Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Les Euthanautes (Euthanauts)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Où vont les gens quand ils meurent ?


Croquemorts et fossoyeurs La Mort Les petits éditeurs pendant la pandémie

C’est une question à laquelle religion et science tentent de répondre, sans aucune réponse concrète. C’est pourtant ce monde où le concept de la mort dépasse les limites de la transcendance religieuse et devient un royaume inexploré en soi que Thalia Rosewood, croque-mort et carrément obsédée par la mort depuis toujours, et les Euthanautes, groupe d’aventuriers très spéciaux, vont explorer. Un voyage à la découverte des réalités de l’au-delà. Inquiétant, déconcertant, hypnotique et convaincant, Euthanautes est une histoire humaine entourée d’un mystère métaphysique ultime.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Euthanautes © Graph Zeppelin 2020

11/07/2022 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Un sujet obscur et fantasmatique – ce qui se passe le long de la frontière entre la vie et la mort – et un album qui le reste tout autant (obscur donc). Le dessin de Robles est bon, dynamique (assez classique pour ce type de comics). La colorisation, informatique, est, elle aussi, classique (pas forcément mon truc, mais ça fait largement le job). Les auteurs ont fait l’effort louable de représenter des personnages ordinaires physiquement, pas de bombasse, l’héroïne, Thalia, secrétaire dans une société de pompes funèbres, s’écarte même franchement de ces canons. Voilà pour l’ancrage dans une certaine réalité. Car, pour le reste, on s’en écarte. Mais, si une certaine réflexion peut s’engager à propos de la vie après la mort, j’ai trouvé que rapidement cela partait en sucette. De belles planches quasi psychédéliques se déploient lorsqu’il faut se situer dans cet « endroit mystérieux », et j’avoue avoir un peu perdu le fil de l’intrigue à certains moments, ce n’est pas toujours très clair, et Howard peine à retomber sur ses pattes pour maintenir un peu crédible l’histoire. Du coup, la partie « réaliste », « vie de tous les jours avec ceux qui sont encore en vie » m’est apparue un peu sacrifiée, c’est dommage. Bref, je ressors un peu sur ma faim de ma lecture. Note réelle 2,5/5.

11/07/2022 (modifier)