Murs Murs - La vie plus forte que les barreaux

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Dans l’envers des prisons.


Documentaires Prisons

Ils sont détenus, gardiens, avocats, médecins ou visiteurs. Pour le meilleur et pour le pire, ils partagent un temps le même espace, fait de béton et de métal. Pour le meilleur et pour le pire, ils vivent ensemble. Et derrière ces murs, ce sont des histoires d’amour, d’amitié, de rébellion, des drames qui se nouent. Des tranches de vie que TIGNOUS nous raconte dans ce reportage dessiné poignant. Enquête, témoignages, correspondances, interviews, l'auteur nous emmène en immersion dans quelques-uns des plus grands centres pénitentiaires de France. Il nous montre comment l’humanité parvient à subsister quoi qu’il arrive, révélant au grand jour ces histoires dont on entend habituellement que les murmures... TIGNOUS, qui avait découvert le dessin d’audience et obtenu la Carte de la Presse Judiciaire à l’issue du Procès Colonna, était passionné par l’univers judiciaire et avait notamment deux projets de livres issus d’audiences sur les Prud’hommes et les femmes battues qui lui tenaient particulièrement à cœur. Génie du dessin, il se révèle une fois encore dans cette œuvre posthume en artiste engagé, humaniste et social.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Novembre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Murs Murs - La vie plus forte que les barreaux © Glénat 2015

07/05/2022 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

C’est le deuxième album du genre de Tignous après Le Procès Colonna. C’est surtout, hélas, le dernier album de l’auteur, qu’il n’a pas vu fini, puisqu’il a entre temps été assassiné avec d’autres lors de la tuerie de Charlie Hebdo. Une œuvre posthume donc, qui rappelle l’engagement de Tignous, dans une version ici sans doute moins polémique qu’à l’habitude chez Charlie – Christiane Taubira ne s’y est pas trompée, elle qui signe une jolie préface. Tignous commence son reportage par des entretiens avec des gardiens de prison. Plus généralement, ce n’est pas un album à charge contre les « matons », comme on pouvait l’attendre d’un auteur Charlie, c’est assez équilibré. Tous les métiers présents en prisons sont présentés, et Tignous montre bien, par-delà les points communs, la grande diversité des individus. Le reportage est méticuleux, les parties dessinées étant entrecoupées de pages de documents (comptes, docs divers). Tignous a enquêté dans un centre de longues peines, un centre pour femmes, un établissement pour mineurs, une maison d’arrêt (accueillant des personnes en attente de jugement surtout), etc. C’est un album intéressant, plein d’humanité. Mais qui n’est pas purement une bande dessinée (pas vraiment de phylactères, des textes en off).

07/05/2022 (modifier)