Le Roi Méduse

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Arthur grandit en voyant le monde à travers les yeux de son père, c’est-à-dire un monde hostile et violent, menacé par un vaste complot, où il faut se méfier de tout : l’école, les voisins, les médias, les amis...


Les théories du complot

Claquemurés dans leur maison transformée en citadelle, le père et le fils s’entraînent pour le grand combat à venir contre les forces du mal. Quand le père disparaît mystérieusement, Arthur, dix ans, doit se débrouiller seul pour le retrouver.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Janvier 2024
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Le Roi Méduse © Actes Sud 2024
Les notes
Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

03/04/2024 | grogro
Modifier


Par grogro
Note: 4/5
L'avatar du posteur grogro

Brecht Evens... J'avais essayé par le passé de me plonger dans son univers à deux reprises, fort peu concluantes. Mais devant les réactions admiratives, et m'étant retrouvé devant le livre à feuilleter ses planches, splendides il est vrai, j'ai fini par remettre le couvert. Bien m'en a pris puisque j'ai lu Le Roi Méduse d'une presque traite. Graphiquement, c'est assez époustouflant. Il y a mille trouvailles par page, au point qu'on a parfois l'impression de se retrouver devant une épreuve d'étudiant aux Beaux Arts qui cherche à montrer l'étendu de son talent. Et Brecht Evans n'en manque pas. De ce simple point de vue, cette lecture comblera les afficionados de beaux traits. Côté scénario, ce n'est malheureusement pas le même son de clairon. Qu'on se rassure tout de suite : c'est tout de même loin d'être mauvais. Toutefois, après un départ assez intriguant, baigné dans une sorte de poésie du désastre qu'on peut retrouver par exemple dans le film Captain Fantastic, on s'enlise dans un ventre mou, une fois parvenu à la moitié du récit, qui fait douter du bien fondé de l'ensemble. C'est longuet, et c'est d'autant plus dommageable qu'on a le sentiment de passer d'un récit Allégorique de Résistance à des considérations psychologiques personnelles sur la relation père/fils. On ne comprend plus trop où ça va. La narration flotte, et on commence à voir pointer le fameux "ah ben tout ça pour ça !". La fin du tome redresse la barre. Aussi, je le dis : je serai du voyage pour le tome 2 ! Donc très très belle BD, avec un graphisme fort, expressif, osé, plein de tiroirs visuels, qui justifie à lui seul l'acquisition de ce premier tome. Epoustouflant qu'on vous dit !... Même si pas passionnant...

03/04/2024 (modifier)