Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Melly Brown

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Les débuts de Dufaux.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Jean Dufaux Journal Tintin La Guerre de Sécession Péchés de jeunesse

Melly Brown, métisse qui a subit le racisme présent dans le sud des États-Unis, cherche à se venger de ceux qui ont tué l'homme qu'elle aimait (et qui ont cherché à l'assassiner), mais aussi à survivre au milieu de la terrible épreuve traversée par cette région. Car nous sommes en plein coeur de la guerre de Sécession.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1985
Statut histoire Série abandonnée 2 tomes parus
Couverture de la série Melly Brown

02/10/2021 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Le premier tome a été prépublié dans le Journal Tintin, et cette série est sans doute la première ou l’une des toutes premières publications en album de Jean Dufaux. Deux tomes ont été publiés, et un troisième, « Quantrill » (personnage mal orthographié au début du tome 2, au passage), était annoncé pour fin 1987, mais n’est jamais paru. C’est en tout cas l’occasion de découvrir ce « péché de jeunesse » de Dufaux, qui développe là un scénario relativement classique (comme le dessin de Musquera) dans un univers western, plutôt éloigné des séries qu’il produira par la suite. Même s’il introduit déjà quelques toutes petites touches de fantastique. Le premier tome peut se lire comme un one-shot, mais le second paru ne livre pas du tout la fin d’une histoire qui devait se conclure dans le tome suivant, jamais paru, la série ayant été abandonnée, Dufaux se lançant dans d’autres séries. Globalement, je suis resté sur ma faim. Le rythme est lent (l’action autour de Melly est entrecoupée par de plus ou moins longues digressions sur des batailles de la guerre de Sécession, en 1863 pour le premier, en 1865 pour le second). C’est aussi parfois inutilement bavard. Enfin, Melly est censée être une métisse « bien noire » (des sudistes ne la connaissant pas l’appellent « négresse », mais si sa plastique est irréprochable, elle est franchement bien plus blanche que noire). Son père est blanc, et sa mère, entraperçue sur une photo dans le premier tome, donc Noire théoriquement, ne l’est pas franchement non plus ! Il y a là un petit manque de crédibilité... Bref, les débuts de Dufaux, dans une série abandonnée, mais qui de toute façon manquait je trouve de souffle, même si le troisième tome annoncé, autour de Quantrill, pouvait redynamiser l’ensemble – on ne le saura jamais. Note réelle 2,5/5.

02/10/2021 (modifier)