Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Les Petits Monarques (Little monarchs)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Cela fait cinquante ans que la maladie du soleil a annihilé presque toute vie mammifère sur la Terre, et le monde retourne lentement à un état naturel. Les rares communautés humaines à avoir survécu se protègent sous terre, et ne peuvent sortir que la nuit. Mais aujourd'hui, deux humaines parviennent à vivre et à voyager librement à la lumière du jour : Elvie, 10 ans, et sa gardienne Flora, une biologiste qui a fait une incroyable découverte. À l'aide de quelques écailles issues des ailes de papillons Monarques, Flora a créé un antidote à la maladie du soleil.


Après l'apocalypse... Maladies et épidémies Nouveautés BD, comics et manga [USA] - Côte Ouest

Suivant la migration des Monarques à travers ce qui fut la partie ouest des États-Unis, Elvie et Flora sont déterminées à développer un vaccin et à le partager avec tout le monde. Vont-elles y parvenir ? Ou seront-elles victimes d'un désastre naturel, de la maladie ou des personnes mêmes qu'elles cherchent à aider ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Juin 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Petits Monarques © Dupuis 2022

04/06/2022 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Les Petits Monarques est un récit post-apocalyptique. Il se déroule sur la côte Ouest des Etats-Unis en 2101, plus de 50 ans après que le soleil se soit soudainement mis à émettre des ondes perturbant le rythme cardiaque de tous les mammifères, entrainant leur mort par ce que les survivants ont appelé la Maladie du soleil. Seuls ceux s'étant trouvés à plus de 10 mètres de profondeur lorsque ça a commencé et qui ont compris qu'il ne fallait pas se rendre de jour à la surface ont survécu. Ils sont quelques milliers aux Etats-Unis, dispersés dans des abris souterrains, communiquant par radio et échangeant parfois par le biais de véhicules robotisés restés vaguement fonctionnels. Parmi eux, une jeune chimiste et biologiste a réussi à créer un antidote à la maladie permettant très temporairement de survivre en plein jour. Le souci, c'est que celui-ci nécessite des écailles de papillons qui ne sont pas présents en quantité suffisante pour produire des médicaments pour tout le monde. Alors Flora parcourt les routes, accompagnée d'une autre survivante, Elvie, 10 ans, astucieuse mais encore très jeune, qui l'aide au quotidien et sur qui elle veille en attendant l'hypothétique retour de ses parents. Ensemble, elle étudient la nature et recherchent davantage de papillons pour produire le médicament qui leur permet d'aller chaque jour un peu plus loin et d'espérer enfin réussir à mettre au point un véritable vaccin. Jonathan Case est autour de comics. Même s'il a travaillé sur Superman, il s'est surtout fait connaitre pour des séries indépendantes, dans de nombreux genres différents. Ici, nous sommes clairement dans un contexte de science-fiction, avec beaucoup d'éléments typiques du genre post-apocalyptique qui rappelleront d'autres oeuvres du genre. Mais l'aspect roman graphique est aussi largement mis en avant, avec un intérêt essentiel porté à la relation entre Elvie et Flora, et sur les réflexions et l'état d'esprit de la jeune fille elle-même qu'elle livre dans un journal où elle rapporte ses observations, note les faits scientifiques et se livre au lecteur. On sent une oeuvre personnelle de la part de l'auteur. C'est un livre généreux de plus de 200 pages où il prend largement le temps de mettre en place son histoire, ses personnages, le développement de leur relation et des péripéties qu'ils rencontrent. Son envie provient en partie des études qu'il a lui-même menées sur ce fameux papillon américain, le Monarque, dont le cycle de vie et migratoire est assez particulier. Il a voulu transmettre une part de son intérêt pour le naturalisme et sur ce papillon en particulier dans son oeuvre. Et il en a profité pour mettre en place cette histoire post-apo et y faire vivre ses deux héroïnes aux personnalités assez marquées. Le dessin lui aussi a un côté personnel. Le trait est maîtrisé mais pas formaté. Et surtout la colorisation réalisé par le dessinateur lui-même a un côté légèrement amateur. Associée au trait un peu épais, ces couleurs donnent un aspect proche de certaines séries jeunesse, qui contraste avec le rude réalisme du récit. Le réalisme, c'est le point fort de l'histoire. Nous ne sommes absolument pas dans de la science-fiction à grand spectacle, avec de l'action et du suspens. Le rythme est lent, l'accent est mis avant tout sur les relations entre protagonistes, ces humains que Flora cherche justement à éviter autant que possible. L'aspect survivaliste est crédible, le danger est réel, les évènements tiennent la route sur le plan scientifique et tout simplement matériel, même si les panneaux solaires et les moteurs électriques facilitent bien la vie des héroïnes, tout en restant là encore dans les limites du réalisme. Toutefois, cette recherche de réalisme et le temps que s'accorde l'auteur pour développer son récit entraine aussi un rythme très lent flirtant parfois avec les limites de l'ennui. On n'est pas véritablement pris par une accroche qui donne envie de savoir la suite. Et même les touches émotionnelles n'ont finalement pas réellement su m'atteindre, en partie aussi parce que je ne me suis pas attaché à la jeune Elvie. Il en résulte un bon récit, crédible et fourmillant de petites originalités malgré son contexte déjà vu, mais qui risque de rebuter les amateurs d'histoires rythmées et prenantes.

04/06/2022 (modifier)