Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Doggybags - Dirty old glory

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Doggybags vous emmène dans un monde plongé en pleine guerre civile. Un huis clos oppressant sur fond de survivalisme. Claustrophobes s’abstenir.


Anticipation

Unis par le survivalisme et le rejet d’une société en plein déclin, Carl, Enapay, Pulp, Benedict et Fritz font face à une attaque. Une de plus, depuis que la guerre civile fait rage. Acculés, pris au piège, ils devront attendre patiemment, et pleins d'espoir, qu'on vienne les sauver. L'occasion pour chacun de partager un passé souvent tourmenté... Les valeurs qu'ils partagent leur suffiront-elles pour traverser cette épreuve ?

Scénariste
Mud
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Avril 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Doggybags - Dirty old glory

20/06/2021 | Yann135
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

J'ai souvent dit ici tout le bien que je pensais des éditions Ankama et particulièrement du Label 619 qui a mon sens à permis à toute une jeune génération d'auteurs de pouvoir émerger et avec quel talent. Je ne les citerais pas tous ici ils sont nombreux. Il n'est que de taper dans le moteur de recherche du présent site pour y piocher les infos nécessaires. Hors donc, cette fois-ci c'est Mud qui se colle au scénario impeccablement millimétré de ce huit-clos, au dessin Prozeet avec un trait rageur et tendu à l'extrême rendant bien compte de l'ambiance du récit. C'est la guerre, l'apocalypse même et nous nous retrouvons en pleine guerre civile sans trop savoir grand-chose des protagonistes ou des raisons du conflit. Peu importe car là n'est pas le propos. Ici nous ne sommes pas dans un sous-marin en perdition, mais à l'intérieur d'un char de combat lui-même ensevelit sous des tonnes de gravats. A bord Carl, Enapay, Pulp, Benedict et Fritz attendent les secours qui mine de rien tardent un peu. Pour combler l'attente les uns et les autres commencent à se livrer doucement sur leurs passés respectifs. Et c'est là que le bat blesse car ces zigotos ne sont rien moins qu'au mieux des détraqués patentés. Peu à peu la tension monte jusqu'à un apex dont je ne vous révèle rien, mais c'est une apothéose forcément un brin sanglante. A aucun moment la tension ne se relâche, ça monte gentiment aidé par le dessin qui comme je l'ai dit possède suffisamment d'énergie pour nous faire oublier les parois de métal qui rendront certains claustrophobes. Encore un must du Label 619.

20/09/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yann135

V’là-t’y pas que l’ami Sloane me fourgue cette BD dans les mains avec un clin d’œil malicieux du genre « tu vas pouvoir faire festoyer tes pupilles ». Sur le coup j’avoue après avoir feuilleter quelques pages que je ne me réjouissais pas plus que ça de l’offrande. Mais il me connaît bien le bougre ! Il m’a fourni encore une fois un album particulièrement noir mais ô combien jouissif. Avec ce récit vous plongerez dans un huis-clos agressif et bien poisseux. Des survivalistes sont enfermés dans un char. Une partie d’un immeuble vient de s’abattre sur eux. Ils sont pris au piège. Ils sont condamnés à attendre les secours dans cette boite de conserve ensevelis sous des tonnes de gravats ! Pour tuer le temps les différents protagonistes se remémorent leurs passés. Chacun va confesser alégrement un passé plus ou moins trouble. Et ça part en cacahuète ! Les tensions sont palpables. Le côté ambiance malsaine se faufile au fil des pages. C’est pernicieux. Le côté badin du début laisse la place à une atmosphère délétère. C’est captivant. On ne peut lâcher l’album avant la fin. Le trait de Prozeet – que je découvre – est efficace et énergique quoi qu’un peu trop caricatural à mon goût. Le découpage est volontairement mouvant. C’est fort ! Voilà donc un album d’anticipation particulièrement bien construit. Il alterne les actions présentes et les flashbacks. On ne s’ennuie pas une seconde. C’est rythmé, même si sur le fond nous sommes dans un huis-clos qui pourrait soûler certains. Je vous invite à découvrir cette BD sémillante.

20/06/2021 (modifier)