Un chant de Noël (Munuera)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Nouvelle adaptation du célèbre conte de Dickens.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Adaptations de romans en BD Auteurs espagnols Charles Dickens Londres Noël

Londres, 1843. Tous les habitants, les mieux lotis comme les plus démunis, s'apprêtent à fêter Noël. Tous, à l'exception de Scrooge. Aux yeux de cette riche commerçante, insensible au malheur des autres comme à l'atmosphère de liesse qui baigne la cité, seuls le travail et l'argent ont de l'importance. On la dit radine, égoïste et mesquine. Elle préfère considérer qu'elle a l'esprit pratique. Et tandis que les festivités illuminent la ville et le coeur de ses habitants, Scrooge rumine sa misanthropie... Une nuit, des esprits viennent lui rendre visite. Ils l'emmènent avec eux, à la rencontre de la jeune fille qu'elle était, quelques années plus tôt, lorsque la cupidité n'avait pas encore rongé son coeur. Mais aussi à la découverte de celle qu'elle aurait pu devenir si elle avait choisi la voie de la bonté... Après le Bartleby d'Herman Melville, José Luis Munuera adapte librement un autre classique de la littérature anglo-saxonne : Un chant de Noël, de Charles Dickens. Munuera s'empare ainsi d'un des chefs-d'oeuvre de l'écrivain anglais, paru en 1843, et féminise le personnage de Scrooge. Une relecture délicieuse, à savourer pour les fêtes !

Scénario
Oeuvre originale
Dessin
Couleurs
Traduction
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Novembre 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Un chant de Noël (Munuera) © Dargaud 2022
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

15/03/2023 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Il est difficile d’adapter une œuvre de littérature, surtout lorsque celle-ci a atteint une telle notoriété, et qu’elle a déjà été mainte fois reprise, ne serait-ce qu’en BD. Munuera s’y est pourtant attelé, et je dois dire que c’est plutôt une réussite. Il reste très fidèle à la trame de Dickens, mais y apporte toutefois une petite originalité, puisque le personnage emblématique de Scrooge est ici une femme. Et ce changement n’est pas qu’un gadget, puisque j’ai trouvé qu’il donnait plus d’ambiguïté et de profondeur à Scrooge. C’est sûr, c’est toujours un personnage égoïste, cupide, sans cœur, une sorte de Picsou mais en plus misanthrope encore. Mais dans la bouche de ce Scrooge en jupons, certaines tirades prennent aussi valeur de révolte féministe, contre la condition assignée aux femmes. En cela je trouve que Munuera retrouve un peu l’esprit de Dickens, pour lequel il y avait une forte critique sociale dans ce conte (comme dans beaucoup de ses œuvres d’ailleurs), critique qui a fini par être édulcorée, voire occultée, au profit d’une vision idéaliste de la trêve de Noël. Pour le reste, si vous connaissez l’histoire, vous ne serez pas surpris par la construction et l’intrigue, fidèle à l’original. La lecture est d’autant plus agréable que le dessin de Munuera est à la fois simple et bon, très efficace, dans un style semi-réaliste classique, sans trop de fioriture (et la colorisation de Sedyas est elle aussi réussie). Note réelle 3,5/5.

15/03/2023 (modifier)