Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Reality Show (Mediacop)

Note: 3.35/5
(3.35/5 pour 20 avis)

Bienvenue dans le summum du reality show !


Anticipation Barcelone Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Espagne Hubert Jean-David Morvan Télévision

Imaginez un monde où plus personne ne travaille, le travail étant géré et exécuté par des robots. Seuls deux métiers subsistent pour les humains : policier et militaire. Pourquoi ? Les robots ne peuvent pas faire de mal aux hommes. Des hommes occupés, c’est tellement insolite que ces "militaro-cops" sont couverts de caméras permettant à des millions de téléspectateurs désœuvrés de suivre leurs enquêtes, pour autant qu’ils aient souscrit un abonnement aux exploits de leur équipe préférée. Bienvenue dans le summum du reality show ! Norman K. Barron dirige une petite équipe d’enquêteurs, toujours sur les coups les plus spectaculaires. Cela fait son succès, et le succès lui permet d’offrir le prix d’abonnement le plus bas, ce qui amplifie le succès, etc… Il a 40 ans, le physique avantageux, la fortune rondelette, des signes extérieurs de richesse abondants (dont une somptueuse épouse). Le seul problème, ce sont les caméras omniprésentes. Barron n’est pas soumis à cet espionnage 24 heures sur 24 : il se ménage des espaces de liberté non-surveillée pendant lesquels il peut laisser s’exprimer sa vraie nature. La vérité, c’est que Barron et sa femme ne s’aiment plus depuis longtemps… mais ils doivent donner le change, au moins trois fois par semaine, pour faire monter… les taux d’audience. Quoi qu’il en soit, Barron se trouve confronté à un ennemi peu commun : un robot "rebelle", qui veut échapper à sa condition cybernétique et découvrir la sensibilité humaine. Et pour y arriver, il tue, sème la terreur, se transformant en une sorte de vampire à l’intelligence artificielle mais à la faculté de tuer très humaine…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2003
Statut histoire Série terminée (1 cycle de 3 tomes puis un cycle de 2 tomes) 5 tomes parus
Couverture de la série Reality Show (Mediacop)
Les notes (20)
Cliquez pour lire les avis

07/06/2003 | Piehr
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Même si la série est publiée par Dargaud, certains aspects m’ont fait penser aux séries publiées par Delcourt – dans sa collection Série B par exemple. C’est le cas en particulier du dessin de Porcel. C’est le genre de dessin efficace, au service d’une action rythmée, mais qui n’est pas de ceux que je préfère, car trop brouillon, grossier – je trouve ses visages assez moches et ceux de certains personnages varient parfois trop. Quant à la colorisation d’Hubert elle accentue ce côté brouillon, en gommant les nuances. Mais bon, l’intérêt principal de cette série (je n’ai lu pour le moment que le premier cycle de trois tomes) réside ailleurs. Et avant tout dans le rythme insufflé à l’intrigue par Morvan, à son dynamisme. Même si ce n’est pas qu’une version « bourrin » d’une société futuriste (l’action se déroule dans la deuxième moitié du XXIème siècle). En effet, certaines questions pointent rapidement: le côté « société du spectacle » de certains médias, hyper puissants, qui organisent des « Jeux du cirque » sophistiqués, pour capter les auditeurs et leurs sous, en utilisant de façon cynique des acteurs rémunérés au péril de leur vie. Cela m’a fait penser au film d’Yves Boisset « Le prix du danger ». Nous suivons donc une émission de « télé réalité » ultra violente et voyeuriste, qui pousse le curseur du cynisme très loin. Le héros, Norman Barron, joue un policier/justicier (sa société de production, Mediacorp est plus puissante que la police), et vient de le rejoindre une jeune femme, Oshii – qui a gardé quelques illusions. Sous les yeux de caméras et de micros omniprésents, ils sont à la recherche d’un mystérieux tueur en série, le « Triangle rouge », qui pratique des meurtres rituels particulièrement horribles. Quelques petites allusions amusantes parsèment les albums (l’annonce de l’installation d’une mine de titane sur Valérian 5, une planète du système Dhargo par exemple, ou à Akira). Pour le reste, si l’histoire se laisse lire, c’est sans réel enthousiasme de ma part, d’autant plus que le dessin me rebute un peu quand même. Note réelle 2,5/5.

02/05/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je ne suis pas chanceux avec Morvan. Alors que les séries que j'ai envie de lire comme ''Le Coeur des Batailles'' ou ''L'homme qui rit'' ne sont disponibles à la bibliothèque, c'est le cas pour des séries qui m'attirent moins comme cette série par exemple. Malgré tout, l'idée de départ est pas mal et peut donner quelque chose d'intéressant. Sauf que je n'ai pas accroché pour une raison relativement simple: je n'ai pas aimé le dessin. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive lorsque je trouve le scénario prenant, mais avec 'Reality Show' je n'ai vu que ça: un dessin pas du tout attirant et particulièrement au niveau des têtes. Dans certaines cases, les têtes sont tellement ridicules que j'avais envie de rire ! Au final, malgré tous mes efforts pour essayer d'entrer dans l'histoire, je me suis ennuyé durant les trois tomes et je n'ai pas envie de lire la suite.

08/06/2012 (modifier)
Par McClure
Note: 4/5

J'aime Sillage, en voyant le nom de Morvan, ça m'a causé de suite. Le scénario est vraiment très très bon, on semble partir vers un scénario simpliste et bourrin, mais au fil des cases, par une narration bien construite et un fond d'anticipation du meilleur effet, on se retrouve dans un très bon récit de genre. Les critiques de nos sociétés vouées au spectacle et au voyeurisme, de même que l'anticipation plus classique du monde robotisé à la Asimov (références nombreuses, choisies et citées d'ailleurs). Vraiment une lecture à la fois divertissante et intelligente, on en redemande. Pour le dessin, je suis plus réservé, c'est dynamique et cela va bien avec la rythmique de narration, mais c'est parfois très imprécis voire brouillon notamment concernant les personnages, dès qu'ils passent en second plan ou que l'on sent que la case ne participe qu'à une petite remise en situation sur le script. C'est fort dommage parce qu'un peu plus chiadé, ça aurait fait une série de tout premier ordre. Malgré ce défaut, c'est une très bonne série que je conseille, d'autant que la petite intégrale ne pâtit pas trop du format (vu le dessin) et permet de se faire les 5 tomes de la série à moindre coût.

04/01/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai profité de la récente intégrale pour dévorer d'un coup les 5 tomes composant deux saisons distinctes. Je dois dire que j'ai plutôt bien aimé cette lecture. On arrive tout de suite à sympathiser avec Oshii Feal qui doit faire équipe avec un flic dans une émission de téléréality. J'ai trouvé que le dessin varie beaucoup d'un tome à l'autre au point de se demander s'il s'agit du même dessinateur. Ainsi , le personnage du propriétaire de Médiacop voit son visage complètement transformé à chaque fois. J'avoue que j'aurais aimé qu'on reste dans la même ligne graphique que le premier tome. C'est le seul gros reproche que j'ai à formuler à propos de cette bd. Autrement, ce n'est que du bonheur pour reprendre la formule de l'émission qui a marqué à tout jamais l'ère de la TV réalité. Il y a à la fois une réflexion sur la robotique dans le genre des nouvelles de Asimov ainsi que sur le concept même des émissions faites pour divertir le grand public. Le dernier tome est d'ailleurs un chef d'oeuvre du genre avec un pari tout à fait osé. On se rend compte que l'on sort véritablement de la bd de divertissement pur pour une critique sans appel d'une société manipulée. Bref, une réussite et certainement le meilleur scénario de Morvan.

06/08/2011 (modifier)
Par scuineld
Note: 4/5

Je viens de terminer ce cinquième et dernier tome de la série. En refermant l'album, la première impression qui m'est venue à l'esprit est: trop fort la manière dont cette histoire est narrée... En effet, si l'album démarre classiquement, on passe à un autre niveau sans même s'en rendre compte (du moins, pour moi). Et ce n'est qu'après quelques pages qu'on se dit "eh, mais...". Perso, j'ai bien aimé... Pour critiquer maintenant la série plus généralement, je trouve qu'elle est plus que correcte. Les deux cycles sont assez prenants (même si le premier est un poil mieux que le deuxième) et montrent bien les "coulisses" de la téléréalité (du moins, comme je pourrais me l'imaginer). Ce point de vue "de l'autre côté" est d'ailleurs un des points forts de la série J'ai un peu plus de mal avec le dessin. Celui-ci est plus que correct, mais, désolé, je n'accroche pas trop avec. Je pense d'ailleurs que si la série démarrait maintenant, j'hésiterais avant de la commencer... Mais, comme je dis toujours: les goûts et les couleurs... Au final, une bonne série! Dommage qu'elle soit terminée...

13/01/2009 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Voilà un excellent thriller signé JD Morvan. Cette série est à mon avis un peu trop en retrait par rapport à d’autres polars du même auteur. Notamment 7 secondes, pourtant je l’ai trouvé au moins aussi bonne. (Peut être même meilleure, attendons le dernier tome de 7 secondes pour en juger définitivement) Le scénario est vraiment très bien construit. A aucun moment je n’ai eu l’impression qu’une péripétie était tirée par les cheveux ou que les héros s’en sortent par un tour de passe-passe. L’histoire est captivante, elle avance sur un bon rythme, il y a du suspens, la fin est bien : bref il n’y a que du bon dans "Reality show". Le dessin est pas trop mal, ce Barcelone du futur est superbement réussi, le seul bémol est au niveau des personnages. Les visages ne sont pas trop réussis, je dirais même que sur certains plans les bouches sont catastrophiques. A mon avis, malgré ce détail, c’est une série à ne pas manquer pour les amateurs du genre. Cycle 2 Un peu de repos semble t-il pour démarrer ce second cycle puisque Oshii part en vacances. Mais ce n'est qu'une apparence car le producteur de MediaCop a déjà en tête un nouveau concept qui va encore plus loin que la real TV 24/24h du premier cycle. Ce procédé permet de ressentir les émotions d'Oshii, le spectateur est en quelques sortes dans sa peau. Et c'est ainsi qu'on assiste à l'enlèvement de la fille du maire musulman de Grenade. Dans le 5e et dernier tome, Oshi, Jacinto et et Barron vont s'atteller à arrêter les terroristes qui se cachent derrière ce kidnapping machiavélique (ils diffusent en direct à la télé des séquences de torture de la jeune fille). La bonne idée de Morvan est d'avoir imaginé toujours plus de manipulations pour toujours plus d'audience et sa critique de ce genre de télé est bien menée. Par contre il a choisi un procédé narratif plutôt original pour conclure la série. C'est vraiment déstabilisant de voir l'histoire racontée de cette manière. Si le fond de l'histoire est toujours aussi plaisant, hélas, la forme l'est moins.

29/08/2006 (MAJ le 07/01/2009) (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Après lecture des 3 premiers tomes (1er cycle). J'ai hésité entre 3 et 4, la qualité de fabrication du coffret fait que je pousse à 4. J'ai été agréablement surpris par cette série moins légère que je croyais. On retrouve certains thèmes et une morale classiques aux oeuvres de JD Morvan. Le format 3 tomes pour une histoire permet comme c'est le cas dans ce premier cycle de développer une intrigue intéressante sans trop tirer sur la corde. J'ai eu un peu de mal à me faire au dessin au début notamment en raison de son rendu sombre. En fait, c'est voulu et cela participe à mettre en valeur l'ambiance oppressante de ce thriller. L'ensemble se révèle être un excellent choix de lecture. Ajout après lecture du tome 4 : les personnages étant bien en place, on repart sur une nouvelle histoire qui semble prometteuse. Je suivrai de très près.

21/01/2008 (MAJ le 15/02/2008) (modifier)
Par Tomeke
Note: 3/5

La téléréalité ? Surmédiatisée, surexploitée, (sur-)consternante… «Il suffisait d’y penser » allez-vous me dire ? Oui, mais encore fallait-il réussir à construire une série intéressante et originale. Outre le thème déjà évoqué, le scénario se construit autour d’une enquête policière se déroulant dans un monde futuriste. Bien exploitée, l’histoire est également prenante et bien rythmée. Les dessins quant à eux sont de bonne facture et adaptés au récit. Les couleurs sont particulièrement belles et collent admirablement bien au côté SF de l'histoire. Au final, un bon moment de divertissement, qui n’est pas tombé dans le piège de la mauvaise facilité et qui arrive fort bien à nous faire passer un bon moment de lecture.

15/02/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Ami lecteur, si tu n'es pas totalement insensible à la fée télévision, Reality Show t'attend en bas... "Il" t'attend en bas de ton immeuble, au coin de la rue, dans le jardin du voisin... Bref, partout où peut intervenir Norman K. Barron, enquêteur privé et héros de la meilleure émission de télé-réalité d'un futur pas trop lointain. Robots-caméras qui virevoltent autour de lui comme autant d'insectes, ce mâle forcément beau, fort et spirituel traque le vrai crime en direct, émeut les téléspectateurs sous cybercasque et attise leur libido lorsqu'il retrouve sa femme, très sexy bien sûr ! Sauf que la télé, même réelle, biaise la vérité, que sa femme ne l'aime plus et qu'un androïde criminel complique cruellement ses missions. Une série "forte"qui pousse le vice et la critique jusqu'à se présenter, elle-même, comme un programme télé. Un sujet "tendance" qui, sur papier, mérite d'être suivi... Le dessin de Porcel s'avère efficace et dynamique. Sans fioritures. Net et sans bavure. Tout à fait adapté au postulat !... J'ai -vraiment- bien aimé.

16/02/2007 (modifier)
Par chip
Note: 4/5

J'ai découvert JD Morvan en lisant cette série. Mon avis est plus que positif. J'ai trouvé cette série vraiment sympa, tout comme le sujet (la télé réalité poussée à l'extrême !). Les dessins sont globalement réussis malgré quelques imperfections, c'est très coloré. J'ai beaucoup aimé le 1er tome et le 3e, le 2e est moins bien. Des scènes d'actions réussies, rythmées, une intrigue captivante. Mention spéciale pour la dernière planche qui est géniale! J'ai vraiment passé un bon moment. Je sens que je vais m'intéresser davantage aux oeuvres de JD Morvan...

09/09/2006 (modifier)