sort au mois de février 2008 alors que j'écris ces mots, d'accord, mais bon c'était quand même long alors que plus de 10 tomes sont sortis aux US). 100 bullets, c'est surtout l'alliance d'un très bon scénario très complexe (parfois un peu confus aussi), d'un dessin et d'une mise en scène vraiment excellente. Un cocktail savoureux à déguster sans modération, vraiment un gros coup de cœur de ma part ! Mention spéciale à la version en VO (j'ai pas lu la traduction) mais l'une des forces de cette BD est de nous faire un portrait de l'Amérique de la rue présentant son énorme melting pot avec toutes les dérives que la langue anglais a subi ces dernières avec les afro américains ou les hispaniques ! Je ne sais si la traduction en français traduit bien ce voyage. Mise à jour : lecture terminée du tome 13 en VO, fin de série Je suis assez déçu par la fin mais je garde ma note de 4/5 car 100 bullets nous donne de grands moments de BD polar comme on les aime. Les dessins de Risso sont fantastiques de bout en bout ! L'histoire est bonne mais si elle perd un peu la tête à mon sens ! Mais à lire tout de même

26/02/2008 (MAJ le 27/02/2008) (modifier)