Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Moi, jardinier citadin (Vegetable garden)

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Comme son titre l'indique, cette série est une autobiographie où l'auteur raconte son expérience avec un potager urbain.


Agriculture et élevage Corée Manhwa

Min-ho CHOI, dessinateur de BD prometteur, ne se retrouve plus dans le système. Depuis quelques années, il vivote en travaillant pour différents studios d'animation, mais il a bien du mal à prendre du plaisir dans la production de masse. Suite à son mariage, il décide de quitter Séoul, et emménage alors à Uijeongbu, une plus petite ville au nord de la capitale et en bordure de montagne. C'est là que, après démissionné, il décide de se consacrer à sa nouvelle vie, entre jardinage et dessins. Sous le regard bienveillant des anciens du quartier, Min-ho CHOI va apprendre à observer les rythmes de la nature, ceux des plantes mais aussi les siens... Complètement ignorant en jardinage, il découvrira pourtant, au contact de ses truculents voisins, à quel point les préjugés véhiculés par le monde moderne ne sont que des aberrations, et qu'il n'est finalement pas si compliqué de cultiver son potager en respectant toute forme de vie... et surtout sans pesticides !! (texte : Akata)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Janvier 2014
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Moi, jardinier citadin
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

13/05/2014 | Spooky
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis un peu triste de mettre une note aussi basse à ce manhwa. En effet, je suis persuadé qu'il a tout ce qu'il faut pour séduire un amateur coréen ou plus généralement asiatique de jardinage. Il met en scène un citadin d'âge moyen qui décide de se lancer dans le jardinage d'une parcelle louée d'un grand potager installé en bord de ville. Cela va rapidement devenir sa passion et une source de joie pour sa femme bientôt enceinte et lui, et pour cela il va bénéficier des conseils des nombreux anciens plus habitués que lui aux contraintes et astuces du jardinage. Avec lui, nous allons suivre toute une année au potager, de la fin du premier hiver jusqu'au plein hiver suivant, avec les spécificités et les travaux au jardin de chaque saison. Le dessin est très agréable, joliment coloré et il mélange avec réussite un style caricatural pour les personnages et un certain réalisme pour les décors et les plantes du fameux potager. Outre les moments très didactiques incluant notamment plusieurs double-pages d'explications et de descriptions des différentes plantes et méthodes de jardinage, le récit est également empli de touches d'humour et de quelques moments emplis d'une assez jolie poésie. Concrètement, le public cible y trouvera de quoi s'informer et aussi ressentir quelques agréables émotions. Mais voilà, je ne suis pas le public cible. Pour commencer, je ne suis guère amateur de jardinage et par extension pas amateur de documentaire sur le sujet, surtout quand il fait régulièrement dans le purement didactique. Ensuite, le cadre du récit est très spécifique à la Corée ou éventuellement à l'Extrême-orient de manière plus vaste, avec un mode de vie semi-citadin bien local et surtout des plantes et des plats qui ne parleront quasiment pas du tout à un lecteur occidental. Cela peut être éventuellement intéressant de comparer ce modes de vie avec le nôtre, mais je ne m'y suis pas retrouvé. Et donc globalement, je me suis sincèrement et malheureusement bien ennuyé au cours de cette lecture. A tel point que j'en suis rapidement venu à sauter des pages, et même certains chapitres entiers quand je voyais qu'ils étaient purement documentaires et ne racontaient pas grand chose sur l'évolution de la vie du héros et de ses proches.

09/12/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Il me parait assez clair que ces deux albums s’adressent à un lectorat intéressé de prime abord par le jardinage. Si vous n’en avez rien à battre des légumes qui poussent au rythme des saisons, passez votre chemin, il n’y a rien à voir. Maintenant qu’un premier tri est fait, je vous dirai que cette lecture ne m’a pas déplu mais qu’elle ne me sera pas utile. J’ai aimé plusieurs aspects du récit, comme la découverte du milieu du jardinage par un novice enthousiaste ou le parallèle dressé entre l’évolution du jardin et l’état de la compagne du héros (elle est enceinte). Cela donne un récit sincère et agréable à lire. Du point de vue technique (parce que je pense que la personne qui lit ce genre de récit espère collecter quelques tuyaux de jardinerie au passage), je suis un peu resté sur ma faim. Logiquement, je m’empresse de le dire. La situation d’un jardin coréen n’est pas vraiment comparable à celle d’un jardin ardennais. Les plantes cultivées ne sont pas les mêmes. Seule la passion et le plaisir de transmettre un savoir sont identiques. Au niveau du dessin, autant les aquarelles du jardin sont belles, autant le style caricatural utilisé pour dessiner les personnages ne les met pas en valeur. Entre la petite vieille qui a la morve qui lui coule constamment du nez et le petit gros qui pète à chaque fois qu’il doit faire un effort, les personnages sont gratinés. L’humour scato n’étant pas spécialement ma tasse de thé, je dois bien avouer que ces passages moqueurs ne sont pas mes préférés. Il reste cet enthousiasme et cette vision réaliste de la culture potagère réalisée par des amateurs. Plaisant.

28/02/2017 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, j'avoue ne pas avoir été très convaincu par ce diptyque oscillant entre le roman graphique et le documentaire. Min-ho Choi, jeune dessinateur prometteur, décide de s'essayer à l'alterculture en acquérant et cultivant un carré de potager entre les barres d'immeubles de banlieue et la montagne. Les cases sont en fait des retranscriptions de ses interactions avec ses voisins de potager, ses soins pour les légumes, et des pages de croquis explicatifs. Je ne dirai pas que c'est chiant, c'est juste que... il ne se passe rien. Dans le tome 1 l'évènement le plus notable est la visite d'un sanglier qui chipe un concombre et puis s'en va. Et encore, on ne le voit même pas... Bien sûr, ceux qui voudront en savoir plus sur l'agriculture biologique trouveront en partie leur bonheur, mais pourquoi ne pas investir directement dans un bon manuel de jardinage ? Sur le plan visuel c'est très sympa, avec ces aquarelles dans des tons très clairs, presque transparents parfois. La nature est très bien représentée, les humains un peu moins avec ce style caricatural qui ne me plaît guère. A réserver aux curieux du sujet.

13/05/2014 (modifier)