Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Comète

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Tiré du site http://www.pastis.org : Fable de politique fiction, La comète hypothétise une course poursuite entre une révolution, dans un pays à l'apparente démocratie et une catastrophe naturelle à l'échelle planétaire.


Anarchiste ! Politique

La révolte gronde, pour la plus grande joie d’un groupe tendance anarchiste et d'un autre groupe tendance socialiste révolutionnaire. Dans les rues le peuple lève le poing et se rassemble pour faire changer la société. Les centres de télécommunications et la télévision sont contrôlés par les rebelles qui projettent même d’enlever le président et son premier ministre. Pour mâter la révolution naissante, le gouvernement lâche dans les rues les broyeuses futures… Car le gouvernement a d’autres soucis, dans le bureau de crise improvisé, le docteur Bronstein délivre ses calculs sur l’heure à laquelle une énorme comète viendra exploser à la surface de la Terre et détruire toute vie humaine.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1998
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Comète
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

04/06/2003 | JBT900
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un petit album sympathique. Sans prétention, mais finalement plus intéressant que le début ne me l’avait laissé entrevoir. En effet, les débats autour de la Révolution prolétarienne semblaient s’éterniser (même si les références – toutes liées à l’anarchisme, de Bakounine à Makhno, sont de celles qui me touchent), jusqu’aux discussions dans le cabinet présidentiel à propos de l’arrivée de la comète. Cela bascule alors en parallèle dans le quasi loufoque (ceci est fortement accentué par le « franglallemand », sorte de bouillie parlée par le professeur chargé de trouver une issue de survie aux dirigeants de ce pays imaginaire). A noter qu’ici aussi, mine de rien, on a une critique politique, de la manière avec laquelle les dirigeants d’une démocratie agissent face aux critiques, et aussi leur manière d’assurer aussi – et surtout ! – leurs intérêts particuliers… La chute finale se laisse un peu deviner, même si elle apporte une autre touche ironique à cet album. Lecture sympathique donc, pour qui ne serait pas arrêté par le dessin de Vanoli – et sa mise en page, très heurtés, en à-plats, dans un Noir et Blanc pas toujours très lisible.

29/06/2016 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Dans un style surréaliste, le dessin de Vanoli est ici particulièrement déconstruit, faisant fi des perspectives et taillant des gueules cassées à tous ses personnages. Ce n'est pas mon album préféré sur le plan graphique. La comète arrive, va-t-elle toucher la terre et détruire l'humanité ? Une ambiance sur la fin qui ressemble à l'Etoile mystérieuse d'Hergé, mais pour le reste les considérations politiques et utopistes sont plus prononcées. Je pense que c'est l'album de Vanoli le plus bavard que j'aie pu lire jusqu'ici. Des passages sont assez longs portés par des dialogues de lutte des classes et de soulèvement politique envers une présidence despotique, mais plutôt guimauve dans l'intimité. Une présidence conseillée par un professeur malandrin au difficilement déchiffrable accent allemand. Ce personnage va donner lieu à une fin tout à fait croustillante.

29/12/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Je l'avoue, j'ai lu cet album à reculons. Parce que la couverture est très moche, et que le dessin ne me plaît pas. Mais une fois dans l'album, on ne peut que s'accrocher. Car Vanoli a réussi à rendre l'atmosphère fiévreuse qui s'empare des gens quand la fin du monde semble proche. Quand anarchistes et communistes unissent leurs forces pour renverser un gouvernement, alors que la préoccupation dudit gouvernement est sa survie (au sens premier du terme) prochaine. Avec le savant facétieux et plus malin qu'il n'en a l'air, cela rajoute un peu de malignité au discours de Vanoli, loin d'être innocent.

28/11/2004 (modifier)
Par JBT900
Note: 4/5

De l’influence de la lutte des classes sur les chances de survie à un cataclysme intersidéral… Avec La Comète, Vincent Vanoli replonge dans ses dessins torturés, à la limite de la peinture expressionniste, dans un noir et blanc impeccable, à la beauté renforcée par la très bonne tenue de l’objet album. Il y aurait énormément à dire sur cet album, pamphlet politique par moments, prophétie fantastique à d’autres, satire sociale parfois… Mais aussi carrément comique, noir certes mais comique tout de même lors des joutes verbales que se livrent anarchistes et communistes... Avec son dessin si particulier qui ne laissera personne indifférent, Vanoli donne naissance à des personnages forts et tourmentés comme les traits qui les font apparaître sur le papier. Le docteur, le président et les membres du corpuscule anarchiste révolutionnaire qui tiennent les rôles principaux sont très réussis, et au fur et à mesure qu’on se rapproche du chapitre 9 intitulé « fin du monde » le rythme du récit s’accélère, les dessins se font plus tourmentés encore, bref la montée en puissance de la tension est vraiment réussie. Quant aux membres du corpuscule anarchiste, les voir virer en utopistes humanistes quelques heures avant l’arrivée supposée de la comète sur la Terre, c’est une scène particulièrement savoureuse de l’album. L’épilogue est également bien trouvé, il ne casse pas le ton et boucle sur une sorte de continuité dans cette grande farce qu’est la Vie et dont Vincent Vanoli sait saisir toutes les travers avec une acuité aiguisée. Une oeuvre maîtresse du genre !

04/06/2003 (modifier)