D'eau et de boue

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Une plongée dans une certaine Amérique, ses bars clandestins, ses flics corrompus et ses sectes évangélistes.


Nouveautés BD, comics et manga Sectes [USA] - Dixie, le Sud-Est des USA

Myers Carpenter vient d'hériter du bar clandestin de son père, situé sur les berges du Mississipi. Contraint de trouver un nouveau fournisseur pour s’approvisionner en alcool, Myers se tourne vers sa mère qui l’a abandonné il y plus de vingt ans et qui dirige, avec son nouveau mari, une congrégation religieuse qui pratique un culte aussi occulte qu’étrange. Il va à cette occasion découvrir qu’il a une demi-sœur avec qui il va partager une sombre expérience…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Avril 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série D'eau et de boue © Robinson (Hachette) 2022

12/05/2022 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Etrange récit que celui-ci. La fin est particulièrement absconse et je ne saurais vous dire ce que les auteurs ont voulu me raconter. Tout commence à la manière d’un roman graphique. Le jeune héros vient de perdre son père et hérite du bar clandestin de celui-ci. S’ensuivent souvenirs de jeunesses, turpitudes de la vie quotidienne et remise en question du néo-barman. J’ai directement accroché à cette partie. Le scénariste a commencé son récit alors que lui-même venait de perdre son père des suites d’une longue maladie dégénérative et je dirais que ça se sent. Il y a une sincérité et une sensibilité qui m’ont touché. Sans parler du dessin de Matthew Fox que je trouve hypnotisant dans sa simplicité et le choix de ses couleurs. Et puis subitement tout bascule et le récit vire au thriller malsain. Avec l’apparition de la mère indigne, du beau-père gourou d’une secte évangéliste, de la demi-sœur que l’on a envie de protéger, le récit s’éloigne résolument du récit intime mais garde le rythme propre au genre ‘roman graphique’ (lenteur et introspection). C’est… étrange, pas pleinement convaincant mais suffisamment intriguant pour que je n’aie pas envie d’abandonner ma lecture en cours de route. On découvre alors une Amérique peu reluisante, avec ses flics corrompus, ses sectes aux pratiques dérangeantes, ses travers et ses laissés-pour-compte. Et puis vient ce final auquel je crains de n’avoir pas capté grand-chose, et qui me laisse sur une dernière mauvaise impression, avec ce sentiment que l’auteur s’est un peu égaré en cours de route, m’égarant au passage. Dommage car il y a plus d’un point positif (les premiers chapitres, le dessin et les couleurs, l’univers qui nous est montré dans son ensemble)… mais je ne sais vraiment pas quoi penser de cette lecture, la dernière page tournée. A revoir mais les deux auteurs ont, je pense, un très gros potentiel.

12/05/2022 (modifier)