Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Seul le silence

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Plus encore qu'un récit de serial killer à la mécanique parfaite et au suspense constant, Seul le silence a marqué une date dans l'histoire du thriller. Avec ce roman crépusculaire à la noirceur absolue, sans concession aucune, R. J.Ellory révèle la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu'il met en jeu. Adapté par Richard Guérineau (Prix Critiques Libres 2016 etc.) et Fabrice Colin (Grand Prix de l'Imaginaire 2004 et 2010, etc.)


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale 1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale 1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Adaptations de romans en BD Les petits éditeurs pendant la pandémie New York Romanciers et Monde littéraire Serial killers [USA] - Dixie, le Sud-Est des USA

Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d'une fillette assassinée. La première victime d'une longue série qui laissera longtemps la police impuissante. Des années plus tard, lorsque l'affaire semble enfin élucidée, Joseph décide de changer de vie et de s'installer à New York pour oublier les séquelles de cette histoire qui l'a touché de trop près. Lorsqu'il comprend que le tueur est toujours à l'oeuvre, il n'a d'autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d'enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable... Joseph Vaughan, devenu écrivain à succès, tient en joue le tueur en série, dans l'ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Octobre 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Seul le silence

09/11/2021 | Mac Arthur
Modifier


Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Oyez, oyez, nous ne sommes pas très loin du chef-d’œuvre avec cette adaptation d'un roman de R.J. Ellory. Bravo à messieurs Colin au scénario et Guérineau au dessin. Merci à Mac Arthur de m'avoir conseillé cette lecture et comme lui j'enjoins le plus grand nombre à faire l'achat sans réserve aucune. Vous allez vous régaler. J'ai tout aimé dans ce récit avec une petite préférence pour la première partie qui se situe dans les années 30/40, une ambiance à la Steinbeck ou à certains de ces films qui nous montre un visage de l'Amérique rurale un brin arriéré, loin des grandes métropoles. Au passage vous noterez des planches dans les tons sépia magnifiques Le précédent avis vous a donné le pitch, mais sachez qu'au-delà de celui-ci c'est une vraie peinture de la vie dans une petite bourgade rurale qui défile devant nos yeux. Tout cela est d'une grande justesse de ton avec une galerie de personnages fouillée. Un très beau polar noir dont les images restent longtemps en mémoire, forcément un coup de cœur.

14/11/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Yann 135, Sloane, je vous invite chaleureusement à vous pencher sur cet album. D’ailleurs, je conseille à tout amateur de polar noir aux influences américaines manifestes de faire de même car ce récit est rondement et très efficacement mené ! Seul le silence est adapté d’un roman de R. J. Ellory (roman que je n’ai pas lu, ceci dit en passant). Il relate le destin d’un jeune homme de l’Amérique des années 30 aux années 60. D’abord enfant marqué par le décès d’une jeune fille de son entourage proche, il va voir son destin lié à celui d’un tueur en série, à un point tel que l’on en vient à se demander comment il est possible que ces deux personnages soient aussi intimement liés. Ce récit est très bien mené. La vocation d’écrivain du héros légitimise le caractère très littéraire de la narration. La progression dramatique est très bien menée et le mystère reste complet jusqu’à la fin du récit. Les doutes sont constants, les personnages marquent et intriguent, il est donc très difficile d’abandonner notre lecture avant la dernière page. Au niveau du dessin, il n’est plus trop nécessaire de présenter Richard Guérineau, déjà auteur de quelques albums marquants (dont certaines adaptations de Jean Teulé, mais pas que !) Son trait réaliste propose un aspect légèrement caricatural qui accentue l’expressivité de ses personnages, ce qui convient parfaitement au présent récit. Mais ce qui est le plus remarquable à mes yeux dans « Seul le silence » est son emploi de la couleur qui évolue en fonction des époques, conférant aux premiers chapitres une ambiance que n’aurait pas renié Steinbeck pour évoluer vers un style de plus en plus coloré qui rappellera peut-être à certains d’entre vous les séries policières américaines des années 70. C’est à la fois très esthétique,… (lire plus)

09/11/2021 (modifier)