Les Royaumes muets

Note: 4.5/5
(4.5/5 pour 2 avis)

Teintée d'humour, cette BD jeunesse d'inspiration gothique aux accents de Tim Burton vous invite à un fabuleux voyage dans Les Royaumes muets...


La BD au féminin La Mort Les coups de coeur des internautes

Perséphone a rencontré la mort l'année de ses douze ans, un jeudi, à 23h52. C'était le jour de la veillée funèbre de son voisin, Victor Columbaria. Elle ne fera vraiment sa connaissance qu'après sa mort lorsqu'elle se retrouvera nez-à-nez avec son fantôme, quelque peu désemparé. Charles et Théophile, collecteurs de soupirs, ont deux jours de retard... Il y a une vie après la mort et le dernier soupir est le prix pour y accéder. S'il n'est pas collecté, le défunt sera condamné à l'errance... Aussi, Perséphone n'hésite pas à franchir la porte du monde d'après la mort pour partir à la recherche du dernier soupir de Victor... Mais pourquoi peut-elle voir les morts ? Et pourra-t-elle revenir dans le monde des vivants ?

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Octobre 2023
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an

Couverture de la série Les Royaumes muets © Editions Oxymore 2023
Les notes
Note: 4.5/5
(4.5/5 pour 2 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

01/02/2024 | Mac Arthur
Modifier


Par LilyEve
Note: 5/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur LilyEve

Les royaumes muets est une BD comme je les aime. Notre héroïne voit les fantômes et ne sais pas vraiment pourquoi. J'ai trouvé l'histoire bien rythmée et originale. Les illustrations sont tout simplement magnifiques, c'est un réel coup de cœur. Les dessins gothiques et les couleurs sombres fonctionnent à merveille avec le thème et que dire des décors ? On ne s'ennuie pas une seconde en lisant ce livre et j'ai hâte d'en savoir d'avantage. Cette BD convient très bien à un jeune public comme à un lectorat plus âgé.

27/02/2024 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Enfant, j’aurais adoré qu’on me propose un récit de ce genre. Fondamentalement inquiétant, terrifiant même par certains aspects, mais toujours fascinant voire amusant. Ce n’est pas la première fois que Séverine Gauthier et Jérémie Almanza s’associent -et j’avais déjà été charmé par leurs précédentes collaborations- mais c’est la première fois que ce duo réalise une bande dessinée avec dialogues (les précédentes proposaient plutôt un long récitatif illustré). On aurait pu craindre que cette formule convienne moins au dessinateur mais il n’en est rien : les planches sont superbes, fourmillent de détails, débordent d’expressivité, foisonnent de personnages étranges et attachants (enfin, pas tous ! La mort fait quand même pas mal flipper). Quant au scénario de Séverine Gauthier ? Il propose ce qu’on attend d’un récit jeunesse traitant de la mort : du suspense, de l’étrange, de l’humour, de l’action… et des personnages hautement attachants. En soi, les ingrédients sont très classiques mais mariés avec talent, dosés avec sagesse et distillés avec ce qu’il faut de retenue pour nous pousser à tourner la page, puis la suivante et la suivante encore… jusqu’à la dernière. Mais s’il est une chose que j’adore dans ce récit, ce sont les introductions de chapitres. Nous mettre des morceaux choisis parmi les plus sombres d’œuvres d’Appolinaire ou de Théophile Gauthier, c’est à la fois culotté pour un livre destiné prioritairement aux jeunes lecteurs… et on ne peut plus pertinent ! Si ce premier tome offre une histoire complète, il sert avant tout de mise en bouche. A la fin de celui-ci, bien des questions restent sans réponses et j’ai un peu le sentiment que l’histoire va enfin réellement pouvoir commencer. Pourtant ce premier tome est tout sauf vide, les péripéties ne manquent pas alors que l’univers et sa richesse potentielle nous ont été bien suggérés. Je n’ai qu’une chose à dire : vivement la suite !

01/02/2024 (modifier)