24 heures de la vie d'une femme

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Nicolas Otero adapte en roman graphique ce grand classique littéraire de Stefan Zweig en le transposant dans le Las Vegas des années 1980. L’occasion pour une femme âgée de revenir sur un épisode similaire de sa vie : une journée qui avait changé le cours de son existence...


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Adaptations de romans en BD Ecole Emile Cohl [USA] - Côte Ouest

Résidence Casa Blanca, quartier La Jolla, San Diego, côte Californienne, de nos jours. « Clarissa ! Clarissa ! ». En pleine nuit, un cri réveille l'hôtel et ses pensionnaires. C'est Monsieur Hubert de Saint-Just qui vient de constater que sa femme a disparu. Autour de la piscine, tout le monde disserte et glose sur cette étrange affaire. Francesca pense surtout à la sale nuit qu'elle a passé, Vincenzo penche pour un enlèvement et Ingrid pense que Clarissa a quitté son mari. En effet, elle a surpris une conversation entre deux femmes de chambre qui disaient avoir trouvé sous l'oreiller d'Hubert, une lettre chiffonnée de Clarissa où la jeune femme annonce qu'elle les quitte, lui et leurs deux filles, pour partir avec Hakeem Da Silva, le jeune prof de tennis, sur une île. Pour eux, c'est un coup de folie, un point c'est tout ! Brett Burroughs, écrivain de son état, débarque au bord de la piscine et leur fait part de son point de vue. Pour lui, une union faite de longues années de déceptions et d'ennui avait peut-être préparé cette femme à devenir la proie consentante d'un homme aussi charmeur qu'Hakeem. Madame Z, une femme âgée qui passait par là, écoute d'une oreille mais avec intérêt les propos de Burroughs. Elle l'invite dans sa chambre pour lui raconter son histoire...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Février 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 24 heures de la vie d'une femme
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

02/01/2019 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Il suffit parfois de 24 heures dans la vie d'une femme pour qu'elle puisse prendre parfois une autre direction. Les maris devraient prendre garde. On est en Californie dans les années 80 ce qui change un peu de la Riviera des années 30. Une femme a disparu en laissant tomber époux et enfants pour une amourette ce qui est l'occasion d'une réflexion entre un jeune romancier et une vieille dame qui fut jadis une jolie femme en proie aux mêmes pulsions. A noter qu'il s'agit d'une version un peu moderne de l'oeuvre de Stefan Zweig. J'ai bien aimé le déroulement de celle-ci même si le début ne m'avait pas franchement convaincu. Il s'est passé quelque chose entre-temps. Le dessin demeure un peu trop classique à mon goût mais cela ne sera pas l'essentiel à retenir. En effet, on sera sublimé par les sentiments de cette femme qui tombe amoureux d'un homme qui n'en vaut finalement pas la peine. Moralité: se garder de se faire tout de suite une opinion et bien réfléchir avant de s'engager.

02/01/2019 (modifier)